Agnès Gardon Chemain

Agnès GARDON CHEMAIN
Conseillère municipale d’Ecully
Conseillère métropolitaine

Monsieur le Président,  mes chers collègues, la pédagogie passe par la répétition ; je vais être très succincte  mais c’est dans le même esprit que j’interviens.

Dans le cadre du bouleversement institutionnel que notre pays  connaît avec la réorganisation des Régions et la mise en place  de la Métropole, aucune structure publique ou parapublique ne  doit être épargnée par ces réflexions.

Nous interrogeons donc  bien sur le devenir des différents organismes en charge du  développement économique dont le nombre et la diversité nous  paraissent importants.

Nous sommes, vous le savez, très attachés à la territorialisation,  dans ce domaine comme dans d’autres, mais cette profusion de  structures dépendantes de différentes collectivités ne nous paraît  pas être en adéquation avec l’objectif affiché de rationalisation,  d’optimisation des ressources ou de simplification.

D’ailleurs, la  clarification de la répartition de la compétence du développement  économique, dont nous ne savons pas encore si elle dépendra de la Métropole ou de la Région, nous paraît nécessaire.

Il me semble aussi nécessaire de s’interroger sur la gouvernance de certaines structures qui ont certes correspondu à un besoin  à un moment mais qui ont peut-être besoin d’une évolution.

A titre d’exemple, Ecully et Tassin la Demi Lune représentent 66 % de la population Techlid et apportent 52 % des ressources  financières des Communes et ne pèsent que 26 % des voix au Conseil d’administration.

La mise en place de la Métropole ne serait-elle pas l’occasion  de remettre tout cela en perspective avec toutes les collectivités territoriales concernées ?

Merci

Quel avenir pour les différents organismes en charge du développement économique ?