Merci, Monsieur le Président. Monsieur le Conseiller délégué et mes chers collègues, le rapport que vous proposez à notre délibération est la reprise d’une compétence du Département qui concerne les collèges disposant de sections sportives.

Notre groupe considère ‑et je pense que nous ne sommes pas les seuls‑ que le sport est la vitrine d’un territoire et de son excellence et qu’il constitue un facteur d’attractivité à part entière. A titre d’exemple et dans un tout autre registre, ce Conseil a voté aujourd’hui le dispositif de soutien aux bénévoles de l’Euro de football, tout comme il prévoit d’aider et de soutenir les clubs sportifs professionnels et nous en sommes plutôt satisfaits.

Cependant, nous sommes en droit de nous poser quelques questions sur la politique sportive de la Métropole, tout particulièrement lorsqu’elle ne concerne pas le haut niveau.

Le sport véhicule des valeurs que nous connaissons tous : le respect des règles, la notion d’effort, de mérite, de persévérance et de transmission d’apprentissage de vie en communauté, autant de choses qui, dans certains quartiers populaires en particulier, comme dans notre société en général, manquent notamment à notre jeunesse. Alors, lorsque nous évoquons les sections sportives dans les collèges, il faut penser que les établissements concernés sont très souvent en zone politique de la ville et qu’il s’agit souvent d’un véritable plus qui permet à une vraie mixité sociale d’émerger et de donner un sens à ces valeurs, tout en valorisant un collège tout entier.

Nous voterons donc évidemment pour ce rapport mais nous nous interrogeons sur la modestie des sommes parfois attribuées en l’absence de politique d’équipements sportifs. Le Département du Rhône soutenait les investissements en gymnases et en équipements sportifs pour les collégiens, ce qui n’est plus le cas aujourd’hui avec la Métropole. Qu’en sera-t-il dans le futur ?

Ce n’est malheureusement pas avec 1 000 €, qui ne concernent pas tous les collèges ayant des sections sportives, que les collégiens pourront faire l’apprentissage des valeurs véhiculées par le sport dans des équipements parfois vieillissants, que les collectivités territoriales, étranglées financièrement par les décisions gouvernementales que nous connaissons tous, ont de plus en plus de mal à entretenir.

Notre question porte donc essentiellement sur la politique métropolitaine à terme, en termes d’aides aux équipements sportifs, qui viendrait utilement compléter celle aux collèges à sections sportives.

Politique sportive
Taggé sur :