Présence postale

Présence postale

    Non, c’est moi. Monsieur le Président, l’aménagement du territoire est une compétence de la Métropole de Lyon qui peut donc agir directement ou indirectement sur le maintien des services de proximité sur son territoire. J’évoquerai particulièrement ce soir le service de La Poste. La Poste a un double engagement, elle est chargée de missions de service public et elle est aussi une entreprise. En cela, elle doit financer ces actions par des recettes propres tout en bénéficiant des contreparties de ses missions de service public. Chacun de nous sait ici que La Poste subit depuis plusieurs années un défi sans précédent avec l’avancée du numérique qui remet en cause son activité historique, l’acheminement, la distribution et le transport d’information physique. Les chiffres sont assez édifiants : 18 milliards de lettres en 2008, il en restera 9 milliards en 2018. Pour maintenir son activité, La Poste s’est engagée à

Villa Gillet et Subsistances : la confusion persiste

Villa Gillet et Subsistances : la confusion persiste

  Monsieur le Président et chers collègues, à l’occasion de cette délibération sur le festival Mode d’emploi, nous vous renouvelons notre demande d’une étude détaillée des actions de la Villa Gillet et de ses liens avec les Nouvelles Subsistances. En effet, dans la délibération que vous nous proposez, il est fait mention de spectacles et de rencontres se déroulant aux Subsistances, sans plus de précision. Interrogée par nos soins sur les relations entre l’association Villa Gillet et l’association les Nouvelles Subsistances à l’occasion de ce festival, madame la Vice-Présidente en charge de la culture nous a répondu qu’il n’y avait pas à proprement parler de partenariat avec les Subsistances mais plutôt avec l’Ecole nationale des beaux-arts (ENSBA) qui accueille trois débats dans son amphithéâtre, des débats qui sont toutefois accessibles en réservant auprès des Subsistances et non de l’ENSBA. En regardant le site Internet de ce festival, nous constatons, d’autre

Centre National de la Mémoire Arménienne : et le fonctionnement ?

Centre National de la Mémoire Arménienne : et le fonctionnement ?

  Monsieur le Président, chers collègues, le Centre national de la culture arménienne (CNMA), situé sur la commune de Décines Charpieu, est le résultat d’un projet élaboré et porté par la Maison de la culture arménienne de Décines Charpieu dès 2011. En 2009, était délivré le permis de construire du futur CNMA, avec la mise en place d’un montage financier pour un investissement total de 2,120 M€. De nombreuses collectivités territoriales ont participé pour ériger ce Centre, dont le Grand Lyon pour 300 000 €, la Ville de Décines Charpieu pour 50 000 €, la Ville de Meyzieu pour 20 000 € et bien d’autres, la communauté arménienne, la MCA et la Fondation Napoléon Bullukian apportant l’autre moitié de l’investissement. Ouvert au public depuis le 20 octobre 2013 après une inauguration par la Ministre de l’époque, madame Aurélie Filippetti, le Centre national de la mémoire arménienne défend un projet d’établissement

Actions de protection de la biodiversité

Actions de protection de la biodiversité

Monsieur le président, Une simple remarque sur ce rapport. Loin de moi, l’envie de lancer le débat sur le rôle réel des associations dans la protection et la valorisation de la biodiversité. Juste un regret : l’obligation de soutenir en bloc des associations qui ont, au fond, pour certaines, des objectifs  divergent, tels que la fédération des chasseurs et la ligue protectrice des oiseaux.  

Conseil de développement de la Métropole de Lyon

Conseil de développement de la Métropole de Lyon

Monsieur le Président, Qui dans cette assemblée pourrait être opposé à une démocratie participative, qui permet aux citoyens d’être acteurs de leur avenir dans notre Métropole. Pas notre groupe en tous les cas ! Cependant, ce Conseil de développement appelle quelques observations. Tout d’abord, Monsieur le Président, nous tenons à rappeler l’importance de la démocratie représentative que, nous les élus, incarnons dans cet hémicycle et qui devrait être davantage respectée. La preuve, comme l’a déjà indiqué Philippe COCHET, nous ne pouvons qu’être surpris de voir que la représentation des Conférences Territoriales des Maires (CTM) est déjà définie alors même que la discussion sur ces instances est en cours. Ensuite, la constitution de la liste des membres nous interpelle. En effet, nous retrouvons, là un ancien président d’un groupe politique de votre majorité à la Communauté Urbaine sous le précédent mandat, là le chargé de mission d’un groupe politique de votre majorité

