Chnatal Crespy

Chantal CRESPY
Conseillère municipale de Caluire-et-Cuire
Conseillère métropolitaine

Monsieur le Président et chers  collègues, voilà un dossier préoccupant sur les choix de dépenses d’investissement faits par l’exécutif dans un dossier qui, à l’évidence,  a échappé à tout contrôle politique. Nous parlons du siphon situé entre Lyon et La Mulatière qui transfère les eaux usées et pluviales vers la station d’épuration de Pierre Bénite.

Des études ont été engagées pour modifier la structure d’accueil de ce siphon pour d’abord tenir compte de sa proximité et du musée des Confluences. On peut effectivement comprendre que les aspects visuels et olfactifs des eaux usées soient pris en compte dans un tel projet. Puis on a ajouté des travaux de sécurisation pour améliorer le travail des agents. Puis on a décidé que, finalement, et même si le système fonctionne actuellement convenablement, on allait anticiper des travaux qui auraient pu attendre jusqu’à cinq ans, selon les informations données en commission.

Après toutes ces modifications techniques, on découvre avec effarement que le montant des offres est bien supérieur à l’estimation du maître d’oeuvre et, quand je dis bien supérieur, je parle d’une somme de 1,3 M€. Certes, on tape sur les doigts du maître d’oeuvre qui a mal fait ses calculs et on récupère 15 000 € mais il en manque encore.

Dans un tel contexte, il y a plusieurs solutions :

  • d’abord, on peut ne pas donner suite. On comprend facilement que, puisque le musée est en cours de construction, les travaux doivent se faire de manière complémentaire ;
  • ensuite, on peut tout prendre en charge et payer “rubis sur ongle” car l’argent ne coûte pas cher ;
  • enfin, on pourrait travailler le dossier afin de définir avec précision les travaux nécessaires à la réalisation de l’opération musée et ce qui pourrait être remis à plus tard, sans amener de surcoût en cas de reprise de l’ouvrage.

Face à des élus -de tous bords politiques, je précise- qui ont voulu renvoyer le dossier à une séance de travail pour finaliser leurs études, on a opposé une fin de non-recevoir car le dossier nous aurait été présenté trop tardivement. Nous avons été mis devant le fait accompli, y compris le Président de la commission, et le choix s’est porté sur l’augmentation totale du budget sans discussion possible.

Monsieur le Président, au nom de mes collègues élus, je dénonce cette obstruction à notre travail et je demande que le dossier soit renvoyé en commission pour étude. A défaut, le groupe Union pour un mouvement populaire (UMP), divers droite et apparentés s’abstiendra.

Aussi, nous nous inquiétons de cette facilité à financer une dépense nouvelle de 1,3 M€ au moment même où on nous explique que le Grand Lyon rechercherait soi-disant des économies.

Demain, quand on annoncera à un Maire que l’on ne peut retenir son projet communal faute d’argent, il pourra aller se rassurer sur la terrasse du musée des Confluences et contempler le siphon esthétiquement acceptable qui aura englouti les eaux usées et sa subvention !

Je vous remercie de votre attention.

Très cher siphon de La Mulatière
Taggé sur :