Meublés de tourisme : il était temps !

Meublés de tourisme : il était temps !

Régulièrement évoquée au fil des conseils métropolitains depuis plus de deux ans, la question des meublés de tourisme n’avait jamais trouvé jusqu’à maintenant une traduction politique de la part de l’exécutif de la Métropole et de celui de la Ville de Lyon. Avec les délibérations présentées vendredi au conseil de la Métropole et lundi au conseil municipal de Lyon, Philippe COCHET, Président du groupe Les Républicains et apparentés de la Métropole de Lyon, et Stéphane GUILLAND, Président du groupe Les Républicains & Apparentés – Ensemble pour Lyon de la Ville de Lyon, se réjouissent de la prise en compte même tardivement de cette problématique. Ils avaient d’ailleurs rencontrés les représentants de l’UMIH le 15 septembre dernier puis interpellé le Président de la Métropole lors du conseil métropolitain du 18 septembre par la voix de Philippe COCHET. Cette demande fut confirmée par un courrier le 2 octobre. Les meublés de tourisme

Retour sur la séance du 1er février 2016

Retour sur la séance du 1er février 2016

        Monsieur le Président, lors du Conseil de la Métropole du 1er février, dont vous nous demandez d’approuver le compte-rendu, je m’étais ému qu’un déplacement du Ministre de la ville puisse avoir lieu dans le quartier de Mermoz nord sans que je ne sois invité, ni en tant qu’élu du huitième, ni en tant que Conseiller métropolitain, ni enfin en tant qu’administrateur de Grand Lyon Habitat, en réponse de quoi vous m’aviez dit ‑je résume‑ que le Ministre s’était très bien passé de ma présence et qu’il n’y avait pas de quoi en faire un drame ! J’en conviens. C’est pourquoi je suis pour le moins étonné que, quelques semaines plus tard, à l’occasion du Comité interministériel sur la politique de la ville qui s’est tenu à Vaulx en Velin, vous soyez choqué de n’être point invité, au point d’en faire scandale dans la presse et même de vous fendre

ZAC Mermoz Sud

ZAC Mermoz Sud

    Monsieur le Président, avec ce rapport sur le périmètre de la ZAC Mermoz sud, le renouvellement urbain du quartier Mermoz se poursuit, ce dont nous nous réjouissons bien évidemment. Après la requalification du débouché de l’A43 sur le quartier, la rénovation de l’avenue Jean Mermoz ‑au passage, qui va être recassée pour le tramway T6 ; c’est juste 6 M€ qui passent à la trappe‑, après la destruction de l’autopont alors que la requalification du quartier Mermoz nord touche à sa fin, il devenait en effet urgent de traverser l’avenue pour s’occuper de Mermoz sud. A en croire la délibération, les enjeux de cette ZAC consistent à ‑je cite‑ “poursuivre la mutation de l’entrée est, unifier Mermoz nord et sud autour de l’avenue Mermoz et constituer une véritable entrée de ville attractive et requalifiée”. Vaste programme s’il en est ! Pour autant, on reste un peu sur notre faim car, au-delà d’une entrée est requalifiée, les habitants du

Offices Publics de l’Habitat : contrat 2016-2020

Offices Publics de l’Habitat : contrat 2016-2020

  Monsieur le Président, mes chers collègues, en préambule à cette intervention, permettez-moi, Monsieur le Président, de revenir brièvement sur la visite de Monsieur le Ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports, vendredi dernier, dans le quartier Mermoz nord. A cette occasion, vous n’avez pas manqué de mettre en avant “le formidable travail” effectué dans ce quartier depuis le lancement du programme national pour la rénovation urbaine par un Gouvernement de droite, il faut le rappeler et vous l’avez semble-t-il oublié ! Même si tout est encore loin d’être parfait dans ce quartier ‑le classement en ZSP parle de lui-même‑, il est vrai que la mobilisation de l’ensemble des acteurs a permis de lui donner un nouveau souffle, ce dont chacun se réjouit. Nous regretterons cependant, Monsieur le Président, qu’à l’occasion de la visite de Patrick Kanner dans le quartier, aucun membre de votre opposition n’y ait été associé, ni par

