La démission de M. Olivier BRACHET dénonce de manière fracassante à la fois les méthodes politiciennes de GERARD COLLOMB et son incapacité à définir une ligne politique pour le logement mais, plus globalement, pour l’évolution de la Métropole.

Dans un total irrespect de celui qui fut son Directeur de campagne, Gérard COLLOMB ose dire que M. Olivier BRACHET n’a pas les capacités de faire face à une baisse de l’investissement dans la construction de logements. Cette appréciation personnelle injustifiée est surtout infondée sur la réalité que sont les finances actuelles de la Métropole.
La métropole a adopté un budget incongru puisque outre le report du financement de dépenses certaines comme l’impact de la dévaluation de l’Euro face au franc suisse (évalué aujourd’hui à un minimum de 6 millions d’euros), le budget n’a pas pu préciser les investissements qui seront retenus pour l’année 2015 puisque la programmation pluriannuelle d’investissement sera votée seulement en mai prochain ! Dans ces conditions, aucun Vice-Président, aucun maire ne peut honnêtement dire qu’il a une visibilité dans la mise en oeuvre des politiques publiques métropolitaines. Pour autant, ils furent une majorité à approuver une hausse des impôts de 5 %, à l’inverse de notre groupe qui l’a refusée à l’unanimité !

Le groupe UMP, Divers droite et Apparentés de la Métropole de Lyon salue le courage et l’honnêteté intellectuelle d’Olivier BRACHET. Il s’étonne dans le même temps que d’autres élus qui dénoncent les mêmes turpitudes dans les couloirs du pouvoir continuent à faire
bonne figure pour s’assurer les bonnes grâces d’un Gérard COLLOMB en perte de vitesse.
A force d’user du débauchage politique individuel au profit de sa seule ambition personnelle,
M. Gérard COLLOMB laisse éclater au grand jour la perte de valeurs politiques de son
engagement dans lequel ne se reconnaissent plus les élus de gauche et qui reste éloigné des
élus de droite.

En cautionnant ce déni de démocratie et le détournement de l’intérêt général des habitants
au profit d’accords politiciens, les élus et particulièrement ceux issus des familles politiques
de la droite républicaine, endossent une responsabilité dont ils devront rendre compte
devant les citoyens.

La Métropole de Lyon, officiellement créée le 1er janvier 2015 donne depuis un mois l’image d’une cacophonie constante dans sa gouvernance.

La démission de M. Olivier BRACHET en est le dernier exemple et le plus révélateur de l’incapacité du Président Gérard COLLOMB à assurer un exercice collégial et transparent du
pouvoir politique.

Les épisodes d’autoritarisme n’ont pas manqué au Grand Lyon pour tenter de camoufler le
désarroi de la majorité politique à la Métropole.

Réaction à la démission du 17ème vice-président M. Olivier Brachet chargé de l’Habitat, du Logement et de la politique de la ville