Christophe Quiniou

Christophe QUINIOU
Conseiller municipal de Meyzieu
Conseiller métropolitain

Monsieur le président, Chers collègues,

Ce rapport concerne un élément clé de notre territoire et des missions de notre métropole, à savoir, assurer la ressource en eau potable des Grands lyonnais.

 Depuis la fin des années 1960, la nappe d’accompagnement du Rhône, située sous le grand parc Miribel-Jonage subvient aux besoins de l’agglomération, avec une qualité équivalente à celle d’une eau de source.

Cette alimentation en eau se fait par un système de champs captant sur les iles de Crépieux et Charmy. Le rapport de ce soir consiste en l’entretien de ce champ par la suppression d’atterrissements, c’est à dire, pour faire simple, une accumulation de gravier qui contrarie le bon fonctionnement du système.

Plusieurs remarques, chers collègues :

 Cette accumulation de gravier est le résultat d’une modification du régime hydrique du canal de Miribel. Les actions qui sont envisagées dans ce rapport ne sont qu’une solution à court terme qui ne règle pas le problème de base.

 Il existe une solution pour régler le problème, c’est mettre en œuvre un programme de restauration du canal de Miribel.

 C’est dans ce cadre, qu’un contrat territorial 2015-2020 pour la mise en œuvre du programme de restauration du canal de Miribel est actuellement en préparation.

 Ce plan est évalué à près de 42 Millions d’Euros et s’inscrit dans le plan Rhône.

 Les acteurs de ce futur contrat sont nombreux : Voies Navigable de France, L’agence de l’eau, de département de l’Ain, la communauté de commune du canton de Montluel, la communauté de commune de Miribel et du Plateau, la métropole de Lyon, le symalim et EDF

 Les quatre enjeux prioritaires de ce plan sont :

  • Sécuriser l’alimentation en eau potable de l’agglomération lyonnaise, en qualité et en quantité
  • Gérer les crues du Rhône
  • Conserver et même restaurer les potentialités écologiques des milieux aquatiques
  • Accueillir et sensibiliser les publics.

 Si la présente délibération traite du premier point, à savoir sécuriser l’alimentation en eau potable, c’est aussi sur le point relatif à l’accueil des publics que je voudrais vous alerter, chers collègues.

 L’anneau bleu est aujourd’hui un pole d’attractivité considérable non seulement pour l’Est lyonnais mais pour une grande partie de l’agglomération. Sa fréquentation, lors de belles journées comme hier est proche de la saturation et on mesure facilement la nécessité de poursuivre le projet, car aujourd’hui c’est plus un arc qu’un anneau.

En fait, pour correspondre aux différents usages, ce serait plutôt plusieurs anneaux entrecroisés qu’il faudrait,  avec le centre du Grand Parc et ses différentes polarités comme point de conjonction.

C’est pourquoi monsieur le Président, il est important que les lignes de ce contrat concernant la réalisation de l’anneau bleu soient conservées et que l’accueil du public de la partie nord du canal de Miribel, soit une action à valoriser.

L’occasion également de reparler de transport innovants utilisant le câble et permettant de s’affranchir des contraintes géographiques telles que le dénivelé ou les voies d’eau, l’occasion enfin de repenser les échanges multimodaux entre la côtière de l’Ain et Rillieux avec le réseau de métro.

Cependant, il est évidemment pour toute personne qui connaît le territoire situé autour de cet espace que la logique administrative est très loin de la logique géographique.

La métropole n’y a rien changé, car étant en bordure, la multiplicité des acteurs est encore de mise, et l’efficacité tant recherchée mise à mal.

Monsieur le président, j’imagine aisément que l’intégration de nouveaux territoires dans la métropole ne soit pas à l’ordre du jour, même si, que ce soit pour la côtière de l’Ain ou pour la communauté de commune de l’Est lyonnais cela faciliterait grandement le développement de projet territoriaux et d’équipement structurant de transports. Cependant, des modes de fonctionnement, qui puissent ménager les attentes des différentes parties sont sans doute à trouver pour faciliter les décisions, et adoucir l’image d’Ogre de la Métropole souvent ressentie sur les bordures de son territoire.

Notre groupe votera favorablement pour ce rapport, en restant attentif à ce que des actions pérennes soient décidées afin de ne pas avoir à le revoter dans 5 ans et que le Grand Lyon soutienne auprès de ses partenaires sur le plan Rhône les actions d’accueil du public.

Je vous remercie.

Sécurisation de l’alimentation en eau potable