Aménagements des quartiers Mermoz Sud et Langlet Santy

Aménagements des quartiers Mermoz Sud et Langlet Santy

    Monsieur le Président et chers collègues, une intervention rapide sur ce sujet. On ne peut en effet que se réjouir du lancement aujourd’hui de ces deux projets de renouvellement urbain dans le huitième arrondissement de Lyon, arrondissement qui m’est cher, vous le savez. Si tant à Mermoz sud que dans le secteur de Langlet Santy, le bien-fondé de ces opérations ne saurait être contesté, nous avons veillé à ce que ces projets soient bien inscrits dans les projets d’ANRU 2. Le lancement de cette phase de concertation n’est cependant pas sans susciter de questions. Le projet Mermoz sud s’inscrit dans la droite ligne de celui réalisé sur Mermoz nord, celui de Langlet Santy s’annonce beaucoup plus flou : aujourd’hui, vous nous proposez en effet de lancer la concertation prévue par la loi sur des bases plus ou moins précises. En effet, aucun objectif n’est annoncé dans la délibération qui nous est présentée

Taxe électricité

Taxe électricité

    Il y a quelques minutes, madame Laurence Balas rappelait une fois encore l’incohérence de votre politique budgétaire, politique bâtie sur deux principes : la hausse systématique de toutes les recettes possibles et envisageables -nous en avons une preuve avec ce dossier- ; le report à plus tard de toute mesure conduisant à la maîtrise des dépenses. Avec une telle mission, votre grand argentier, monsieur Richard Brumm, est rapidement devenu expert en fonds de tiroirs. Le rapport qui nous est soumis s’inscrit sans conteste dans cette politique. Depuis le 1er janvier, la Métropole est subrogée dans les droits du Département pour la perception de la TDCFE. La recette avait d’ailleurs été inscrite au budget primitif pour un montant de 12,4 M€. Ce montant de recette correspondait à un taux inchangé de 4,14 % hérité du Département. Aujourd’hui, suite à la loi de finances rectificative pour 2014 -loi que vous avez

Plan local d’urbanisme : du bon et du moins bon…

Plan local d’urbanisme : du bon et du moins bon…

Monsieur le Président, mes chers collègues, vous nous demandez d’approuver aujourd’hui la modification n° 11 du plan local d’urbanisme (PLU) du Grand Lyon ainsi que la modification de périmètres de protection des monuments historiques. Les six modifications apportées en concertation avec l’Architecte des bâtiments de France (ABF) au périmètre de protection des monuments historiques n’appellent, comme la majorité des 205 points de modification au PLU, pas de remarque particulière de notre part. 99 % de ces modifications ne sont en effet que des ajustements mineurs et localisés, correspondant à des évolutions le plus souvent demandées par les Maires des Communes de la Métropole. Pour autant, quelques modifications projetées méritent qu’on s’y arrête : il s’agit de celles -vous l’aurez compris qui concernent le quartier de la Part-Dieu. Nous avions émis, lors de l’ouverture de l’enquête publique, des réserves notamment quant à la procédure utilisée. Les modifications envisagées sur ce quartier

CCSPL : un effort de démocratie svp

CCSPL : un effort de démocratie svp

Monsieur le Président, Mes Chers Collègues, Lors de notre Conseil du 26 janvier 2015, dont vous nous demandez l’approbation du procès-verbal, nous avons procédé aux désignations des membres à la Commission Consultative des Services Publics Locaux qui s’est par la suite réunie en Assemblée Générale le jeudi 9 avril dernier. Lors de cette Assemblée Générale, les membres de la CCSPL ont procédé à l’élection du bureau. Depuis plus d’un an, l’opposition à la Métropole, votre opposition était représentée au sein du bureau, ce qui donnait au fonctionnement de la CCSPL un gage de transparence et d’indépendance. Ce n’est plus le cas aujourd’hui. La candidature de votre Vice-président Pierre Abadie ayant été préférée à celle de Mohamed Rabehi, ce que le groupe UMP et apparentés regrette. A titre liminaire, il convient de rappeler que la CCSPL a pour objet d’émettre des avis sur la qualité des services rendus dans le cadre