Logement : une clarification des aides aux associations serait bienvenue

Logement : une clarification des aides aux associations serait bienvenue

Monsieur le Président, Mes Chers collègues, Ce rapport concerne les subventions aux différentes associations d’accès et de maintien dans le logement qui interviennent à nos côtés notamment pour la mise en œuvre de nos programmes habitats et logements. Ce sont donc 21 subventions présentées en 6 actions pour un montant total de 1 451 518 €. On a pris soin en commission de nous dire que la communauté urbaine émargeait déjà pour 20 subventions et le département pour 7. Que pour les 446 018 € de subventions départementales elles étaient issues de l’accord CLERCT et donc reconduites sans modification et que pour le périmètre Grand Lyon un effort de 11% avait été fait. Donc que tout était très bien organisé et qu’il ne restait qu’à voter ! Effectivement, la proposition répond parfaitement à une volonté conservatrice : on ne change rien ; et fondée sur le seul aspect du chiffre : on diminue les charges de fonctionnement.

Orientations du Plan Local d’Urbanisme et de l’Habitat (PLU-H)

Orientations du Plan Local d’Urbanisme et de l’Habitat (PLU-H)

Monsieur le président, mes chers collègues Cette intervention porte sur les rapports 360 et 361 Nous accueillons bien sûr avec plaisir la commune de Quincieux , ses habitants et ses élus dans notre PLU-H  et nous leur souhaitons la bienvenue et bon courage sur les chemins du Projet d’aménagement et  de développement durable (PADD) du PLU-H qui, pour être bornés de bonnes intentions n’en est pas moins pavé ici où là de formulations et d’imprécisions  qui suscitent interrogations ou inquiétudes de la part des élus municipaux. La déclinaison des orientations générales du PADD du PLU-H sous forme de quatre défis à assumer pour assurer la transition vers un autre mode de développement ne peut qu’entrainer l’adhésion. Qui pourrait être contre le développement d’une métropole attractive, la création d’emplois,  la réponse aux besoins en logements de tous les habitants dont on améliorerait la cadre de vie et le bien-être.  Tout cela

Respect de l’ordre public dans les déchèteries

Respect de l’ordre public dans les déchèteries

Monsieur le Président, mes chers collègues, L’occasion m’est donnée à travers ce rapport d’évoquer la situation de la déchetterie située sur la commune de Caluire et Cuire et plus largement ces mêmes équipements sur tout le territoire. L’outil était fortement attendu compte tenu du retard pris dans sa construction et donc le succès est au rendez-vous, on comptabilisait fin mars déjà plus de 10 000 passages. Nous ne pouvons que nous en féliciter. Ce succès des usagers est allé, malheureusement, de pair avec un autre succès dont on se passerait volontiers, il s’agit des vols quotidiens d’objets et de matériaux à même les containers. On entend parfois dire que finalement il n’y a qu’à laisser faire, que c’est un peu le sort de ces équipements. Nous contestons fermement une telle vision d’irresponsabilité. Ces vols permettent la constitution de réseaux mafieux qui vivent du trafic d’objets volés et du recel de matériaux.

French Tech, un lieu offrant une meilleure visibilité

French Tech, un lieu offrant une meilleure visibilité

Monsieur le Président, Chers collègues Le groupe des élus UMP et apparentés salue et soutient le dynamisme des entreprises de la filière numérique de notre agglomération. A l’occasion de ces deux délibérations relatives à Lyon French Tech, nous vous faisons part de nos interrogations, d’une part sur votre approche de l’animation du tissu économique, et d’autre part, sur la façon de choisir le lieu totem de la French Tech. Les 7 000 entreprises du numérique, avec leurs 42 000 emplois, sont un véritable atout pour notre agglomération. Ce dynamisme entrepreneurial associe de grands acteurs et une myriade de TPE et startups, qui font de notre agglomération le 2e pôle numérique français, fort également de 600 formations universitaires. Comme pour d’autres filières économiques, il y a sans doute besoin de renforcer la visibilité de ce potentiel économique. Nous soutenons donc la démarche French Tech, même s’il faut reconnaître que l’engagement financier de l’Etat

Quel avenir pour l’aéroport de Lyon Saint Exupéry ?

