Service numérique et pass urbain

Service numérique et pass urbain

  Monsieur le Président, chers collègues, lors du dernier Conseil métropolitain, vous nous avez présenté une demande de subvention conséquente de 4 M€ pour l’expérimentation du Pass urbain. Elle devait notamment permettre le test de supports pilotes en partenariat avec la société Steria. Qui dit expérimentation indique nécessairement que le projet a été défini et balisé en amont. Il était d’ailleurs précisé dans la délibération qu’une première étude, financée à 35 % par la Caisse des dépôts et consignations, avait permis au préalable d’étudier la faisabilité technique d’un tel support. Nous avions alors émis des réserves sur le budget alloué, même si l’idée nous paraissait très intéressante. Mais voilà qu’aujourd’hui, après le vote du budget donc, vous nous resservez une autre demande de subvention pour l’accompagnement de la Métropole dans la définition et le positionnement des nouveaux services numériques, dont le Pass urbain. Devons-nous comprendre que vous nous avez fait

Coopération avec la ville de Tinca

Coopération avec la ville de Tinca

    Merci, Monsieur le Président. Chers collègues, sur ce sujet de la coopération décentralisée, nous avons déjà eu l’occasion, à de nombreuses reprises, de nous exprimer concernant l’intervention de la Métropole de Lyon. Si nous soutenons la démarche, nous nous interrogeons plus sur les choix d’opportunités de la Métropole. Même si une présentation de la politique de coopération décentralisée et du dispositif de soutien aux acteurs de solidarité internationale a été faite en commission, nous attendons toujours une réelle analyse des choix d’opportunités et une étude de l’impact économique de cette politique : “Pas avant la fin de l’année”, c’est ce que vous nous avez répondu. Par ailleurs, Monsieur Vincent nous a annoncé que, dans le contexte de maîtrise des dépenses de la Métropole, une baisse globale de 6 % de la participation financière était pratiquée. Or, sans visibilité sur l’enveloppe globale, nous ne pouvons la constater dans les faits. Sur la convention

Pass urbain

Pass urbain

    Monsieur le Président et chers collègues, ce rapport propose d’attribuer une subvention pour une convention de recherche avec la société Sopra-Steria dans le cadre de l’expérimentation du Pass urbain au niveau de la Métropole. Ce Pass est destiné à apporter plus de confort aux utilisateurs métropolitains de services culturels, sportifs ou d’animation en offrant des possibilités d’entrées groupées, à la fois dans un centre nautique, un musée et un équipement d’intérêt par exemple. L’idée nous semble intéressante et à la hauteur de ce que notre Métropole doit pouvoir proposer à terme à ses habitants ou visiteurs, d’autant que nous ne sommes pas les plus en avance sur ce sujet. C’est la raison pour laquelle, compte tenu du coût engendré par cette étude ‑4 M€, même étalés sur plusieurs années, c’est une somme, à l’heure où le budget de notre collectivité est fortement contraint‑, nous nous étonnons de ne pas avoir d’éléments

Subvention aux associations pour l’insertion par l’activité économique

Subvention aux associations pour l’insertion par l’activité économique

Monsieur le Président, chers collègues, Mon explication de vote porte sur le rapport 439 et plus particulièrement les deux subventions : Université populaire Quart Monde et Mission régionale d’information sur l’exclusion. Non pas que ces demandes de subventions nous posent une question d’opportunité, mais sur le principe même de l’étude des subventions par la commission Développement économique. Ces demandes nous ont été soumises sans présentation détaillée de leur objet et sans budget global. Nous avons demandé en commission que ces demandes soient désolidarisées du rapport et représentées lors d’une prochaine commission avec l’ensemble des éléments utiles à l’analyse par les élus. Comme à son habitude le président de la commission, Bruno LEBUHOTEL, a traité notre demande avec dédain dans une formule d’ailleurs malheureuse : « on ne défait pas ce que les services ont fait », ce qui donne à comprendre sa manière de penser la place de la décision politique. La conseillère déléguée, Fouziya

Forum mondial des sciences de la vie Biovision, des efforts de transparence

Forum mondial des sciences de la vie Biovision, des efforts de transparence

Chers collègues, juste une courte explication de vote sur cette délibération. Notre groupe, bien sûr, ne peut que soutenir un projet permettant le rayonnement de la Métropole, la recherche médicale et, par conséquent, la création d’emplois. Toutefois, nous émettons quelques réserves sur le budget de cet événement. En effet, la masse salariale pour la structure et les frais de communication représentent à eux seuls près de 73 % du montant de la subvention, respectivement 582 000 € et 317 000 €, pour un total de 1,230 M€. Dit comme cela, ce ne sont que des masses, certes, mais si l’on considère le salaire moyen 2015 en France, dans les secteurs publics et privés, c’est-à-dire 2 157 € brut par mois, les frais de personnel représentent l’emploi de plus de 22 personnes pour un événement de deux jours et de 993 participants seulement. De toute évidence, les frais de structure sont