Moyens des groupes politiques

Moyens des groupes politiques

    Monsieur le Président et chers collègues, les groupes politiques se constituent librement pour faire vivre la démocratie interne des collectivités et les moyens que la loi leur garantit permettent à chaque élu d’exercer les missions de son mandat. Ces moyens sont particulièrement nécessaires pour les groupes d’opposition car cela leur permet d’assurer un travail d’analyse et de contrôle sur les décisions prises, ce qui n’est pas toujours facilité par l’exécutif, quelle que soit d’ailleurs la majorité. Notre groupe votera donc pour cette délibération qui concerne les moyens en personnels et qui a fait l’objet d’une demande de solidarité entre les différents groupes constitués au sein de cet hémicycle. Toutefois, nous souhaitons rappeler certaines positions qui ont été énoncées lors de cette discussion. La délibération actuelle a pour objet de permettre à certains groupes de pouvoir assurer le paiement des salaires des chargés de mission qui avaient été calculés sur

Orientations du Plan Local d’Urbanisme et de l’Habitat (PLU-H)

Orientations du Plan Local d’Urbanisme et de l’Habitat (PLU-H)

Monsieur le président, mes chers collègues Cette intervention porte sur les rapports 360 et 361 Nous accueillons bien sûr avec plaisir la commune de Quincieux , ses habitants et ses élus dans notre PLU-H  et nous leur souhaitons la bienvenue et bon courage sur les chemins du Projet d’aménagement et  de développement durable (PADD) du PLU-H qui, pour être bornés de bonnes intentions n’en est pas moins pavé ici où là de formulations et d’imprécisions  qui suscitent interrogations ou inquiétudes de la part des élus municipaux. La déclinaison des orientations générales du PADD du PLU-H sous forme de quatre défis à assumer pour assurer la transition vers un autre mode de développement ne peut qu’entrainer l’adhésion. Qui pourrait être contre le développement d’une métropole attractive, la création d’emplois,  la réponse aux besoins en logements de tous les habitants dont on améliorerait la cadre de vie et le bien-être.  Tout cela

Immeubles menaçant ruines : la preuve que tout n’est pas prêt

Immeubles menaçant ruines : la preuve que tout n’est pas prêt

Monsieur le Président, mes chers collègues, nous allons évoquer à 2 reprises dans ce Conseil le transfert des pouvoirs de police spéciale des Maires au Président de la Métropole et ce rapport concerne maintenant spécifiquement les immeubles menaçant ruine. Je vais vous étonner, monsieur le Président, mais ce n’est pas une surprise pour nous d’étudier un tel dossier car nous avions lu la loi, en tous les cas le directeur général des services (DGS) nous avait informé de cette loi qui figurait dans la loi ALUR et non pas dans la loi MAPTAM. Ce qui est plus surprenant, c’est de voir apparaître dans un ordre du jour complémentaire une délibération prévoyant la conclusion d’une convention avec la seule Ville de Lyon alors que nous savons que d’autres communes sont concernées par cette problématique, en particulier celle de La Mulatière qui a dû faire face à plusieurs reprises au cours des derniers mandats à des glissements de terrain sur le quai Jean-Jacques Rousseau et des effondrements de

Réaménagement de la place du Général Leclerc à la Mulatière : enfin !

Réaménagement de la place du Général Leclerc à la Mulatière : enfin !

Monsieur le Président et chers collègues, il nous est proposé dans ce rapport le bilan de clôture pour le réaménagement de la place Leclerc à La Mulatière et de donner quitus à la SERL, maître d’ouvrage délégué. Il s’agit là de l’aboutissement de la procédure administrative pour lequel on ne peut être que d’accord. Si je souhaite intervenir brièvement, c’est pour rappeler le calendrier de ce programme, qui concerne un projet de dimension limitée, une placette dit le rapport. La décision du réaménagement, déjà en discussion sous mon prédécesseur, est validée début 2003, l’essentiel des travaux sera finalement terminé fin 2011, la réception du chantier, après levées de réserves qui mettront presque 2 ans, sera faite en 2013. Il aura donc fallu 11 ans, pratiquement 2 mandats, pour voir s’accomplir une réalisation minime à l’échelle du Grand Lyon, mais très importante pour les habitants de ce quartier à qui elle

Contrat urbain de cohésion sociale (CUCS) : quelle solidarité de la Métropole ?

Contrat urbain de cohésion sociale (CUCS) : quelle solidarité de la Métropole ?

Nous interviendrons à deux voix sur ce dossier, monsieur Rabehi me succédera. Monsieur le Président, chers collègues, nous délibérons sur une série de rapports qui concernent les subventions du Grand Lyon à plusieurs dispositifs et associations dont l’objectif est, selon les cas, de favoriser l’insertion et l’emploi par des formations, la levée de frein à la mobilité, l’accompagnement à la création d’entreprises. Le soutien de la Communauté urbaine à ces actions depuis des années est très important pour ces dispositifs et les personnes concernées, surtout en cette période de grande difficulté économique et de chômage. Il se trouve que ces projets et ces aides sont particulièrement ciblés dans les quartiers en contrat urbain de cohésion sociale (CUCS) et se pose dès lors la question de l’orientation des crédits face à la refonte des zones prioritaires. Que va-t-il en être à l’avenir pour les Communes qui ont été sorties de cette géographie prioritaire, non seulement pour l’aide aux projets d’insertion par l’emploi mais aussi pour

Pour une compétence “balmes” au Grand Lyon

Pour une compétence “balmes” au Grand Lyon

Monsieur le Président, chers collègues, à l’occasion de ce rapport sur une subvention au BRGM, je me permets de revenir sur un sujet pour lequel je vous avais déjà interpellé à plusieurs reprises. Les événements liés à des glissements de terrain sur les zones de balmes de l’agglomération se sont multipliés ces dernières années. Ils  ont  touché  plusieurs  communes :  Saint  Foy  lès Lyon, La Mulatière, Lyon5° lors du dernier mandat, mettant en évidence chaque fois les risques potentiels pour les personnes et les gênes provoquées sur les voiries et pour les déplacements des habitants. Ces événements laissent les Communes seules face à des problèmes techniques, juridiques et financiers qui peuvent être particulièrement lourds à gérer et à supporter. Nous délibérons ce soir sur une subvention au BRGM qui travaille sur la cartographie des risques naturels et qui nous montre à ce jour 44 communes du Grand Lyon qui sont