Quel avenir pour l’aéroport de Lyon Saint Exupéry ?

Monsieur le Président, mes chers collègues, Je profite  de ce rapport et de la récente actualité pour vous interpeller sur l’engagement de la Métropole de Lyon dans le développement de l’aéroport de Lyon-Saint Exupéry. La récente actualité législative avec le vote de la loi Macron qui permettra la privatisation de l’aéroport de Lyon Saint Exupéry et les récentes déclarations du Président de la République démontrent une fois de plus que le jacobinisme des acteurs nationaux influe dans la gouvernance locale. L’article 49 de la loi Macron prévoit la vente, par L’État, des parts qu’il détient dans la société « Aéroports de Lyon ». Le sujet interpelle car l’arrivée d’un nouvel actionnariat majoritaire dans la gouvernance de cet outil public, dont les infrastructures et le foncier restent la propriété de l’État, ne sera une opportunité que s’il est porteur d’un véritable projet de développement prenant en compte les enjeux de nos territoires. Cet

Règlement intérieur de la Métropole

Règlement intérieur de la Métropole

Monsieur le Président, mes chers collègues, Voici un rapport qui sous ses airs techniques revêt un caractère politique important. Le règlement intérieur d’une collectivité fixe pour le mandat les conditions de travail des élus, les règles de présentation et d’adoption des rapports, les modalités du droit d’expression, etc. Tout d’abord, je tiens à faire remarquer car ce n’est pas l’habitude dans cette maison, que la commission spécialement créée a été une instance réelle d’échanges. Je pense que nos débats ont été constructifs et que chacun ici a pu s’en rendre compte s’il a pris le temps de lire les comptes rendus de nos réunions à huis-clos, dont la retranscription fidèle des enregistrements a été publiée par la presse locale avant même de nous être communiquée. Nous n’avons néanmoins pas pu faire évoluer le texte au-delà de la marge de manœuvre que l’exécutif voulait bien nous laisser. Ce fut là tout

Aide aux Roms de Roumanie : quel effet sur les campements ici ?

Aide aux Roms de Roumanie : quel effet sur les campements ici ?

Monsieur le Président, chers collègues. Merci pour cette présentation détaillée. Si les bienfaits de cette coopération avec la ville de Tinca semblent évidents…. à Tinca, son efficacité semble plus discutable au niveau de notre Métropole. En effet, si le premier objectif consistant à améliorer les conditions d’hébergement, d’équipement et de vie en Roumanie pour les populations concernée semble prendre forme, et c’est tant mieux, leur inclusion sur leur propre territoire n’est toujours par une réussite. Nous l’avons constaté cet hiver : les campements illicites se sont multipliés un peu partout dans le Grand Lyon : à Lyon, à Saint-Priest, à Bron… Ces campements de fortune, parfois construits au centre même des villes, ne présentent pas une solution humainement acceptable pour leurs habitants, ni une situation vivable au quotidien pour les riverains. D’un côté des enfants qui vivent dans des conditions déplorables que ce soit en terme de sécurité que sur un plan

A quand une véritable politique métropolitaine de subventions ?

A quand une véritable politique métropolitaine de subventions ?

