Meublés de tourisme : il était temps !

Meublés de tourisme : il était temps !

Régulièrement évoquée au fil des conseils métropolitains depuis plus de deux ans, la question des meublés de tourisme n’avait jamais trouvé jusqu’à maintenant une traduction politique de la part de l’exécutif de la Métropole et de celui de la Ville de Lyon. Avec les délibérations présentées vendredi au conseil de la Métropole et lundi au conseil municipal de Lyon, Philippe COCHET, Président du groupe Les Républicains et apparentés de la Métropole de Lyon, et Stéphane GUILLAND, Président du groupe Les Républicains & Apparentés – Ensemble pour Lyon de la Ville de Lyon, se réjouissent de la prise en compte même tardivement de cette problématique. Ils avaient d’ailleurs rencontrés les représentants de l’UMIH le 15 septembre dernier puis interpellé le Président de la Métropole lors du conseil métropolitain du 18 septembre par la voix de Philippe COCHET. Cette demande fut confirmée par un courrier le 2 octobre. Les meublés de tourisme

La “créativité” protocolaire de Gérard Collomb “En marche !”

La “créativité” protocolaire de Gérard Collomb “En marche !”

A l’occasion du déplacement demain du Ministre de l’économie sur notre agglomération, une réception est organisée à l’Hôtel de Ville de Lyon par le Sénateur-Maire de Lyon et Président de la Métropole de Lyon au nom de ces deux collectivités et à destination des « forces économiques et créatives ». Nous sommes pour le moins surpris de constater qu’au mépris de tout protocole républicain, les élus d’opposition ne sont pas conviés à cette rencontre. Mais peut-être avons-nous mal compris et ni la Métropole de Lyon, ni la Ville de Lyon ne sont puissances invitantes mais que prestataires de services dans cette affaire. Dès lors, nous ne doutons pas qu’elles sauront adresser la facture aux services de l’Etat ou peut-être au mouvement « En marche ! » s’il s’agit d’une opération de fundraising en vue de la prochaine présidentielle. Philippe COCHET Député-maire de Caluire-et-Cuire Président du groupe “Les Républicains et apparentés” de la Métropole de Lyon Michel

Métropole et sécurité

Métropole et sécurité

  Merci, monsieur le Président. Mes chers collègues, voici un dossier sur la mise en œuvre d’un système de sécurité pour les parcs relevant dorénavant de la compétence de la Métropole, qui est certes limité dans son ampleur mais qui n’en est pas moins symbolique. La sécurité est aujourd’hui sur toutes les lèvres et on peut même dire que le politiquement correct s’est imposé dans ce domaine qui était il y a encore peu un marqueur de la césure gauche/droite, quand la gauche socialiste ne l’utilisait pas comme épouvantail pour assimiler les positions défendues par Les Républicains à celles de l’extrême Droite. Depuis, les Socialistes ont donc découvert les vertus de protéger nos concitoyens et ils défendent aujourd’hui la mise en place de caméras de sécurité, les travaux pour protéger les établissements scolaires, le renforcement des moyens d’action de la Police et on pourrait encore en citer. Je constate d’ailleurs

Budget 2016

Budget 2016

    Monsieur le Président, mes chers collègues, voici le premier vrai budget métropolitain. L’année 2015 ayant été une année de transition, les chiffres étaient incertains, les conséquences de la fusion difficiles à évaluer… Comme on nous l’a redit en commissions finances, institutions, ressources et organisation territoriale, 2015 ne peut pas servir d’année de référence et donc pas de comparaison facile à faire. Que l’on parle politique culturelle, éducation, mineurs isolés, transports de biens et de personnes, les lignes sont différentes à cause des regroupements de crédits et des changements de périmètres d’agrégation. Enfin, cette explication c’est pour les comparaisons que l’opposition voudrait faire car quand il s’agit de comparer pour montrer les efforts de l’exécutif, là, comme par hasard, on arrive à trouver des chiffres consolidés ! Sur les répartitions des dépenses, c’est votre budget, vos choix d’organisation et de politiques, ce ne sont pas les nôtres. Je ne reviendrai donc pas

