Compte administratif 2015

Compte administratif 2015

  Monsieur le Président et chers collègues, cela ne vous étonnera pas que je ne qualifierai pas de “remarquable” cette présentation. L’image qui me vient à l’esprit, ce serait plutôt un écran de fumée sur cette année 2015. En effet, pour examiner ce compte administratif, nous avions le choix, soit entre une trentaine de pages d’une écriture serrée ou 7 pages d’un Powerpoint réduit à sa plus simple expression avec un camembert pour les dépenses et un camembert pour les recettes. Pas de comparaison avec une année N – 1, certes compliquée, mais il y avait tout de même certainement des repères possibles. Ces calculs ont bien été faits par la Commission locale d’évaluation des ressources et des charges transférées (CLERCT). Vous nous avez vous-même présenté une réévaluation de l’indemnité de compensation, donc vous aviez bien des éléments de comparaison. Donc pas de comparaison avec une année précédente mais même

Budget 2016

Budget 2016

    Monsieur le Président, mes chers collègues, voici le premier vrai budget métropolitain. L’année 2015 ayant été une année de transition, les chiffres étaient incertains, les conséquences de la fusion difficiles à évaluer… Comme on nous l’a redit en commissions finances, institutions, ressources et organisation territoriale, 2015 ne peut pas servir d’année de référence et donc pas de comparaison facile à faire. Que l’on parle politique culturelle, éducation, mineurs isolés, transports de biens et de personnes, les lignes sont différentes à cause des regroupements de crédits et des changements de périmètres d’agrégation. Enfin, cette explication c’est pour les comparaisons que l’opposition voudrait faire car quand il s’agit de comparer pour montrer les efforts de l’exécutif, là, comme par hasard, on arrive à trouver des chiffres consolidés ! Sur les répartitions des dépenses, c’est votre budget, vos choix d’organisation et de politiques, ce ne sont pas les nôtres. Je ne reviendrai donc pas

Une hausse des impôts inutile et des investissements non suivis

Une hausse des impôts inutile et des investissements non suivis

  Monsieur le Président, mes chers collègues, voilà une décision modificative qui ne manque pas de nous interroger tant elle présente des chiffres inhabituels. Les premiers chiffres sont bien sûr les 60,7 M€ en recettes nouvelles de fonctionnement. Si on ne regarde que les recettes fiscales, on est encore à 47,1 M€ et, si on retire les 12 M€ de taxe sur la consommation finale d’électricité qui sont inscrits en recettes et en dépenses, on est encore à 35,1 M€. Mais comment a-t-on pu trouver plus de 35 M€ de recettes nouvelles alors que l’exécutif nous indique depuis des mois que la situation financière est très dégradée ? La commission fut un florilège de réponses sur le renvoi des responsabilités vers d’autres. Entre les erreurs de calcul sur certaines prévisions, les rôles complémentaires pour les sommes oubliées par les services fiscaux et l’absence d’information sur les chiffres du Conseil général,

Budget primitif 2015

Budget primitif 2015

Monsieur le Président, chers collègues, alors que vous vous glorifiez du travail titanesque accompli pour arriver à la construction de cette Métropole, 600 000 titres de recettes et de dépenses examinés, vous allez trouver que nous ne sommes jamais contents, mais pour nous cette présentation budgétaire manque vraiment de clarté. On peut même dire que la seule chose qui soit précise, c’est l’augmentation des impôts. Car, si sur beaucoup de sujets l’avenir reste flou, et vous nous dites qu’il est à ce jour impossible de chiffrer précisément telle ou telle dépense, pour les hausses d’impôts, nous sommes fixés. Près de 360 millions d’euros supplémentaires sur le mandat. Vous êtes fidèle, monsieur le Président, à votre méthode désormais bien rodée d’augmenter les impôts par anticipation, plutôt que d’agir sur les dépenses. Avec cette réplique que nous commençons à bien connaître, je cite : “Moi, au moins, je l’annonce à l’avance.” Comme si cela vous exonérait d’avoir à le justifier plus en détail et

