ZAC de la Fraternité (Décines-Charpieu) : le commerce en difficulté

ZAC de la Fraternité (Décines-Charpieu) : le commerce en difficulté

Monsieur le Président, chers collègues, effectivement, la ZAC de la Fraternité avait pour objectif de développer une nouvelle centralité sur la commune de Décines Charpieu à proximité de l’arrivée du tram et autour d’un programme de près de 400 logements. Il s’agissait de favoriser le développement de commerces de proximité. Le transfert de l’enseigne Intermarché devait également favoriser l’attractivité d’autres enseignes. Si le projet paraissait intéressant, il présentait cependant de nombreux points d’imperfections que j’évoquais déjà en 2008, alors Président du groupe UMP et apparentés au Conseil municipal de Décines. Malheureusement, j’avais vu juste puisque ces problèmes se confirment et qu’il apparaît que cette ZAC ne répond pas aux attentes en matière d’offre commerciale. Tout d’abord, une zone commerciale posée au milieu de nulle part avec la proximité de l’arrivée du tram ne pouvait se définir à elle seule comme une nouvelle zone de centralité. La mairie, la poste, le centre

PUP Marius Berliet : jackpot

PUP Marius Berliet : jackpot

  Monsieur le Président et chers collègues, quelques remarques sur les deux rapports concernant l’aménagement de ce qu’il convient d’appeler désormais “l’opération Parc Marius Berliet“. L’évolution de cet îlot industriel au coeur du huitième arrondissement était, depuis quelques années, devenue inéluctable. L’achèvement prochain de la ZAC Berthelot-Epargne, adjacente, invitait ces bâtiments progressivement vidés de toute activité économique à évoluer ; c’est le cas aujourd’hui et nous ne pouvons que nous en réjouir. La méthode retenue, le projet urbain partenarial (PUP) permettra de faire participer le ou les promoteurs aux équipements publics rendus nécessaires par la création de nouveaux logements. Ce sont les raisons pour lesquelles notre groupe votera ce rapport. Pour autant, même si la mise en place du PUP permet la participation des promoteurs, à hauteur de 5 M€, à la création de voiries -objet du rapport- ou d’un groupe scolaire ou d’une crèche qui resteront de la compétence de la Ville de Lyon, quelques remarques ne nous semblent pas inutiles. Classées initialement