Déclassement de l’A6/A7

Déclassement de l’A6/A7

  Exactement. Monsieur le Président, le tunnel de Fourvière, c’est 115 000 véhicules par jour. Nous avons besoin de cet Anneau des sciences, comme il a été souligné. Nous vous remercions de créer des groupes de travail pour éviter que le trafic de Fourvière ne soit reporté de Lyon sur les centres-villes de Tassin la Demi Lune, Francheville et Oullins entre autres, qui ne peuvent le supporter. Les déplacements publics ne pourraient pas davantage le supporter. Transférer la thrombose de Fourvière, de Lyon sur les villes de la première couronne ne règle malheureusement aucun de nos maux. Vous conviendrez avec nous, monsieur le Président, que ce dossier ne peut se limiter à des droits pour Lyon et à des devoirs pour les autres Villes. Merci. Monsieur le Président, merci. Cela démarre doucement mais vous verrez, nous avons d’autres choses à vous dire. La vision de la Métropole sur le sujet des infrastructures routières et le

Privatisation de l’aéroport Lyon-St Exupéry et infrastructures

Privatisation de l’aéroport Lyon-St Exupéry et infrastructures

  Monsieur le Président, chers collègues, par ce rapport, il nous est donné l’occasion d’évoquer le devenir de l’aéroport Saint-Exupéry qui est un élément essentiel de développement économique et d’aménagement du territoire. Nous ne reviendrons pas, monsieur le Président, sur votre précipitation à créer la Métropole pour répondre à des enjeux plus politiques que d’intérêt local et qui, de fait, ont étouffé tout débat sur la délimitation du territoire pertinent de notre institution avec nos collectivités partenaires. Nous avons vu votre rattrapage en proposant d’intégrer le dossier de la plaine Saint-Exupéry dans le Pôle métropolitain. C’est effectivement une bonne chose, même si nous sommes encore circonspects sur votre implication réelle dans ce dossier. En effet, le rapport numéro 2015-0673 concernant la mise à disposition de personnel au profit du Pôle fixe comme priorité la communication et l’organisation d’événementiel ; c’est un peu court pour porter le développement d’un aéroport. Or,

Contrat de plan Etat-Région

Contrat de plan Etat-Région

    Merci, monsieur le Président. Avant mon intervention, je voudrais rétablir une vérité concernant le CFAC : monsieur Bérat en fait bien partie ; simplement le COPIL se tient vendredi, c’est pour votre connaissance, peut-être ne connaissiez-vous pas cette information, monsieur le Maire de Villeurbanne ? Monsieur le Président, chers collègues, le vote qui nous est proposé aujourd’hui porte sur le volet territorial de la Métropole de Lyon du contrat de plan Etat-Région. D’abord, une remarque sur la forme : ces contrats devaient être prêts pour 2014 et, finalement, ils ne s’appliqueront qu’à partir de 2016. Pour autant, on a assisté à une précipitation pour finaliser ces contrats ; entre fin 2014 et février 2015, tout devait être pesé et emballé. Pourquoi cela ? Car les élections départementales qui s’annonçaient déjà comme une déroute pour les majorités socialistes ont forcé l’allure de la négociation. On a alors vu fleurir

Programmation Pluriannuelle d’Investissement (PPI) 2015–2020

Programmation Pluriannuelle d’Investissement (PPI) 2015–2020

Monsieur le Président, Chers collègues Le vote de la programmation pluriannuelle d’investissement (PPI) pour les années 2015 – 2020 mérite une attention particulière, puisqu’il engage l’orientation des investissements sur le territoire et donc du développement des conditions de vie de nos concitoyens. Sur la présentation de votre PPI, je ferai cinq remarques majeures : La première sur l’absence de vision métropolitaine.Bien sûr le réflexe légitime des élus et particulièrement des maires devant une PPI intercommunale c’est de s’assurer que leurs choix ont bien été pris en compte et que les réalisations seront engagées pendant le mandat.Mais une liste de course, telle que présentée en annexe de la délibération, ne donne pas une vision de la construction de la Métropole. La PPI est un empilement de projets certes utiles et parfois nécessaires mais sans vision globale de développement. Nous conservons une logique intercommunale et non métropolitaine ce qui ne manque pas d’interroger

