Mohamed Rabehi

Mohamed RABEHI
1er adjoint au maire de Décines-Charpieu
Conseiller métropolitain

Monsieur le Président, chers collègues, effectivement, la ZAC de la Fraternité avait pour objectif de développer une nouvelle centralité sur la commune de Décines Charpieu à proximité de l’arrivée du tram et autour d’un programme de près de 400 logements. Il s’agissait de favoriser le développement de commerces de proximité. Le transfert de l’enseigne Intermarché devait également favoriser l’attractivité d’autres enseignes.

Si le projet paraissait intéressant, il présentait cependant de nombreux points d’imperfections que j’évoquais déjà en 2008, alors Président du groupe UMP et apparentés au Conseil municipal de Décines. Malheureusement, j’avais vu juste puisque ces problèmes se confirment et qu’il apparaît que cette ZAC ne répond pas aux attentes en matière d’offre commerciale. Tout d’abord, une zone commerciale posée au milieu de nulle part avec la proximité de l’arrivée du tram ne pouvait se définir à elle seule comme une nouvelle zone de centralité. La mairie, la poste, le centre culturel du Toboggan avec son cinéma et tout un ensemble de services à la population comme le CCAS ou la maison médicale de garde se retrouvaient à quelques centaines de mètres de là pourtant mais coupés de cette ZAC par un autre ensemble immobilier sans aucun lien avec les deux pôles.

Aujourd’hui, le projet Champollion prend tout sont sens grâce à son futur mail sur l’avenue Jean Macé qui reliera la ZAC de la Fraternité à la place de la Mairie par le côté ouest. Il resterait donc, dans l’avenir, à imaginer un lien côté est, rue Marat, avec des commerces et des services et on aurait enfin une vraie centralité à Décines Charpieu.

Le stationnement est insuffisant et très mal pensé sur cette ZAC, malgré la zone bleue. Et, de grâce, monsieur le Président, ne me répondez pas, comme l’a fait l’élu communiste de l’époque, “les Décinois n’ont qu’à aller faire leurs courses en vélo comme moi” ! Vous voyez bien qui je veux dire !

Aujourd’hui, je peux vous affirmer qu’à part Intermarché et la pharmacie, les seize autres commerçants sont insatisfaits. A titre d’exemple, je vous cite tout d’abord que quatre emplacements n’ont jamais trouvé d’acquéreur. Les prix des loyers ont été divisés par deux à ce jour. Le salon de coiffure Moreno a déjà fermé, deux commerces ne payent plus leurs loyers depuis des mois et sont au bord du dépôt de bilan et l’enseigne Cerise et Potiron a annoncé sa fermeture prochaine par manque de rentabilité.

Si nous ne réagissons pas plus vite, ce ne sera plus la ZAC de la Fraternité mais le “désert” de la Fraternité. Ce n’est ni le travail de la SERL ni le projet en lui-même qui sont remis en cause. Les aménagements urbains, le square et le mail piéton sont plutôt sympathiques mais ce projet n’a de sens que s’il s’inscrit dans un ensemble qui aura vocation à définir le visage du nouveau centre de Décines Charpieu. Il est urgent, monsieur le Président, que vous décidiez de la mise en œuvre du projet Champollion qui permettra de relier ce centre commercial au reste du quartier. C’est une question de survie pour l’ensemble de ce quartier.

Merci.

ZAC de la Fraternité (Décines-Charpieu) : le commerce en difficulté