Stéphane Guilland

Stéphane GUILLAND
Conseiller municipal Lyon 8e
Conseiller métropolitain

Monsieur le Président et chers collègues, quelques remarques sur les deux rapports concernant l’aménagement de ce qu’il convient d’appeler désormais “l’opération Parc Marius Berliet“.
L’évolution de cet îlot industriel au coeur du huitième arrondissement était, depuis quelques années, devenue inéluctable.
L’achèvement prochain de la ZAC Berthelot-Epargne, adjacente, invitait ces bâtiments progressivement vidés de toute activité économique à évoluer ; c’est le cas aujourd’hui et nous ne pouvons que nous en réjouir.
La méthode retenue, le projet urbain partenarial (PUP) permettra de faire participer le ou les promoteurs aux équipements publics rendus nécessaires par la création de nouveaux logements. Ce sont les raisons pour lesquelles notre groupe votera ce rapport.

Pour autant, même si la mise en place du PUP permet la participation des promoteurs, à hauteur de 5 M€, à la création de voiries -objet du rapport- ou d’un groupe scolaire ou d’une crèche qui resteront de la compétence de la Ville de Lyon, quelques remarques ne nous semblent pas inutiles.
Classées initialement en zone UI, c’est la modification par le Grand Lyon de la destination de ces parcelles qui a permis cette opération de grande ampleur qui correspond -je vous l’accorde à  l’évolution de notre ville. Mais, si on peut se réjouir que les promoteurs participent demain grâce au PUP à hauteur de 5 M€ aux équipements publics, que sont ces 5 M€ au regard de la plus‑value réalisée lors de la modification du plan local d’urbanisme ?

Ce chiffre est sans aucune mesure et pose aujourd’hui question.

Alors, puisque j’ai déjà eu l’occasion de l’interroger à ce sujet, je sais que votre Vice-président en charge de ce dossier, monsieur Michel Le Faou, se réjouira qu’on compte, au milieu des investisseurs privés bénéficiaires de cette plus-value, l’Etat, participant ainsi au redressement des finances nationales -redressement qui vous est cher, monsieur le Président-.

Plus sérieusement, monsieur Michel Le Faou vient de nous dire que l’évolution de la taxe d’aménagement sur le diffus ou l’utilisation du PUP sur le diffus étaient des pistes qu’il convenait de travailler. Il en est une autre, monsieur le Président, je pense, qui est une meilleure utilisation des plus-values nées des modifications de notre PLU sur les PUP à venir.

Une telle utilisation, monsieur le Président, n’est aujourd’hui pas possible par la loi -je le sais- mais il convient peut-être de s’y pencher. Je sais la proximité que vous avez et je crois qu’au Sénat -et a priori vous n’êtes pas parti pour abandonner cette casquette-, vous voulez toujours défendre votre Ville et les Grands Lyonnais ; aujourd’hui, je vous demanderai d’essayer de porter cette évolution qui me semble indispensable.

Elle me semble d’autant plus indispensable, monsieur le Président, que dans le huitième arrondissement, l’évolution démographique est forte ; en effet, près de 1 000 habitants supplémentaires par an depuis quinze ans arrivent dans notre arrondissement. Avec cette évolution, notre arrondissement présente un déficit réel
d’équipements : crèches, groupes scolaires, collèges, stades, gymnases, toutes les structures sont dans une situation critique.

A ce titre, puisque vous êtes en pleine préparation des programmations pluriannuelles des investissements du Grand Lyon et de la Ville de Lyon, j’attire votre attention sur cette situation catastrophique et sur les évolutions qu’il est indispensable de voir.

J’ai bien noté que votre Vice-Président Michel Le Faou souhaitait utiliser tous les outils qui étaient à sa disposition pour compenser les évolutions en termes de logements par de nouveaux équipements, en particulier dans le diffus. Pour ce qui est des PUP, on a un outil qui est tout à fait intéressant mais qui est perfectible et je pense qu’il faut vraiment se saisir de ce dossier.

Je vous remercie, monsieur le Président

PUP Marius Berliet : jackpot
Taggé sur :