Michel Havard

Michel HAVARD
Conseiller municipal de Lyon 5e
Conseiller métropolitain

Monsieur le Président, mes chers collègues,

Cette délibération sur le pôle de compétitivité Lyonbiopôle et l’attribution d’une subvention à l’association Lyonbiopôle ne pose bien sûr pas de souci.

Nous sommes d’autant plus favorables aux pôles de compétitivité qu’ils ont été créés par le Gouvernement Raffarin, mis en place par le Gouvernement Villepin et, surtout, qu’ils permettent aujourd’hui d’assurer à notre économie quelques bases solides dans cette compétition internationale dans laquelle nous sommes.

Si les différentes priorités fixées par ce pôle de compétitivité ne posent pas de problèmes : innovation, programme de partenariat, développement à l’international, implication des acteurs de l’information, il en est un qui nous pose question : proposer une offre d’infrastructures. En effet, la collectivité s’est engagée à travers un outil, la SEM patrimoniale, dans la construction d’un certain nombre d’équipements destinés à accueillir de la création et de l’innovation.

Dans cette délibération, il est mentionné un bilan pour l’année 2013. Je crois qu’il faudra, à un moment donné, sur cette question de l’immobilier, se poser deux questions. :

  • première question : c’est pour qui ? Un certain nombre d’acteurs peuvent s’installer et profiter de cette offre d’infrastructures mais avons-nous le potentiel ou la capacité d’en attirer de nouveaux pour venir occuper ces locaux ?
  • deuxième question : quel niveau d’engagement financier pour le coût, puisque, à partir du moment où ces infrastructures que nous proposons ne permettent pas d’accueillir suffisamment d’entreprises, c’est bien sûr une charge pour la collectivité.

 Alors, aujourd’hui, mon intervention n’est simplement qu’un signal ou une alarme que nous nous fixons sur ces enjeux.

Bien entendu, nous soutenons la possibilité de pouvoir avoir une palette d’outils assez complète mais nous attirons votre attention et nous souhaitons qu’à un moment donné, un bilan soit fait de cette offre d’infrastructures, de façon à ce que nous ne nous lancions pas dans des opérations et qu’au final, sous un motif bien sûr parfaitement louable, elles ne se transforment pas en charge pour notre collectivité.

Je vous remercie.

Comment mieux accompagner les pôles de compétitivité ?