Retour sur la séance du 1er février 2016

Retour sur la séance du 1er février 2016

        Monsieur le Président, lors du Conseil de la Métropole du 1er février, dont vous nous demandez d’approuver le compte-rendu, je m’étais ému qu’un déplacement du Ministre de la ville puisse avoir lieu dans le quartier de Mermoz nord sans que je ne sois invité, ni en tant qu’élu du huitième, ni en tant que Conseiller métropolitain, ni enfin en tant qu’administrateur de Grand Lyon Habitat, en réponse de quoi vous m’aviez dit ‑je résume‑ que le Ministre s’était très bien passé de ma présence et qu’il n’y avait pas de quoi en faire un drame ! J’en conviens. C’est pourquoi je suis pour le moins étonné que, quelques semaines plus tard, à l’occasion du Comité interministériel sur la politique de la ville qui s’est tenu à Vaulx en Velin, vous soyez choqué de n’être point invité, au point d’en faire scandale dans la presse et même de vous fendre

Rapport d’observations sur la Villa Gillet

Rapport d’observations sur la Villa Gillet

    Monsieur le Président, chers collègues, c’est la cinquième fois depuis septembre 2015 que j’interviens sur le sujet de la mauvaise gestion des associations Les nouvelles Subsistances et La Villa Gillet, dont les sorts sont liés ne serait-ce que parce qu’elles ont le même directeur. J’avais fait part alors de notre stupéfaction à la lecture du premier rapport concernant Les nouvelles Subsistances qui décrivait des dérives graves intervenues au sein de ces deux structures. J’avais moi-même demandé ici-même, en novembre 2015, qu’une enquête de la Chambre régionale des comptes soit également menée sur La Villa Gillet. Dans une autre intervention en janvier 2016 à la Ville de Lyon, je vous informais de notre décision de refuser de voter toute subvention pour ces deux structures tant que des actions énergiques ne seraient pas prises pour mettre fin à ces dérives. Après le Conseil municipal de Lyon et le Conseil régional la semaine dernière, c’est donc

Démission d’Olivier Brachet : une gouvernance en question

Démission d’Olivier Brachet : une gouvernance en question

Monsieur le Président, mes chers collègues, l’étude de ces désignations nous donne l’occasion d’avoir une pensée pour monsieur Olivier Brachet dont l’ombre plane dès que l’on parle de logements mais c’est quelqu’un qui était très apprécié et que nous regrettons… (…) Et en plus, très sincèrement, monsieur le Président ! Elle nous ramène à la situation de la Métropole et à son mode de gouvernance. La démission de votre Vice-Président dénonce, monsieur Collomb, de manière fracassante, à la fois vos méthodes politiciennes, et votre incapacité à définir une ligne politique claire et transparente pour la construction de la Métropole. Nous avons eu l’occasion, lors de la séance d’installation, d’évoquer un point qui nous différencie nettement : c’est le respect des personnes et des engagements. Monsieur David Kimelfeld nous a répondu dans la presse “caricature“. Si je peux me permettre, je vous rappelle que “caricature” signifie que c’est vrai mais que

Métropole de Lyon : le transitoire dure…

Métropole de Lyon : le transitoire dure…

Monsieur le Président, mes chers collègues, il nous est proposé de conventionner avec le nouveau Rhône pour la gestion de la compétence lecture publique sur le territoire de la Métropole de Lyon. La médiathèque départementale du Rhône poursuivra donc sa mission de suivi, d’accompagnement et d’ingénierie auprès des 39 bibliothèques et médiathèques du réseau de lecture publique située sur le territoire de l’agglomération lyonnaise. La Métropole n’a pu mettre en place son propre schéma de lecture publique, c’est bien normal, et le service nécessaire, la convention est donc une bonne solution mais pour un an, pour deux ans. Cela pose donc la question plus générale de l’autonomie et de la gouvernance de cette collectivité territoriale à statut particulier qu’est, depuis ce 1er janvier, la  Métropole de Lyon. Il y a la liste légale des compétences laissées au niveau commun donc du département Rhône, service départemental et métropolitain d’incendie et de secours, archives départementales. Il y a aussi la liste des structures individualisées qui exerceront pour les deux

Réaction à la démission du 17ème vice-président M. Olivier Brachet chargé de l’Habitat, du Logement et de la politique de la ville

Réaction à la démission du 17ème vice-président  M. Olivier Brachet chargé de l’Habitat, du Logement et de la politique de la ville

La démission de M. Olivier BRACHET dénonce de manière fracassante à la fois les méthodes politiciennes de GERARD COLLOMB et son incapacité à définir une ligne politique pour le logement mais, plus globalement, pour l’évolution de la Métropole. Dans un total irrespect de celui qui fut son Directeur de campagne, Gérard COLLOMB ose dire que M. Olivier BRACHET n’a pas les capacités de faire face à une baisse de l’investissement dans la construction de logements. Cette appréciation personnelle injustifiée est surtout infondée sur la réalité que sont les finances actuelles de la Métropole. La métropole a adopté un budget incongru puisque outre le report du financement de dépenses certaines comme l’impact de la dévaluation de l’Euro face au franc suisse (évalué aujourd’hui à un minimum de 6 millions d’euros), le budget n’a pas pu préciser les investissements qui seront retenus pour l’année 2015 puisque la programmation pluriannuelle d’investissement sera votée

Commission permanente de la Métropole de Lyon

Commission permanente de la Métropole de Lyon

Merci, monsieur le Président. J’interviendrai rapidement sur les rapports n° 2015-0004 et 2015-0005 qui concernent toujours la Commission permanente. Les élections des membres de la Commission permanente ont eu lieu et les résultats sont conformes à ce que nous avons dénoncé. Vous avez fait de la Commission permanente une instance partisane. Les résultats divers et variés ont montré que, parfois, certains projets ne vont pas à terme, et cela montre la fragilité de votre actuelle majorité. Les candidats présentés sont issus de différents groupes, soit, mais ils ne résultent pas du choix de faire de cette Commission une instance pluraliste assurant le respect des sensibilités politiques mais un appendice de votre exécutif. Cette Commission, vous la transformez en Bureau politique où les délibérations seront adoptées sans débat, quand ce n’est pas sans réflexion comme nous le démontrent aujourd’hui les comptes-rendus des Bureaux de la Communauté urbaine. Aussi, le groupe Union

Mise en place de la Métropole de Lyon : de la basse politique

Mise en place de la Métropole de Lyon :  de la basse politique

Monsieur le Président, mes chers collègues, en introduction, je voudrais dire que, tout d’abord, le chant du groupe Communiste et républicain et ce qui a été exprimé, montre que finalement, ils finissent par rejoindre les positions du groupe UMP, divers droite et apparentés mais avec une différence majeure : ils contestent mais, au final, ils se soumettent. Nous sommes effectivement dans un moment historique puisque nous participons aujourd’hui au premier Conseil de la collectivité territoriale du Grand Lyon sous la forme métropolitaine. Cela change tout, cela aurait dû tout changer dans l’approche politique qui est la nôtre et dans la vision du territoire que l’on offre au citoyen. Et finalement, on constate avec un peu de déception que cela n’a pas changé grand-chose car la vision qui est proposée et les méthodes restent celles d’un EPCI. Quel décalage entre les grands discours à l’attention des médias et la réalité. D’un