Monsieur le Président, lors du Conseil de la Métropole du 1er février, dont vous nous demandez d’approuver le compte-rendu, je m’étais ému qu’un déplacement du Ministre de la ville puisse avoir lieu dans le quartier de Mermoz nord sans que je ne sois invité, ni en tant qu’élu du huitième, ni en tant que Conseiller métropolitain, ni enfin en tant qu’administrateur de Grand Lyon Habitat, en réponse de quoi vous m’aviez dit ‑je résume‑ que le Ministre s’était très bien passé de ma présence et qu’il n’y avait pas de quoi en faire un drame ! J’en conviens.

C’est pourquoi je suis pour le moins étonné que, quelques semaines plus tard, à l’occasion du Comité interministériel sur la politique de la ville qui s’est tenu à Vaulx en Velin, vous soyez choqué de n’être point invité, au point d’en faire scandale dans la presse et même de vous fendre d’une lettre ouverte à Manuel Valls. Assister ainsi à un énième remake de “l’arroseur arrosé”, je le concède sans honte, m’a plutôt amusé. Que les élus de toutes tendances politiques ne soient pas invités à la visite ministérielle à Mermoz n’avait, à vos yeux, aucune espèce d’importance ; vous inviter au Comité interministériel n’en avait pas beaucoup plus aux yeux du Premier ministre. Dont acte.

Retour sur la séance du 1er février 2016
Taggé sur :