Monsieur le Président, chers collègues, je voudrais simplement indiquer d’ores et déjà que le groupe Les Républicains votera cette délibération. Je voudrais associer aux propos qui seront les miens les collègues du secteur sud-ouest et en particulier, dans notre groupe, monsieur le Conseiller Jérôme Moroge, Maire de Pierre Bénite, notre collègue monsieur Xavier Odo ainsi que monsieur Guy Barret à La Mulatière.

Nous sommes évidemment très sensibles à la délibération. Elle est tout à fait souhaitable et le projet qui est proposé doit être évidemment réalisé. Cela fait d’ailleurs de nombreux mois, pour ne pas dire quelques années, que nous travaillons à la fois ensemble mais surtout avec les associations de cyclistes pour pouvoir trouver une solution mais je sais aussi que, dans votre exécutif, le Vice-Président en charge y est sensible.

Toujours est-il que cette délibération, malgré tout, propose d’intervenir en deux phases :

  • une phase immédiate qui semble être une phase -entre guillemets- “provisoire” ; ce n’est pas péjoratif dans les propos que je veux tenir ;
  • une phase qui paraît beaucoup plus importante et qui paraît plus sérieuse, à terme, à savoir la création de cette voie cyclable en encorbellement sur le pont. Nous savons qu’elle fait l’objet d’un cofinancement car son coût n’est pas négligeable mais que, jusqu’à maintenant, ce financement n’a pas été trouvé.

Peut-être faut-il aussi qu’il s’inscrive dans la convention de fonctions d’agglomération et de centralité avec la Région Rhône-Alpes. Espérons que, prochainement, nous ayons une écoute attentive de la Région pour réaliser ce projet. Mais, au-delà de tout cela, je voudrais soulever deux points :

1° – Premier point : avant mars 2014, c’est-à-dire avant les élections municipales, vous aviez annoncé, et la Métropole avait présenté la création d’une passerelle modes doux traversant le Rhône au droit de l’Yzeron, passerelle dite “de la Traille”. Même si ce projet a été présenté dans le cadre global du projet de l’Anneau des sciences, et compte tenu des délais de mise en oeuvre de celui-ci, je ne pense pas que les cyclistes et les piétons puissent attendre, compte tenu des circonstances. D’ailleurs, on peut regretter que ce projet ne soit pas inscrit à la PPI.

Peut-être faut-il repenser cela, d’autant plus qu’il s’inscrit aussi dans le cadre de la ViaRhôna, continuité cyclable qui passe par la rive droite du Rhône puisqu’on sait que, sur la rive gauche, il y a des difficultés pour réaliser cet ouvrage. Je rappelle que la ViaRhôna est un itinéraire cyclable qui relie les sources du Rhône en Suisse à la mer Méditerranée tout le long du fleuve.

Si certaines portions sont d’ores et déjà bien aménagées, notamment sur le grand parc de Miribel-Jonage, la sortie sud de la Métropole est encore une position qui n’est pas définie et cette discontinuité est d’ailleurs, pour beaucoup de cyclistes, un frein au départ de la Ville de Lyon en vélo voire même pour traverser l’agglomération dès lors qu’ils viennent de la partie amont. La ViaRhôna est, certes, une piste cyclable à usage des populations riveraines qui l’utilisent souvent comme un corridor vert. Elle est d’ailleurs, dans sa partie Rhône amont, commune avec l’Anneau bleu.

Cependant, le franchissement de la Confluence doit être le point de départ vers le sud et, à partir de là, nous pensons avec beaucoup d’autres que le projet qui avait été présenté dans le cadre de l’Anneau des sciences pourrait constituer un élément de cette ViaRhôna et permettre que la Métropole sollicite les collectivités compétentes en la matière. La Région, certes, mais pas seulement : la Compagnie nationale du Rhône (CNR) bien sûr, mais peut-être l’Europe afin d’obtenir des financements pour réaliser cet ouvrage qui rendrait service à la fois à ce grand projet ViaRhôna mais également aux territoires du sud-ouest, et à la fois aux cyclistes et aux piétons, compte tenu du confort d’usage que cela donnerait à l’ensemble des usagers de cet ouvrage.

2° – Le deuxième point concerne les voies cyclables depuis Pierre Bénite et même plus loin pour accéder à la station de métro “Gare d’Oullins” à la Saulaie. Il y a quelque temps, avec monsieur Jérôme Moroge, nous avions demandé, en 2014, que soient aménagées la rue Jean Jaurès et la rue Dubois-Crancé. Certes, des études sont prévues et inscrites à la programmation pluriannuelle des investissements (PPI), mais nous souhaiterions que cette réalisation soit inscrite dans le plan modes doux. Je pense que, là aussi, ces voies cyclables rendraient service à tous les gens qui sont sur la rive droite du Rhône, dans la partie sud, et qui veulent utiliser la station de métro. Ils pourraient ainsi accéder de façon sécurisée à la station elle-même.

Voilà, monsieur le Président, les observations que je souhaitais faire en disant ma satisfaction face à ce projet. Nous sommes à votre disposition pour essayer de mobiliser les fonds nécessaires des autres collectivités et pour montrer l’intérêt que nous avons, collectivement, à une réalisation rapide de ces dossiers. Merci.

 

Vélos et pont de La Mulatière : on y arrive !