Réaménagement de la place du Général Leclerc à la Mulatière : enfin !

Réaménagement de la place du Général Leclerc à la Mulatière : enfin !

Monsieur le Président et chers collègues, il nous est proposé dans ce rapport le bilan de clôture pour le réaménagement de la place Leclerc à La Mulatière et de donner quitus à la SERL, maître d’ouvrage délégué. Il s’agit là de l’aboutissement de la procédure administrative pour lequel on ne peut être que d’accord. Si je souhaite intervenir brièvement, c’est pour rappeler le calendrier de ce programme, qui concerne un projet de dimension limitée, une placette dit le rapport. La décision du réaménagement, déjà en discussion sous mon prédécesseur, est validée début 2003, l’essentiel des travaux sera finalement terminé fin 2011, la réception du chantier, après levées de réserves qui mettront presque 2 ans, sera faite en 2013. Il aura donc fallu 11 ans, pratiquement 2 mandats, pour voir s’accomplir une réalisation minime à l’échelle du Grand Lyon, mais très importante pour les habitants de ce quartier à qui elle

Très cher siphon de La Mulatière

Très cher siphon de La Mulatière

Monsieur le Président et chers  collègues, voilà un dossier préoccupant sur les choix de dépenses d’investissement faits par l’exécutif dans un dossier qui, à l’évidence,  a échappé à tout contrôle politique. Nous parlons du siphon situé entre Lyon et La Mulatière qui transfère les eaux usées et pluviales vers la station d’épuration de Pierre Bénite. Des études ont été engagées pour modifier la structure d’accueil de ce siphon pour d’abord tenir compte de sa proximité et du musée des Confluences. On peut effectivement comprendre que les aspects visuels et olfactifs des eaux usées soient pris en compte dans un tel projet. Puis on a ajouté des travaux de sécurisation pour améliorer le travail des agents. Puis on a décidé que, finalement, et même si le système fonctionne actuellement convenablement, on allait anticiper des travaux qui auraient pu attendre jusqu’à cinq ans, selon les informations données en commission. Après toutes ces modifications techniques, on découvre avec effarement que le montant des offres est bien

Contrat urbain de cohésion sociale (CUCS) : quelle solidarité de la Métropole ?

Contrat urbain de cohésion sociale (CUCS) : quelle solidarité de la Métropole ?

Nous interviendrons à deux voix sur ce dossier, monsieur Rabehi me succédera. Monsieur le Président, chers collègues, nous délibérons sur une série de rapports qui concernent les subventions du Grand Lyon à plusieurs dispositifs et associations dont l’objectif est, selon les cas, de favoriser l’insertion et l’emploi par des formations, la levée de frein à la mobilité, l’accompagnement à la création d’entreprises. Le soutien de la Communauté urbaine à ces actions depuis des années est très important pour ces dispositifs et les personnes concernées, surtout en cette période de grande difficulté économique et de chômage. Il se trouve que ces projets et ces aides sont particulièrement ciblés dans les quartiers en contrat urbain de cohésion sociale (CUCS) et se pose dès lors la question de l’orientation des crédits face à la refonte des zones prioritaires. Que va-t-il en être à l’avenir pour les Communes qui ont été sorties de cette géographie prioritaire, non seulement pour l’aide aux projets d’insertion par l’emploi mais aussi pour