Respect de l’ordre public dans les déchèteries

Respect de l’ordre public dans les déchèteries

Monsieur le Président, mes chers collègues, L’occasion m’est donnée à travers ce rapport d’évoquer la situation de la déchetterie située sur la commune de Caluire et Cuire et plus largement ces mêmes équipements sur tout le territoire. L’outil était fortement attendu compte tenu du retard pris dans sa construction et donc le succès est au rendez-vous, on comptabilisait fin mars déjà plus de 10 000 passages. Nous ne pouvons que nous en féliciter. Ce succès des usagers est allé, malheureusement, de pair avec un autre succès dont on se passerait volontiers, il s’agit des vols quotidiens d’objets et de matériaux à même les containers. On entend parfois dire que finalement il n’y a qu’à laisser faire, que c’est un peu le sort de ces équipements. Nous contestons fermement une telle vision d’irresponsabilité. Ces vols permettent la constitution de réseaux mafieux qui vivent du trafic d’objets volés et du recel de matériaux.

Règlement intérieur de la Métropole

Règlement intérieur de la Métropole

Monsieur le Président, mes chers collègues, Voici un rapport qui sous ses airs techniques revêt un caractère politique important. Le règlement intérieur d’une collectivité fixe pour le mandat les conditions de travail des élus, les règles de présentation et d’adoption des rapports, les modalités du droit d’expression, etc. Tout d’abord, je tiens à faire remarquer car ce n’est pas l’habitude dans cette maison, que la commission spécialement créée a été une instance réelle d’échanges. Je pense que nos débats ont été constructifs et que chacun ici a pu s’en rendre compte s’il a pris le temps de lire les comptes rendus de nos réunions à huis-clos, dont la retranscription fidèle des enregistrements a été publiée par la presse locale avant même de nous être communiquée. Nous n’avons néanmoins pas pu faire évoluer le texte au-delà de la marge de manœuvre que l’exécutif voulait bien nous laisser. Ce fut là tout

Immeubles menaçant ruine : un pouvoir de police flou et à géométrie variable

Immeubles menaçant ruine : un pouvoir de police flou et à géométrie variable

Monsieur le Président, mes chers collègues, ce dossier est la suite attendue du rapport 2014‑0528 présenté au Conseil du 15 décembre 2014 qui avait traité le cas de la seule ville de Lyon et laissé sur le chemin les autres Communes. Jean-Paul Bret l’avait fait remarquer en indiquant dans son intervention : “Il n’y a pas qu’à Lyon, malheureusement, qu’il y a des immeubles menaçant ruine”. De plus, ce dossier a été présenté en séance du Conseil à l’ordre du jour supplémentaire et alors même que la commission Métropole n’avait pas finalisé son étude débutée lors de la séance du 27 novembre 2014. Pour ces raisons et en absence d’éléments d’information sur les propositions pour les autres Communes, notre groupe avait choisi de s’abstenir. La convention qui nous est proposée aujourd’hui est, à quelques différences de rédaction pour compléter ou amender certains éléments plutôt techniques d’ailleurs, conforme à la convention

