Monsieur le Président, mes chers collègues, je ne peux résister à la tentation d’évoquer un moment politique étrange et délicieux, vécu pendant la commission développement solidaire et action sociale lors de l’examen de ce rapport 2015-0555, et singulièrement dans sa partie MJC, centres sociaux.

Au Conseil général, chaque année, lors des examens des subventions des MJC et des centres sociaux en commission d’études des critères et des projets -parce qu’il y avait une commission dédiée-, en commission spécialisée et en séance publique, j’ai entendu les élus du groupe Socialiste appeler de leur vœu une augmentation des subventions départementales et dénoncer la faible part prise par le Conseil général dans les recettes des MJC et des centres sociaux. A la Métropole de Lyon qui prend la suite du Conseil général, mercredi, les élus du même groupe Socialiste ont présenté des subventions inférieures à celles de l’année précédente et ont justifié ou relativisé cette baisse par la faible part de la Métropole dans les recettes de ces structures.

Certains voudront certainement appeler en défense les contingences actuelles mais tous doivent avoir l’honnêteté de reconnaître que le contexte d’évolution des dépenses sociales du Conseil général était aussi très contraignant. J’ai indirectement cité Oscar Wilde au début de mes propos, je conclus donc avec lui sur l’importance d’être constant.

Je vous remercie.

Soutien au fonctionnement des MJC et centres sociaux