Retrouvez l’intervention de Philippe COCHET
  • (seul le prononcé fait foi) 

Monsieur Le Président,

Mes Chers collègues,

Puisque nous sommes à quelques jours de Noël, je m’en vais vous narrer un conte: Il était une fois dans l’agglomération lyonnaise en l’an 2014 une élection municipale qui se tenait, alors dans la Communauté Urbaine de Lyon. Cette élection vit arriver dans cette assemblée une majorité de Maires et de conseillers métropolitains élus avec des voix de la Droite et du Centre. Le résultat de ces élections mis le Roi de la précédente assemblée dans une colère noire. Alors que se préparait l’élection du nouveau Roi, légitimement un roi de Droite, une série de petits lutins allèrent à la rencontre des nouveaux élus en leur promettant monts et merveilles pour qu en trahissant leurs électeurs, ils permettaient la reconduction de l’ancien Roi. Cela fut fait. Le stratagème fonctionna si bien que l’ancien Roi reconduit dans ses fonctions distribua prébendes et avantages à certains de ces élus. Ceux-ci affirmaient ne pas faire de politique pour mieux justifier cette facétie. Fort de cette rouerie, l’ancien Roi reconduit voulu un royaume encore plus grand, plus puissant, afin de satisfaire cet ego incommensurable de celui qui est persuadé que rien ne lui résiste. Il trouva alors l’oreille attentive d’un autre puissant le Roi du Département. Celui-ci avait bâti un muséum tellement tarabiscoté que le nombre d’écus coulaient à flots face au nombre d’artisans qui déposèrent le bilan. De même il avait offert une concession pour un chemin de fer qui fit le bonheur d’un concessionnaire.  Par ailleurs il avait sollicité des emprunts à forte toxicité, il savait que son royaume courrait à la faillite.
Les 2 Rois qui siégeaient dans le même docte assemblé à Paris convainquirent le roi de France de l’époque d’intégrer leur stratagème dans une nouvelle loi. Cette loi qui faisait le bonheur des 2 puissants condamnait de fait nombre de sujets qui avaient permis à l’ancien roi de la courly de maintenir sa Présidence. Étant à l’époque moi-même membre d’une docte assemblée parisienne et ayant expliqué aux maires du Val de Saône et des Monts d’or comment ils allaient être dévorés, je m’étais refusé à voter cette loi élaborée par les 2 puissants. Le Sieur de la Fontaine sera surpris car jamais il n’eut inventé un tel dénouement. En effet, quelle ne fut pas notre surprise de voir l’attitude des futurs dévorés qui confirmaient leur soutien au Roi qu ils avaient élu et qui les maltraitaient. Il est parfois des situations qui mériteraient une consultation de Medecins …
Le Roi de la Métropole qui avait agrandi son Royaume mis tous ses moyens au service d’un jeune page qui souhaitait devenir Roi de France. Tout le royaume de France fut saisi par cette impertinence. Diverses péripéties permirent contre toute attente de voir la victoire du jeune page. Le roi de la Métropole pleura de bonheur lors de son couronnement et celui-ci le fit chef de la Police et des bourgades. Les élus de la Métropole maltraités applaudirent car ils étaient persuadés que le chef de la police et des bourgades allait modifier la loi pour éviter d’être dévorés. Point n’en fût.
Dépités et hagards ils se jetèrent dans les bras du nouveau Roi de la Métropole qui avait pris ses fonctions en accord avec le Roi de la police et des bourgades. La révolte du Peuple vêtu de jaune et la gestion abracadabrantesque d’un fou du Roi de France, décida le Chef de la Police et des bourgades à revenir ventre à terre vers son ex royaume. Quelle ne fut pas sa surprise de voir que le dicton loin des yeux loin du cœur prenait ici toute sa force.
Revenant en chemin de fer, seul un aubergiste l’accueillit à la gare. Où était donc la cour ?
Le Maire de Lyon qui remplaça le Roi se démis mais l’ancien Roi de la Métropole se méfia de ce retour et confirma qu il briguerait cette fonction en l’an 2020. Et là tout le royaume pris une mauvaise tournure. Les sujets qui s’étaient regroupés selon des convictions abandonnèrent celles-ci dans l’espoir non pas de défendre ou représenter un territoire mais simplement s assurer une place près sur Roi. Les damoiselles et damoiseaux perdirent leur contenance et coururent dans toutes les directions. Le Peuple regardait cette agitation avec dégoût alors que le Roi de France s’occupait pendant cette période de modifier leur rente de vieillesse. Au milieu de ce chaos existait des femmes et des hommes de convictions qui je l’espère obtiendront le soutien du Peuple en l’an 2020. Les membres actuels des Républicains et apparentés en font partie. Ce conte se terminera en mars prochain. Ici et en dehors de cette assemblée se trouve l’épilogue. Je souhaite à chacun d’entre vous un Joyeux Noël plus particulièrement à ceux qui croient encore au Père Noël. Bon conseil à tous.
Procès-verbaux : un conte de Noël