Aide à domicile

Aide à domicile

  Monsieur le Président, chers collègues, cette délibération a été étudiée par la commission finances, institutions, ressources et organisation territoriale car elle a pour objet la convention avec la Caisse nationale de solidarité et d’autonomie. Certes, il y a indéniablement un aspect financier mais il eût été opportun de traiter ce sujet en commission développement solidaire et action sociale pour en étudier le contenu. Finalement, ce n’est que la énième répétition du dédain pour le travail en commission -comme cela a été dénoncé par madame Dominique Nachury lors du Conseil métropolitain- concernant l’élaboration du schéma métropolitain des solidarités. Sur la politique des SAAD, notre groupe, par ma voix, vous avait déjà interpellé en décembre sans que cela ait le moindre impact. Nous nous interrogions d’ailleurs sur la limite de l’agrément actuel des structures et nous proposions de travailler sur leur taille, leur capacité à travailler en partenariat pour améliorer leur

Service d’aide et d’accompagnement à domicile (SAAD)

Service d’aide et d’accompagnement à domicile (SAAD)

  Merci, monsieur le Président. Monsieur le Président, mes chers  collègues, vous proposez ce jour au Conseil de délibérer sur la tarification des services d’aide et d’accompagnement  à domicile (SAAD) tarifés. C’est l’occasion pour nous d’élargir le champ de notre réflexion et d’aborder plus généralement la question du  maintien à domicile des personnes âgées et des personnes handicapées. Cette politique touche de nombreux  métropolitains et beaucoup parmi nous d’ailleurs sont touchés dans leur vie personnelle par cette question. Le  maintien à domicile est la solution privilégiée par les personnes concernées et leurs proches car il permet de  garder ses repères, ses habitudes, son environnement. Mais dans le contexte budgétaire qui est le nôtre, l’avenir de ces services nous interroge. Attachés à la liberté de  choix des personnes aidées, nous nous interrogeons sur l’inégalité de traitement qui est faite actuellement, pour  des raisons “historiques” ou autres, entre les services associatifs et