Office Public de l’Habitat de la Métropole de Lyon

Office Public de l’Habitat de la Métropole de Lyon

Monsieur le Président, Mes Chers Collègues, La désignation des représentants de la Métropole au sein de ce nouvel OPH, est l’occasion de regretter une nouvelle fois l’absence de vision politique dont vous faites preuve dans la gestion de ce dossier. Alors même que depuis l’annonce de la création de la Métropole, vous claironnez que la simplification du millefeuille administratif est votre seul objectif ; Alors même que vous avez à de nombreuses reprises pris l’exemple de la fusion des 3 OPH intervenants sur le territoire de la Métropole pour appuyer vos propos ; Alors même que le nom du futur directeur général de cet acteur majeur du logement social n’était plus secret pour personne ; La création de l’OPH de la Métropole de Lyon lors de notre conseil du 26 janvier dernier a constitué une volte-face dont vous seul avez le secret. Nous ne pouvons que prendre acte de votre changement de cap

Amateurisme dans la mise place de la Métropole de Lyon

Amateurisme dans la mise place de la Métropole de Lyon

Monsieur le Président, mes chers collègues, mes observations sur ce rapport portant désignation au conseil d’administration de Grand Lyon habitat ne porteront pas sur la récente démission de son Président Olivier Brachet, Philippe Cochet, ayant déjà, au nom de l’ensemble du groupe UMP, divers droite et apparentés, largement remué le couteau dans la plaie manifestement encore vive. Non, mon intervention sera l’occasion, monsieur le Président, de mettre en évidence une fois encore l’amateurisme dont vous faite preuve dans la mise en place de la Métropole et, peut‑être, une fois n’est pas coutume, avoir de votre part en retour quelques explications. La mise en place de la Métropole devait être, vous nous l’avez souvent répété, l’occasion d’apporter un peu de cohérence aux politiques déployées sur le territoire, ce devait être l’occasion de faire des économies dites d’échelle regroupant les structures jusqu’à l’heure juxtaposées de la Communauté urbaine et du Département. Ces objectifs d’économie et de cohérence sont d’ailleurs, et ce n’est pas un hasard, systématiquement mis en avant

Logement social : du qualitatif plutôt que du quantitatif

Logement social : du qualitatif plutôt que du quantitatif

Monsieur le Président et chers collègues, sur le rapport n° 2014-0519 sur les aides à la pierre, le groupe UMP votera pour, et sur le rapport n° 2014-0518 sur les objectifs de production de logements sociaux, le groupe UMP s’abstiendra, en aucune façon par opposition au logement social. Je vous rappelle que je suis élu du 8° arrondissement et mes collègues de cet arrondissement savent tous tout l’attachement que j’ai à la production de logement social. Notre abstention est liée à l’incompréhension d’une délibération qui est, à nos yeux, purement comptable fixant un objectif sans tenir compte des possibilités de chaque commune. Un exemple tout simple, monsieur le Président, Collonges-au-Mont-d’Or est une commune qui présente un taux SRU de 4 %, qui n’a pas de foncier disponible ou très peu, qui a d’énormes problèmes techniques constructifs en zones inondables, balmes, ou autres et où même 14 années d’effort d’un de vos proches, Michel Reppelin -faut-il le rappeler- n’ont pas réussi à faire augmenter ce taux

Rénovation urbaine… c’est quoi la suite ?

Rénovation urbaine… c’est quoi la suite ?