Monsieur le Président, mes chers collègues, Alors que nous décidons dans ce conseil de l’attribution de subventions à des associations de droit privé pour un montant d’environ 2,4 M euros, notre groupe souhaite vous interroger sur votre politique dans ce domaine important pour la collectivité. Au regard des chiffres du BP 2015, la Métropole a prévu de distribuer environ 50 M€ de subventions à des associations de droit privé, sans compter les 8,7 M€ à des organismes publics. Nous attendons donc de connaitre votre méthodologie pour fixer la répartition de ces sommes. Nous avons bien compris qu’il fallait attendre 2016 pour que la lumière soit révélée mais d’ici là, pour qu’elle le soit, il y a du travail et nous sommes assez dubitatifs sur la manière de le conduire ! Michel Forissier vous avait interpellé lors du précèdent Conseil sur ce sujet en vous rappelant que le Conseil général avait déjà

Office Public de l’Habitat de la Métropole de Lyon

Office Public de l’Habitat de la Métropole de Lyon

Monsieur le Président, Mes Chers Collègues, La désignation des représentants de la Métropole au sein de ce nouvel OPH, est l’occasion de regretter une nouvelle fois l’absence de vision politique dont vous faites preuve dans la gestion de ce dossier. Alors même que depuis l’annonce de la création de la Métropole, vous claironnez que la simplification du millefeuille administratif est votre seul objectif ; Alors même que vous avez à de nombreuses reprises pris l’exemple de la fusion des 3 OPH intervenants sur le territoire de la Métropole pour appuyer vos propos ; Alors même que le nom du futur directeur général de cet acteur majeur du logement social n’était plus secret pour personne ; La création de l’OPH de la Métropole de Lyon lors de notre conseil du 26 janvier dernier a constitué une volte-face dont vous seul avez le secret. Nous ne pouvons que prendre acte de votre changement de cap

Parité au sein de l’exécutif de la Métropole

Parité au sein de l’exécutif de la Métropole

C’est avec étonnement que le groupe UMP, Divers droite et Apparentés de la Métropole de Lyon a pris connaissance du communiqué de presse intitulé « Quand la Métropole rime avec monopole » publié le 7 avril et co-signé notamment par des partis politiques tels que:  EELV 69, Ensemble 69, GRAM, PCF 69 et PG 69. Leur communiqué déplore que l’exécutif à la Métropole de Lyon malgré son effectif pléthorique ne soit pas paritaire, et les auteurs découvrent que la loi du 27 janvier 2014 de modernisation de l’action publique territoriale et d’affirmation des métropoles (MAPTAM) permet cette dérogation unique en France jusqu’en 2020 ! Face à un double langage des élus de gauche de la majorité de Gérard COLLOMB, il est important de rappeler les faits suivants : La loi MAPTAM et les ordonnances d’application qui décident d’empêcher l’application de la parité dans l’exécutif de la métropole de Lyon ont

Dialogue social… rappel au règlement

Dialogue social… rappel au règlement

Monsieur le Président, je ne pensais pas intervenir sur ce sujet avec la traduction en direct de la qualité du dialogue social tel qu’il vient d’être exprimé ! Alors permettez-moi, monsieur le Président, mes chers collègues, de revenir sur notre dernière séance de Conseil métropolitain qui a été perturbée par un incident de séance provoqué par madame Anne Brugnera, Conseillère déléguée, membre de la Commission permanente et Présidente du groupe Socialiste et apparentés. Alors qu’elle intervenait pour son groupe, elle a tenté une joute politique en évoquant une supposée attitude de “fonctionnaires bashing” de la part de notre groupe UMP, divers droite (DVD) et apparentés. Ce qui est en train de se passer, apparemment, est totalement différent. Madame Brugnera nous avait déjà fait beaucoup rire avec sa méconnaissance de la géographie locale, en évoquant les réseaux d’assainissement puis avec ses difficultés de calculs en tentant de justifier une erreur d’inscription

