Merci, monsieur le Président. Monsieur le Président, mes chers collègues, nous examinons les propositions de subventions aux structures et associations agissant en protection de l’enfance, en accompagnement des familles et en prévention. Il s’agit de participer aux actions visant à l’accès aux vacances, de soutenir des associations œuvrant dans le champ de l’adoption ou du soutien aux personnes accueillies en protection de l’enfance et d’apporter un concours au financement des centres sociaux et MJC de la Métropole.

Cette délibération est récurrente dans cette collectivité depuis peu mais aussi au Conseil général qui l’a précédée depuis des années, sans d’ailleurs beaucoup d’évolution. Lors de la Commission développement solidaire et action sociale du 13 juillet, ont été plus particulièrement interrogées les subventions aux centres sociaux, MJC, des interrogations sur les critères et sur l’application de la baisse de 6 % applicable chaque année.

Les objectifs sont ceux de la prévention dans le cadre de la protection de l’enfance et de la famille et ils ont été exposés dans le texte. Reste que tout cela apparaît très général et que nous pouvons comprendre la difficulté de mettre en relation les montants proposés et le contenu des actions soutenues.

En réalité, les centres sociaux principalement et les MJC ont toujours été soutenus par le Conseil général sur le fondement de leur rôle dans l’action sociale qui assure l’accompagnement des familles et la prévention des difficultés pour enfants et jeunes. L’examen dans une commission dédiée, avec présence des élus concernés, permettrait de mieux comprendre le sens de l’intervention de la collectivité sur la base de sa mission de protection de l’enfance et de prévention.

Au moment où l’on doit réduire les financements, mais pas nécessairement de façon uniforme, au moment où l’on doit assurer l’identité de la Métropole avec sa promesse de mutualisation, nous voudrions faire la proposition de prendre, pour le prochain exercice, le temps d’examiner au fond les actions à retenir et de proposer des pistes d’orientation. Il faudra aussi prendre en considération que dans des communes ou des quartiers n’existent pas de structures de type centre social, MJC et que donc d’autres structures assurent ces actions qui contribuent à la mission de prévention. Je pense qu’il ne faudrait pas les oublier.

Je vous remercie de votre attention.

Protection de l’enfance