Développement du Sytral au-delà de la Métropole de Lyon

Développement du Sytral au-delà de la Métropole de Lyon

Oui, monsieur le Président, mes chers collègues, alors que nous mettons en place la Métropole avec un périmètre territorial connu pour l’exercice de compétences qui vont, pour le coup, se renforcer, la compétence transports, elle, au contraire en profite pour sortir du cadre. Alors, elle sort du cadre d’abord, par l’extension du périmètre du SYTRAL, à de nouveaux territoires, ce qui est une évolution énorme pour le SYTRAL et qui présente des risques et des opportunités. Le principal risque et nous avons eu l’occasion de l’évoquer au Conseil syndical du SYTRAL, c’est bien sûr, celui d’intégrer des réseaux qui, étant moins urbains, présentent des conditions financières d’exploitation différentes. Et cela nous obligera à une vigilance toute particulière sur la question du coût supporté par le SYTRAL, coût lié à cette extension de périmètre. C’est pour le coup, une opportunité, à la fois, effectivement la possibilité d’optimiser un certain nombre de réseaux et de mieux gérer les flux réels entre les territoires et vers

Immeubles menaçant ruines : la preuve que tout n’est pas prêt

Immeubles menaçant ruines : la preuve que tout n’est pas prêt

Monsieur le Président, mes chers collègues, nous allons évoquer à 2 reprises dans ce Conseil le transfert des pouvoirs de police spéciale des Maires au Président de la Métropole et ce rapport concerne maintenant spécifiquement les immeubles menaçant ruine. Je vais vous étonner, monsieur le Président, mais ce n’est pas une surprise pour nous d’étudier un tel dossier car nous avions lu la loi, en tous les cas le directeur général des services (DGS) nous avait informé de cette loi qui figurait dans la loi ALUR et non pas dans la loi MAPTAM. Ce qui est plus surprenant, c’est de voir apparaître dans un ordre du jour complémentaire une délibération prévoyant la conclusion d’une convention avec la seule Ville de Lyon alors que nous savons que d’autres communes sont concernées par cette problématique, en particulier celle de La Mulatière qui a dû faire face à plusieurs reprises au cours des derniers mandats à des glissements de terrain sur le quai Jean-Jacques Rousseau et des effondrements de