Amateurisme dans la mise place de la Métropole de Lyon

Amateurisme dans la mise place de la Métropole de Lyon

Monsieur le Président, mes chers collègues, mes observations sur ce rapport portant désignation au conseil d’administration de Grand Lyon habitat ne porteront pas sur la récente démission de son Président Olivier Brachet, Philippe Cochet, ayant déjà, au nom de l’ensemble du groupe UMP, divers droite et apparentés, largement remué le couteau dans la plaie manifestement encore vive. Non, mon intervention sera l’occasion, monsieur le Président, de mettre en évidence une fois encore l’amateurisme dont vous faite preuve dans la mise en place de la Métropole et, peut‑être, une fois n’est pas coutume, avoir de votre part en retour quelques explications. La mise en place de la Métropole devait être, vous nous l’avez souvent répété, l’occasion d’apporter un peu de cohérence aux politiques déployées sur le territoire, ce devait être l’occasion de faire des économies dites d’échelle regroupant les structures jusqu’à l’heure juxtaposées de la Communauté urbaine et du Département. Ces objectifs d’économie et de cohérence sont d’ailleurs, et ce n’est pas un hasard, systématiquement mis en avant

Démission d’Olivier Brachet : une gouvernance en question

Démission d’Olivier Brachet : une gouvernance en question

Monsieur le Président, mes chers collègues, l’étude de ces désignations nous donne l’occasion d’avoir une pensée pour monsieur Olivier Brachet dont l’ombre plane dès que l’on parle de logements mais c’est quelqu’un qui était très apprécié et que nous regrettons… (…) Et en plus, très sincèrement, monsieur le Président ! Elle nous ramène à la situation de la Métropole et à son mode de gouvernance. La démission de votre Vice-Président dénonce, monsieur Collomb, de manière fracassante, à la fois vos méthodes politiciennes, et votre incapacité à définir une ligne politique claire et transparente pour la construction de la Métropole. Nous avons eu l’occasion, lors de la séance d’installation, d’évoquer un point qui nous différencie nettement : c’est le respect des personnes et des engagements. Monsieur David Kimelfeld nous a répondu dans la presse “caricature“. Si je peux me permettre, je vous rappelle que “caricature” signifie que c’est vrai mais que

Composition de l’exécutif de la métropole

Composition de l’exécutif de la métropole

Suite aux déclarations de Monsieur Jean-Jacques SELLES, Maire de Chassieu dans le journal Le Progrès du mercredi 18 février 2015, M. Philippe COCHET, Député – Maire de Caluire et Cuire, Président du groupe M. François-Noël BUFFET, Sénateur – Maire d’Oullins, Vice-Président du groupe M. Michel FORISSIER, Sénateur – Maire de Meyzieu Tiennent au nom du groupe UMP, Divers droite et Apparentés de la Métropole de Lyon à apporter les informations suivantes : Le groupe a refusé de prendre part à l’exécutif de la Métropole de Lyon dirigé par Gérard COLLOMB. Cette position a été décidée collectivement par les membres du groupe réunis le 8 janvier 2015 en présence de MM. Lucien BARGE et Jean-Jacques SELLES. MM. François-Noël BUFFET et Michel FORISSIER démentent catégoriquement les propos de M. Jean-Jacques SELLES selon lesquels ils lui auraient fait part de leurs encouragements pour accepter un poste de Conseiller délégué. Par ailleurs, M. Michel FORISSIER précise qu’il n’a

Réaction à la démission du 17ème vice-président M. Olivier Brachet chargé de l’Habitat, du Logement et de la politique de la ville

Réaction à la démission du 17ème vice-président  M. Olivier Brachet chargé de l’Habitat, du Logement et de la politique de la ville

La démission de M. Olivier BRACHET dénonce de manière fracassante à la fois les méthodes politiciennes de GERARD COLLOMB et son incapacité à définir une ligne politique pour le logement mais, plus globalement, pour l’évolution de la Métropole. Dans un total irrespect de celui qui fut son Directeur de campagne, Gérard COLLOMB ose dire que M. Olivier BRACHET n’a pas les capacités de faire face à une baisse de l’investissement dans la construction de logements. Cette appréciation personnelle injustifiée est surtout infondée sur la réalité que sont les finances actuelles de la Métropole. La métropole a adopté un budget incongru puisque outre le report du financement de dépenses certaines comme l’impact de la dévaluation de l’Euro face au franc suisse (évalué aujourd’hui à un minimum de 6 millions d’euros), le budget n’a pas pu préciser les investissements qui seront retenus pour l’année 2015 puisque la programmation pluriannuelle d’investissement sera votée