Dialogue social… rappel au règlement

Dialogue social… rappel au règlement

Monsieur le Président, je ne pensais pas intervenir sur ce sujet avec la traduction en direct de la qualité du dialogue social tel qu’il vient d’être exprimé ! Alors permettez-moi, monsieur le Président, mes chers collègues, de revenir sur notre dernière séance de Conseil métropolitain qui a été perturbée par un incident de séance provoqué par madame Anne Brugnera, Conseillère déléguée, membre de la Commission permanente et Présidente du groupe Socialiste et apparentés. Alors qu’elle intervenait pour son groupe, elle a tenté une joute politique en évoquant une supposée attitude de “fonctionnaires bashing” de la part de notre groupe UMP, divers droite (DVD) et apparentés. Ce qui est en train de se passer, apparemment, est totalement différent. Madame Brugnera nous avait déjà fait beaucoup rire avec sa méconnaissance de la géographie locale, en évoquant les réseaux d’assainissement puis avec ses difficultés de calculs en tentant de justifier une erreur d’inscription

Démission d’Olivier Brachet : une gouvernance en question

Démission d’Olivier Brachet : une gouvernance en question

Monsieur le Président, mes chers collègues, l’étude de ces désignations nous donne l’occasion d’avoir une pensée pour monsieur Olivier Brachet dont l’ombre plane dès que l’on parle de logements mais c’est quelqu’un qui était très apprécié et que nous regrettons… (…) Et en plus, très sincèrement, monsieur le Président ! Elle nous ramène à la situation de la Métropole et à son mode de gouvernance. La démission de votre Vice-Président dénonce, monsieur Collomb, de manière fracassante, à la fois vos méthodes politiciennes, et votre incapacité à définir une ligne politique claire et transparente pour la construction de la Métropole. Nous avons eu l’occasion, lors de la séance d’installation, d’évoquer un point qui nous différencie nettement : c’est le respect des personnes et des engagements. Monsieur David Kimelfeld nous a répondu dans la presse “caricature“. Si je peux me permettre, je vous rappelle que “caricature” signifie que c’est vrai mais que

CLECRT : osez l’ouverture

CLECRT : osez l’ouverture

Monsieur le Président, mes chers collègues, mon intervention ne vous surprendra pas, elle se veut contestataire de la composition de la CLECRT. Elle ne peut vous surprendre, car j’ai déjà évoqué ce sujet devant vous, au Conseil de décembre 2014, lors du vote du protocole financier, et plus récemment lors de la séance d’installation de la Métropole. Ce qui n’est pas non plus surprenant, c’est d’avoir à interpeller toujours et encore sur le non-respect de la démocratie dans cette assemblée. A ce sujet, j’ouvre une parenthèse, sur les derniers votes concernant l’exécutif. Combien c’est, à la Métropole, un exercice risqué d’oser user simplement de son droit de vote et d’éligibilité, sans avoir obtenu en amont l’adoubement du Président actuel de la Métropole, du camarade socialiste, comme le rappelaient nos collègues communistes. J’en reviens donc à cette fameuse CLECRT. Vous nous proposez de reconduire sa composition à l’identique. Je ne conteste

La charge de Philippe Cochet contre Gérard Collomb

La charge de Philippe Cochet contre Gérard Collomb

L’élection de la commission permanente de la nouvelle permanente a permis à Gérard Collomb de renforcer sa majorité en s’ouvrant à un élu UMP et à d’autres partenaires politiques jusqu’à présent à la frontière de son exécutif. Philippe Cochet, président du groupe UMP, a dénoncé des “débauchages”. L’histoire retiendra que les premiers votes de la métropole auront été consacrés à des questions très politiciennes  : l’élection de la commission permanente, cinquante élus qui ont un pouvoir délibératif supérieur aux autres conseillers métropolitains. Cette distinction a mis le feu aux poudres. La proposition de Gérard Collomb faite à tous les présidents de groupe d’intégrer la commission permanente et par conséquent l’exécutif n’a pas été entendue par tous. Le Gram de Nathalie Perrin-Gilbert, les communistes de Vénissieux, l’UDI ou l’UMP ont ainsi refusé. Et Philippe Cochet, président du groupe UMP s’en est expliqué dans une longue charge contre Gérard Collomb et sa