Philippe COCHET, maire de Caluire-et-Cuire, président de notre groupe est intervenu lors du conseil de la Métropole du 28 janvier 2019 sur les vœux de notre groupe pour 2019 à la Métropole du Grand Lyon.

Monsieur le Président, mes chers collègues,

Chaque début d’année il est de coutume de présenter ses vœux.

Au nom de notre groupe je souhaiterais présenter à l’ensemble des membres élus de cette assemblée, aux agents de notre Métropole de Lyon ici présents mais également à tous les agents œuvrant au quotidien au service de nos habitants, à la presse et au public présents en ce jour de conseil, nos vœux de bonne et heureuse année 2019.

Pour ces vœux nous souhaitons la concorde. Car notre pays a subi une grave crise sociale qui a divisé profondément les français.

On peut dire grave, car si le président de la République a choisi d’écrire à tous les français et d’ouvrir un débat national c’est bien qu’il a considéré que la situation nécessitait d’agir au-delà de la simple consultation habituelle des représentants élus et des corps constitués.

Notre responsabilité ici dans cette assemblée est particulière. Car les fondements de la crise et les revendications ont notamment porté sur la fracture entre les zones urbanisées où se créent majoritairement les richesses et les zones rurales où le sentiment d’abandon et de déclassement social marque les habitants.

  • Ne plus vivre dignement du revenu de son travail, ne plus avoir accès aux services de proximité comme La Poste, un service de santé, même une administration fiscale… et ne parlons pas de la téléphonie mobile et de la fibre.
  • Ne plus pouvoir assurer l’avenir sur l’emploi et l’évolution sociale de ses enfants.
  • Ne pas avoir accès aux transports en commun alors que le coût de l’usage de la voiture explose.
  • Se faire dénoncer car son mode de vie serait condamnable par un dogmatisme nouveau qui désigne ses coupables comme au temps de la Terreur : le coupable qui roule au diesel, le coupable qui se chauffe au fuel, le coupable qui fume,…

Tout cela a favorisé la révolte, car les françaises et les français ont perdu l’espoir.

Alors, mes chers collègues, car tous ici nous aimons notre pays, notre groupe souhaite la réconciliation du peuple, la concorde nationale et le redressement de la France.

Pour la France ça peut marcher, pour la Métropole de Lyon cela semble compromis.

Dans la composition des groupes politiques de cette Assemblée on a surtout constaté des divorces et pas beaucoup de mariage.

Mais 2019 sera peut-être l’année des unions, à lire le communiqué de presse commun de ce jour entre les groupes Demain La Métropole et CIMèT pour clamer leur amour fidèle au maire de Lyon. Finalement on ne peut que le souhaiter tant aujourd’hui la présence de 17 groupes pour 165 conseillers n’est plus le symbole de la liberté mais plutôt de l’inefficacité.

Monsieur le Président, ce n’est pas vous faire injure que de dire que dans cette Assemblée vous n’avez pas engagé les vœux sous le signe de la Concorde.

On y a cru un moment quand vous avez déclaré à Laurent Wauquiez votre émotion à le retrouver pour la journée des câlins.

Mais le lendemain, en vous opposant à notre collègue Gérard Collomb pour les élections métropolitaines de 2020, on a aussi compris qu’en macronie les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent.

Après avoir tant insisté sur le nombre de places en maison de retraite, il faudra aussi certainement renforcer l’accueil à l’Institut Départemental de l’Enfance et de la Famille car dans ce divorce entre socialo-macronistes nombreux élus de la Métropole vont se retrouver orphelins.

Comme nous aimons la Métropole et les grands-lyonnais, nous souhaitons aussi la concorde et la réussite à notre collectivité.

 

Philippe COCHET – Vœux pour 2019