Monsieur le Président, mes chers collègues, cette délibération est l’occasion de rappeler l’importance de la culture, sa capacité à nous rendre humbles et tolérants, à nous émouvoir, nous émerveiller, nous rendre parfois plus intelligents. André Malraux, Ministre de la culture, s’était fixé une feuille de route qui est restée d’une ardente actualité : rendre accessible au plus grand nombre les œuvres capitales de l’humanité et favoriser la création des œuvres de l’art et de l’esprit qui l’enrichissent.

Cet objectif, que nous partageons tous, nécessite que la culture soit accessible financièrement et qu’elle puisse permettre son appropriation par le plus grand nombre. Le public est tout d’abord attiré par ce qu’il connait déjà. Cette première étape franchie, il pourra tout naturellement se laisser guider par une programmation plus éclectique. Ce cheminement sera favorisé si le spectateur se sent en confiance et qu’il sait qu’il peut compter, quel que soit le spectacle proposé, sur des œuvres de qualité.

A Saint Priest, c’est cette conviction qui nous anime sur toutes les disciplines du spectacle vivant. Nous avons travaillé avec la directrice de notre théâtre et c’est sur ces valeurs partagées qu’elle a toute la liberté pour sa programmation. Aussi, je tiens à rassurer un certain Vice-Président qui s’était inquiété du devenir de la culture dans notre ville, sans la connaître mais s’engouffrant dans la machine médiatique : qu’il soit rassuré, la culture ne s’est jamais aussi bien portée à Saint Priest !

Concernant plus particulièrement ce projet de délibération ‑vous l’avez mentionné en commission‑, vous souhaitez reprendre à l’identique les aides financières que le Département attribuait à divers équipements de la Métropole. Et les autres ?

Même si nous sommes conscients que les moyens attribués à la culture ne sont pas extensibles, la reconduction à l’identique d’une politique antérieure ne peut être le fondement de la vision culturelle de la Métropole. D’autant plus que cette politique comporte son lot d’iniquités. Si le budget doit rester constant ou diminuer, il convient de le répartir plus équitablement. Ce projet de délibération aurait pu être l’occasion de rétablir une situation injuste, en direction notamment du territoire de l’est lyonnais et qui existe ‑nous en sommes certains‑ dans d’autres communes de la Métropole.

Ainsi, à l’heure où la Région réfléchit également à sa politique culturelle, le moment est venu, pour la Métropole, de construire elle aussi avec les Communes et leurs équipements. Une traduction concrète et juste serait d’intégrer dans les territoires de notre collectivité, afin de montrer à tous les habitants que la Métropole assure leur égalité dans l’accès à la culture, ce qui ne semble pas être encore le choix pour cette année.

Merci.

Politique culturelle
Taggé sur :