Vote du budget primitif 2015

Vote du budget primitif 2015

La métropole de Lyon s’est réunie ce lundi 26 janvier pour voter le premier budget de son Histoire. Le groupe UMP, Divers droite et Apparentés a exprimé son opposition aux propositions de l’exécutif dirigé par Gérard COLLOMB. Sur le budget principal, le groupe a relevé les nombreuses incohérences dans la construction du budget : l’augmentation forte des dépenses de fonctionnement à l’inverse de la promesse d’économie d’échelle par la fusion du Conseil général et de la Communauté d’agglomération ; la sous-estimation de nombreuses dépenses comme la hausse des prestations sociales à venir en 2015, l’augmentation des frais financiers liés aux emprunts toxiques, l’impact des négociations salariales pour l’unification des régimes des agents ; l’absence de plan d’investissement pour définir les priorités de l’année puisque la programmation pluriannuelle ne sera votée qu’en juin 2015. Le groupe s’est opposé aux augmentations des taxes de 5 % imposées aux habitants et aux entreprises

Finances : beaucoup de confusion

Finances : beaucoup de confusion

Monsieur le Président, chers collègues, j’interviens sur les rapports numéros 2014-0376, 2014-0377 et 2014-0379 et je distinguerai nos positions de vote. Monsieur le Président, vous vous congratulez régulièrement d’agir dans la transparence financière. Monsieur Brumm, Vice-président aux finances le répète souvent -même s’il n’était pas présent à la dernière commission finances-. Vous ne nous cachez rien -dites-vous- mais, si rien n’est caché, en tout cas, vous ne nous dites pas tout et ce qui est dit n’est pas toujours très clair. Or, dans cette période charnière entre la disparition du Grand Lyon et la naissance de la Métropole, nous avons besoin d’avoir les idées claires sur l’état de notre collectivité et son devenir, plus particulièrement sur les questions financières. Sur son devenir, nous avons vu, avec la Commission générale qui vient de s’achever, que malgré tous les efforts marketing que vous faites pour faire accepter votre vision de la Métropole,

Musée des Confluences : combien ?

Musée des Confluences :  combien ?

Monsieur le Président, chers collègues, comme lors d’un récent Conseil de communauté, nous sommes sollicités pour nous prononcer sur une dépense afférente ou liée au musée des Confluences dont l’ouvrage et son fonctionnement reviendront, au 1er janvier 2015, à la nouvelle Métropole, soit dans moins de soixante jours. Notre groupe votera ce rapport. Cependant, à moins de soixante jours du passage à la Métropole, nous ne disposons d’aucun coût clair et actualisé de la réalisation du musée, laquelle continue manifestement et certainement continuera encore dans le futur de nécessiter des engagements financiers de notre assemblée et, au demeurant, de façon dispersée. À moins de soixante jours, il conviendrait enfin de donner le coût financier du musée des Confluences que vous devez prendre en compte dans ce que vous avez appelé “l’atterrissage” des investissements et, plus globalement, de l’ensemble des charges de la future Métropole, dont celles provenant de l’actuel Département du Rhône. Ma question est donc la suivante :

Grand Stade : une équation financière impossible pour Décines-Charpieu

Grand Stade : une équation financière impossible pour Décines-Charpieu

Monsieur le Président et chers collègues, non seulement nous n’avons pas été associés sur l’ensemble du processus organisationnel de ce grand projet, j’entends par là pas qu’au niveau de l’exécution mais au niveau du management du projet. En effet, je ne peux que constater quotidiennement une descente d’informations de la part des partenaires cités par monsieur Quiniou dans son intervention. Lorsque nous faisons des remarques et apportons quelques propositions, nous  n’entendons qu’une seule phrase, bien rodée visiblement au Grand Lyon : “Ne vous inquiétez pas, on sait faire“. Non, monsieur le Président, vous ne savez pas faire ! A ce jour, ce dossier est juridiquement caduc de par les jugements rendus en appel des déclarations d’utilité publique concernant l’accessibilité, c’est-à-dire qu’à ce jour et à peine à plus d’un an de l’inauguration de ce stade, ce dernier pourrait être construit mais pas rempli au moyen des manifestations. Le deuxième point, financièrement parlant, le Grand Stade n’est pas financé au niveau de notre Commune. Ce