Bioparc Rockefeller la Buire

Bioparc Rockefeller la Buire

  Monsieur le Président et chers collègues, le 23 mars dernier, dans cette enceinte, nous prenions acte de l’abandon du projet Etoile sur le site du Bioparc. Je vous avais alors interrogé sur la façon dont la poursuite du développement du Bioparc était envisagée, développement qui constituait une de vos promesses de campagne, récurrente depuis 2008. Votre réponse alors mérite d’être citée in extenso, je ne voudrais pas prendre le risque de déformer vos propos : “La première tranche est aujourd’hui entièrement occupée par des entreprises des sciences du vivant et beaucoup d’autres entreprises du secteur veulent se localiser sur le secteur du Bioparc (… / …) Donc, pour nous, c’est l’occasion de développer un certain nombre de locaux et de pouvoir répondre aux entreprises qui nous demandent”. Pour faire simple, l’abandon du projet d’hadronthérapie semblait être presque une chance pour toutes ces entreprises innovantes qui, selon vous, se bousculaient au portillon. Aujourd’hui, nous apprenons,

Quel devenir pour le projet Bioparc Lyon Est Santé ?

Quel devenir pour le projet Bioparc Lyon Est Santé ?

Monsieur le Président, mes chers collègues, avec le premier centre clinique en France d’hadronthérapie pour l’innovation thérapeutique contre le cancer, le projet Etoile constituait le fer de lance, la tête de gondole du projet Lyon Est santé -appellation 2014 “Notre projet pour Lyon”– ou Bioparc -appellation 2008 “Aimer Lyon”-. C’était en effet une de vos promesses de campagne en 2014 mais déjà en 2008. Monsieur le Vice-Président Kimelfeld a détaillé en commission ses regrets et son impuissance face à cet abandon. Nous partageons ses regrets et lui laissons l’impuissance. Au-delà, cet abandon appelle de notre part une question, question partagée avec les habitants du huitième arrondissement mais aussi ceux du troisième ou ceux de Bron, auxquels vous aviez fait miroiter activités économiques, emplois qualifiés et quartiers transformés. Que va-t-il aujourd’hui advenir de ce tènement rétrocédé à la SERL ? Et, au-delà, n’est-ce pas l’ensemble du projet Bioparc Lyon Est santé