Monsieur le Président, mesdames et messieurs, si nous partageons le diagnostic
posé par ce schéma de développement de l’hébergement touristique, il n’en va pas de même concernant les
orientations fixées et leur future traduction dans le PLU-H. Alors que, parmi les critères objectifs pour définir les
localisations préférentielles, vous citez de nombreuses centralités urbaines et polarités économiques de l’est
lyonnais, il ressort que la future concentration hôtelière se fera sur Lyon et à sa proximité.
Le zonage envisagé, qui a été brièvement présenté lors des rencontres CTM-PLU-H, même si -vous l’indiquez- “il
pourra faire l’objet d’échanges particuliers afin de parvenir à une organisation territoriale concertée”, nous
interpelle fortement. Il méconnaît certaines réalités économiques et ignore, dans certaines communes, totalement
les implantations actuelles qui constituent pourtant de fortes polarités existantes. Malgré la présence d’Eurexpo,
de deux aéroports, d’une gare TGV, de nombreuses zones d’activités et de parcs technologiques, vous vous
obstinez à systématiquement privilégier Lyon, la ville centre.
Je nuancerai toutefois mon propos : quand il s’agit de diminuer la circulation routière au centre-ville de Lyon sans
prévoir immédiatement d’autres solutions et sans concertation, où croyez-vous que ce flux va se retrouver ? Dans
l’est lyonnais, bien évidemment. Quand on regarde les taux d’implantation les plus importants en logements
sociaux, où croyez-vous les trouver ? Encore une fois, dans l’est lyonnais principalement. Mais, quand il s’agit de
développement hôtelier, là, on nous l’interdit.
Pour revenir à la présente délibération, nous voyons un paradoxe entre votre constat “d’émiettement de l’offre,
particulièrement visible à l’est de l’agglomération” et le fait que, dans le futur, n’y soient autorisés que des
hébergements de moins de 40 chambres. Je crois, au contraire, à la complémentarité autour d’éléments forts qui,
je le répète, sont existants mais qui, demain, n’auront même plus la possibilité de s’agrandir. En plus de nous
restreindre la capacité hôtelière, vous freinez le développement du parc existant. C’est à se demander si vous
nous aimez ! C’est faire bien peu de cas du sérieux des acteurs de ce secteur économique que de laisser à
penser que leur implantation n’est pas mûrement réfléchie et que leurs études préalables méconnaissent les
dynamiques des territoires. En ce sens, il nous paraît que certains aspects du développement économique de
l’est lyonnais ont été pour le moins sous-évalués ou mal analysés.
Tout centraliser à Lyon n’est plus possible. Le déséquilibre territorial devient insoutenable. Monsieur Collomb, je
vous le dis, lorsque vous êtes ici, dans cette assemblée, vous êtes le Président de la Métropole, vous n’êtes pas
le Maire de Lyon ! Respectez les territoires ! Respectez la Métropole ! Le développement harmonieux de notre
territoire ne passe donc pas par l’hyperconcentration hôtelière qui ressort de vos orientations. Derrière les mots
de cette délibération se cachent des réalités qui, demain, seront opposables aux porteurs de projets. Et nous
sommes d’ores et déjà opposés à la traduction réglementaire que vous avez initiée. Il vous faudra donc revoir
votre copie pour tenir compte de ces réalités.
C’est pourquoi nous voterons contre cette délibération.
Quant à la délibération numéro 2016-1354, nous nous y opposons également par principe puisqu’il s’agit d’une
délégation à la Commission permanente dans laquelle l’opposition n’est pas représentée.
Merci.

Schéma Hôtelier