Question orale sur la privatisation de l’Aéroport Saint Exupéry

Question orale sur la privatisation de l’Aéroport Saint Exupéry

  Monsieur le Président, c’est moi qui poserai la question, je ne voudrais pas vous décevoir ! Monsieur le Président, la privatisation de l’aéroport de Saint-Exupéry a été annoncée en 2015 par le Gouvernement et la Métropole, au titre de sa participation au capital, a intégré la table des discussions. Depuis, vous avez été reçu à Paris par le Ministre de l’économie en présence des autres Présidents d’exécutifs locaux concernés. Dans le cadre de la procédure suivie, 7 offres indicatives ont été déposées le 12 mai dernier. Les candidats ont maintenant jusqu’au 4 juillet pour déposer une offre ferme. Les collectivités locales qui détiennent une part du capital -modeste soit-elle, j’en conviens-, dont la Métropole, vont avoir connaissance des projets industriels présentés par les candidats. Lors du Conseil du 2 novembre 2015, notre groupe vous avait interrogé sur les critères de choix qui seraient retenus. Nous avions insisté sur le

Privatisation de l’aéroport Lyon-St Exupéry et infrastructures

Privatisation de l’aéroport Lyon-St Exupéry et infrastructures

  Monsieur le Président, chers collègues, par ce rapport, il nous est donné l’occasion d’évoquer le devenir de l’aéroport Saint-Exupéry qui est un élément essentiel de développement économique et d’aménagement du territoire. Nous ne reviendrons pas, monsieur le Président, sur votre précipitation à créer la Métropole pour répondre à des enjeux plus politiques que d’intérêt local et qui, de fait, ont étouffé tout débat sur la délimitation du territoire pertinent de notre institution avec nos collectivités partenaires. Nous avons vu votre rattrapage en proposant d’intégrer le dossier de la plaine Saint-Exupéry dans le Pôle métropolitain. C’est effectivement une bonne chose, même si nous sommes encore circonspects sur votre implication réelle dans ce dossier. En effet, le rapport numéro 2015-0673 concernant la mise à disposition de personnel au profit du Pôle fixe comme priorité la communication et l’organisation d’événementiel ; c’est un peu court pour porter le développement d’un aéroport. Or,

Quel avenir pour l’aéroport de Lyon Saint Exupéry ?

Quel avenir pour l’aéroport de Lyon Saint Exupéry ?

Monsieur le Président, mes chers collègues, Je profite  de ce rapport et de la récente actualité pour vous interpeller sur l’engagement de la Métropole de Lyon dans le développement de l’aéroport de Lyon-Saint Exupéry. La récente actualité législative avec le vote de la loi Macron qui permettra la privatisation de l’aéroport de Lyon Saint Exupéry et les récentes déclarations du Président de la République démontrent une fois de plus que le jacobinisme des acteurs nationaux influe dans la gouvernance locale. L’article 49 de la loi Macron prévoit la vente, par L’État, des parts qu’il détient dans la société « Aéroports de Lyon ». Le sujet interpelle car l’arrivée d’un nouvel actionnariat majoritaire dans la gouvernance de cet outil public, dont les infrastructures et le foncier restent la propriété de l’État, ne sera une opportunité que s’il est porteur d’un véritable projet de développement prenant en compte les enjeux de nos territoires. Cet

Développement du Sytral au-delà de la Métropole de Lyon

Développement du Sytral au-delà de la Métropole de Lyon

Oui, monsieur le Président, mes chers collègues, alors que nous mettons en place la Métropole avec un périmètre territorial connu pour l’exercice de compétences qui vont, pour le coup, se renforcer, la compétence transports, elle, au contraire en profite pour sortir du cadre. Alors, elle sort du cadre d’abord, par l’extension du périmètre du SYTRAL, à de nouveaux territoires, ce qui est une évolution énorme pour le SYTRAL et qui présente des risques et des opportunités. Le principal risque et nous avons eu l’occasion de l’évoquer au Conseil syndical du SYTRAL, c’est bien sûr, celui d’intégrer des réseaux qui, étant moins urbains, présentent des conditions financières d’exploitation différentes. Et cela nous obligera à une vigilance toute particulière sur la question du coût supporté par le SYTRAL, coût lié à cette extension de périmètre. C’est pour le coup, une opportunité, à la fois, effectivement la possibilité d’optimiser un certain nombre de réseaux et de mieux gérer les flux réels entre les territoires et vers