Guy BARRET

Guy BARRET
Maire de La Mulatière
Conseiller métropolitain

Monsieur le Président et chers collègues, il nous est proposé dans ce rapport le bilan de clôture pour le réaménagement de la place Leclerc à La Mulatière et de donner quitus à la SERL, maître d’ouvrage délégué. Il s’agit là de l’aboutissement de la procédure administrative pour lequel on ne peut être que d’accord.

Si je souhaite intervenir brièvement, c’est pour rappeler le calendrier de ce programme, qui concerne un projet de dimension limitée, une placette dit le rapport. La décision du réaménagement, déjà en discussion sous mon prédécesseur, est validée début 2003, l’essentiel des travaux sera finalement terminé fin 2011, la réception du chantier, après levées de réserves qui mettront presque 2 ans, sera faite en 2013.

Il aura donc fallu 11 ans, pratiquement 2 mandats, pour voir s’accomplir une réalisation minime à l’échelle du Grand Lyon, mais très importante pour les habitants de ce quartier à qui elle a fourni un cadre de vie nouveau et agréable et redonné la sensation de ne plus être abandonnés.

Aucune embûche, aucun retard ne nous ont été épargnés, nous avions une lettre du Grand Lyon de 2004 nous informant que notre place serait terminée en 2007, date à laquelle elle n’était même pas commencée, alors que d’autres ouvrages majeurs, plus importants et plus coûteux mais sans doute plus valorisants ont été faits à vitesse grand V. Nous avons par exemple perdu plus d’un an et demi parce que, si le Grand Lyon avait délibéré pour donner la maîtrise d’ouvrage déléguée à la SERL, le Grand Lyon avait oublié de délibérer pour l’autoriser à signer les marchés. Marché cassé par le Préfet, on recommence à zéro.

Pendant un mandat, il nous été dit que nous allions avoir cette réalisation, le mandat suivant on nous a expliqué qu’elle était en train de se faire et qu’il fallait donc pas espérer trop d’autres investissements, ce en quoi nous n’avons effectivement pas été déçus. Ce fonctionnement pose quand même la question de savoir quelle est la gouvernance de la réalisation des programmes d’investissements et quel est le poids des maires et des communes dans la mise en route et le suivi des projets.

Et c’est aussi pour ce mandat à venir, celui de la Métropole, la question de l’inquiétude des petites villes en particulier qui ont quand même souvent l’impression de regarder passer les trains des autres et qui voudraient savoir si, dans la répartition de la prochaine PPI, il sera tenu compte de ce qui a été fait et investi lors des 2 mandats précédents.

Je vous remercie.

Réaménagement de la place du Général Leclerc à la Mulatière : enfin !
Taggé sur :