Monsieur le Président, mes chers collègues, après plusieurs années de travaux, les quatre avenants de clôture qui nous sont soumis plus celui de La Duchère marquent la fin de cinq opérations de rénovation urbaine dans notre agglomération. Ces opérations s’inscrivaient, il faut le rappeler dans le cadre du plan national de rénovation urbaine initié, il y a une dizaine d’années, par Jean-Louis Borloo alors Ministre de la Ville. Si j’estime important de le rappeler aujourd’hui, c’est aussi pour que chacun se souvienne, monsieur le Président, que depuis 10 ans, vous n’avez eu de cesse de vous attribuer la paternité de ces réalisations tout en dénonçant la faiblesse de l’engagement de l’État, sans qui, convenez-en, rien n’aurait été possible. Il est particulièrement important de remettre les choses en perspective ce soir ! Il revient, en effet, au Gouvernement que vous soutenez de poursuivre le travail effectué depuis dix ans. S’arrêter au

PUP Marius Berliet : jackpot

PUP Marius Berliet : jackpot

  Monsieur le Président et chers collègues, quelques remarques sur les deux rapports concernant l’aménagement de ce qu’il convient d’appeler désormais “l’opération Parc Marius Berliet“. L’évolution de cet îlot industriel au coeur du huitième arrondissement était, depuis quelques années, devenue inéluctable. L’achèvement prochain de la ZAC Berthelot-Epargne, adjacente, invitait ces bâtiments progressivement vidés de toute activité économique à évoluer ; c’est le cas aujourd’hui et nous ne pouvons que nous en réjouir. La méthode retenue, le projet urbain partenarial (PUP) permettra de faire participer le ou les promoteurs aux équipements publics rendus nécessaires par la création de nouveaux logements. Ce sont les raisons pour lesquelles notre groupe votera ce rapport. Pour autant, même si la mise en place du PUP permet la participation des promoteurs, à hauteur de 5 M€, à la création de voiries -objet du rapport- ou d’un groupe scolaire ou d’une crèche qui resteront de la compétence de la Ville de Lyon, quelques remarques ne nous semblent pas inutiles. Classées initialement

Parc de stationnement Rozier (Lyon 1er)

Parc de stationnement Rozier (Lyon 1<sup>er</sup>)

Monsieur le Président, mes chers collègues, une intervention très rapide sur un dossier un peu technique. Si le passage de la délégation de service public à la convention d’occupation temporaire du domaine public n’appelle aucune objection technique de notre part -et c’est la raison pour laquelle le groupe UMP, divers droite et apparentés votera ce rapport, une simple remarque suite à la réunion de la commission consultative des services publics locaux et à l’avis qui a été émis : cette commission a assorti son avis d’une remarque concernant le fait qu’une convention d’occupation temporaire du domaine public ne nécessitait plus de mise en concurrence, ce que nous regrettons ; il est vrai ce n’est pas une obligation, c’est en revanche une faculté et, pour des questions de transparence, nous souhaiterions que vous preniez l’engagement de faire passer le futur prestataire par une concurrence. Je vous remercie de votre attention.

Grands équipements culturels et Métropole

Grands équipements culturels et Métropole

Monsieur le Président et chers collègues, la Biennale de la danse, comme le Festival Lumière, objets de ces deux rapports, sont deux manifestations qui présentent de nombreuses similitudes. Ce sont aujourd’hui sans conteste deux événements majeurs de la vie culturelle de notre agglomération. Ils participent de façon indéniable, l’un comme l’autre, au rayonnement international de Lyon et du Grand Lyon. A ce titre, le groupe Union pour un mouvement populaire (UMP), divers droite et apparentés se félicite du soutien que le Grand Lyon dans son ensemble leur renouvelle aujourd’hui. Autre de leurs points communs, ce sont deux manifestations nées du travail d’acteurs culturels reconnus ; je parle bien évidemment de la Maison de la danse, d’une part, et de l’Institut Lumière, d’autre part. Au-delà du soutien que nous apportons aujourd’hui à la Biennale de la danse et au Festival Lumière, ces rapports sont l’occasion de s’interroger sur les moyens donnés