Monsieur le Président, chers collègues, nous souhaitons vous interroger sur un sujet qui peut paraître anecdotique mais qui concerne en fait beaucoup de monde dans notre agglomération. Il s’agit, en effet, de la question du ramassage des encombrants.

Certes, notre Métropole est équipée de déchèteries et il est assez facile de s’y rendre pour celles et ceux qui sont équipés de véhicule. Sans nous appesantir sur l’antinomie avec votre souhait d’éliminer la voiture de la ville -on vient encore de s’en rendre compte dans l’intervention précédente-, vous vous rendez certainement compte que tout le monde ne dispose pas forcément d’un véhicule et si certains arrivent à se faire aider par un voisin ou de la famille, ce n’est pas le cas de tous nos concitoyens et il n’apparaît pas non plus possible d’utiliser les transports en commun pour aller poser ses encombrants.

(…) Oui, ce sont des soucis importants ! Autrefois, il existait à Lyon des déchèteries mobiles qui permettaient, dans chaque arrondissement, aux habitants de déposer leurs encombrants près de leur domicile une fois par mois.

Pour des raisons de coûts, la Métropole a choisi de supprimer ce service. D’autres municipalités de la Métropole qui le pratiquaient également l’ont supprimé comme la Ville de Bron l’an dernier ; là aussi, c’est le coût qui a été mis en avant.

Cependant, nous ne disposons d’aucune donnée sur l’évolution du tonnage des dépôts sauvages et il semble qu’il soit en augmentation -je suis intervenue sur ce sujet plusieurs fois à la Ville de Lyon- et nous n’avons pas d’élément non plus sur le coût engendré pour la collectivité parce que, s’il y a effectivement une économie au niveau municipal, il ne semble pas qu’il y en ait une au niveau métropolitain, bien au contraire. Donc ce sont de drôle d’économies faites d’un côté mais pour des dépenses supplémentaires de l’autre.

Pour les personnes les plus fragiles, comme les personnes âgées ou handicapées, des systèmes spécifiques de collecte d’encombrants avaient pu être mis en place, notamment sur la commune de Lyon. La personne se faisait connaître auprès de la mairie d’arrondissement et ensuite une association d’insertion s’occupait de ramasser les encombrants. Ce service était financé par la Ville de Lyon sur les crédits emploi-insertion. A compter de 2015, ce sont les crédits “personnes âgées” qui ont pris la relève mais, là aussi, pour des raisons de coûts, cette pratique a pris fin.

Des demandes ont été adressées à la Métropole pour qu’elle prenne le relais directement au nom de la collecte des déchets qui relève de sa compétence ou même de celle des personnes handicapées qui est aussi de sa compétence.

Concrètement, monsieur le Président, que proposez-vous à ce jour ? Quelles mesures allez-vous nous proposer ? Je sais que vous y réfléchissez mais maintenant il serait temps de passer à l’action.

Merci beaucoup.

Question orale : enlèvement des encombrants