ANAH Aides à la pierre

ANAH Aides à la pierre

Merci. Monsieur le Président et chers collègues, le présent rapport appelle deux réflexions de notre groupe. La première est une satisfaction car l’Etat augmente enfin ses aides vers les propriétaires privés après avoir porté plusieurs coups à la construction, à la notion même de propriété privée (voir la loi ALUR). Il me semble que, du côté de Paris, on ait compris que le tout logement social n’est pas ni une fin en soi ni la solution ultime. Avec ce rapport, on avance vers la reconnaissance d’un vrai parcours résidentiel car, dans les quartiers populaires, surtout de logement social, on trouve souvent quelques propriétés et leurs habitants sont loin d’être des privilégiés. Ce sont des gens qui ont souvent investi le fruit d’une vie de travail pour se construire un capital. Ce sont des personnes qui voient la valeur de leur bien se dégrader en même temps que les conditions de

Aides à la pierre : bilan 2009-2014 et perspectives

Aides à la pierre : bilan 2009-2014 et perspectives

Monsieur le Président, mes chers collègues, Nous voici à l’heure du bilan et de la définition d’une mesure : l’aide à la pierre qui est beaucoup plus souvent de l’aide au béton pour être exact, qui soulève pour le groupe UMP, DVD et Apparentés une position qui va bien au-delà d’un simple débat métropolitain. Il s’agit en effet tout à la fois un bilan des aides à la pierre pour la période 2009 – 2014 et la validation d’une nouvelle prospective 2015 – 2020. Le gouvernement actuel n’aime pas vraiment les propriétaires et la loi ALUR a mis un coup particulièrement violent à la construction de logement. Personnellement, je retrouve cette idéologie jusque dans ma commune, comptant pourtant 57% de logements sociaux où mon opposition pousse des cris d’orfraie dès que je parle de faciliter l’accession à la propriété privée. Pardonnez-moi cet aparté et permettez-moi de revenir quelques instants sur la

Logement social : du qualitatif plutôt que du quantitatif

Logement social : du qualitatif plutôt que du quantitatif

Monsieur le Président et chers collègues, sur le rapport n° 2014-0519 sur les aides à la pierre, le groupe UMP votera pour, et sur le rapport n° 2014-0518 sur les objectifs de production de logements sociaux, le groupe UMP s’abstiendra, en aucune façon par opposition au logement social. Je vous rappelle que je suis élu du 8° arrondissement et mes collègues de cet arrondissement savent tous tout l’attachement que j’ai à la production de logement social. Notre abstention est liée à l’incompréhension d’une délibération qui est, à nos yeux, purement comptable fixant un objectif sans tenir compte des possibilités de chaque commune. Un exemple tout simple, monsieur le Président, Collonges-au-Mont-d’Or est une commune qui présente un taux SRU de 4 %, qui n’a pas de foncier disponible ou très peu, qui a d’énormes problèmes techniques constructifs en zones inondables, balmes, ou autres et où même 14 années d’effort d’un de vos proches, Michel Reppelin -faut-il le rappeler- n’ont pas réussi à faire augmenter ce taux

Pour du logement abordable

Pour du logement abordable

Monsieur le Président, si vous m’y autorisez, puisque la question de l’aide à la pierre a été abordée par madame Brugnera, j’avais une l’intervention prévue à la fin de ce Conseil, je vais donc la faire très rapidement dans la foulée de cette décision modificative. Je vais prendre une minute trente, si vous m’y autorisez ; je retire deux minutes, donc vous voyez, vous y gagnez. Au-delà de cette question bien sûr des bilans comptables des opérations d’aide à la pierre où, bien entendu, un marché, une construction a une vie, on voulait faire part, à l’occasion de cette délibération donc de cette décision modificative sur l’aide à la pierre, de notre inquiétude sur les budgets de l’Etat, dans le domaine du logement, inquiétude sur l’avenir, sur la rupture de confiance entre les investisseurs et l’Etat et donc sur la difficulté à produire du logement mais également, inquiétude face aux