Monsieur le Président, mes chers collègues, ces dossiers de subventions sont souvent l’occasion de votes unanimes et conciliants -de votes ni de gauche ni de droite, dirait un certain Ministre- et nous savons en ce moment combien cela compte pour vous, monsieur le Président. Nous y sommes donc particulièrement attentifs.

Aussi, sur un tel dossier de versement de subventions au profit de notre agriculture locale, nous ne pouvons qu’approuver, même si nous avons quelques remarques à formuler.

Concernant l’achat de la ferme de la Morelle, nous aurions aimé que ce projet soit instruit dans une vraie stratégie d’aide à l’installation ou au maintien des agriculteurs dans des locaux leur permettant d’exercer leur profession. Mais non : encore une fois, on trouve un dossier et, après quelques échanges entre amis, on trouve aussi le financement. Tant mieux pour ce dossier, tant pis pour les autres usagers qui seraient dans une situation similaire et qui n’ont pas la chance d’avoir des relais.

Aussi, sur l’aide à l’agriculture biologique, il est difficile d’acter que “l’agriculture biologique est la production qui respecte le plus l’environnement”. En effet, est-ce que les bananes bio ont un meilleur bilan carbone que les nectarines produites dans nos régions ? Je vous pose la question mais un de nos collègues spécialiste en agriculture va certainement nous expliquer ce positionnement.

Nous aurions préféré que l’on travaille sur une aide à la production locale en incluant la production bio. Mais pour cela, monsieur le Président, il faudrait sortir de la posture qui consiste à vouloir satisfaire toutes les sensibilités politiques de votre majorité et s’engager dans de vrais choix politiques.

Je vous remercie pour votre attention.

PSADER