Monsieur le Président et chers collègues, nous avons aujourd’hui beaucoup parlé de transports et de déplacements dans la ville. N’ayant pu intervenir dans la commission générale sur les transports puisqu’il y avait déjà beaucoup d’interventions, il m’avait paru utile de prendre une intervention sur cette question des pistes cyclables. Mais vous me permettrez au préalable, dans le temps imparti, un petit commentaire sur la question des déplacements lié à l’enquête ménages. Il y a toujours une chose qui est un peu cachée, ce sont les différents types de déplacements effectués par les Grandes Lyonnaises et les Grands Lyonnais entre les transports domicile-travail et les transports de loisirs ou les transports commerciaux et, malheureusement, la rigidification de la ville et notamment de la ville-centre et les aménagements, les difficultés qu’il y a, notamment pour les familles dont les deux parents travaillent, de pouvoir disposer, pour chacun d’entre eux, d’une voiture, conduisent évidemment à ce que ceux-ci soient contraints et quittent la ville, diminuant pour autant les déplacements à l’intérieur de celle-ci.

Alors, ces projets de pistes cyclables que nous votons pour conserver les subventions s’inscrivent un peu dans cette rigidification de la ville. Il en est un sur lequel je veux revenir qui ne fait pas partie des six de la délibération mais qui fait partie de cette philosophie de rigidification de la ville, c’est l’aménagement de C3 sur Lafayette. Nous avons eu l’occasion de parler de C3 à la Ville de Lyon, nous avons eu l’occasion d’en parler au Syndicat mixte des transports pour le Rhône et l’agglomération lyonnaise (SYTRAL), nous en parlons aujourd’hui à la Métropole.

Au-delà du souci de la rigidification de la ville, se pose également le souci des commerçants tout au long de cette artère. On parle beaucoup de développement économique ici, dans cette enceinte. Il est un développement économique que l’on oublie un peu, c’est celui du petit commerce. Nous avons déjà eu l’occasion d’interroger votre adjointe au Conseil municipal de Lyon et je veux le refaire ici, dans cette enceinte où le développement économique est une des compétences : l’accompagnement des commerçants lors des travaux de ces différents axes, que ce soit des pistes cyclables d’ailleurs ou d’autres, est problématique et je veux ici redemander à ce que nous sachions quelles sont concrètement les mesures prévues pour accompagner les commerces dont l’activité se trouve fragilisée pendant ces périodes de travaux, et parfois même menacée, que ce soit sur le cours Lafayette, les Halles de Lyon ou sur les rues adjacentes.

Cette situation est sans doute vraie dans beaucoup de communes et je crois qu’il est indispensable, au-delà des grands projets de développement économique qui cachent souvent la forêt de ces milliers de très petites entreprises (TPE) qui sont touchées par ces projets d’aménagement, que nous ayons une véritable politique d’accompagnement de ces activités de ville qui sont perturbées et qui sont parfois même menacées par ces travaux.

Je vous remercie.

 

Travaux C3 : quel accompagnement ?
Taggé sur :