Monsieur le Président

Mesdames Messieurs les conseillers,

Alors que notre pays traverse une grave crise sociétale, la Métropole de Lyon a continué à vivre dans sa bulle, bien tranquillement, surtout comme si de rien n’était.

Et miracle, ce matin, on apprend par la presse que le Président Kimelfeld est attentif aux revendications des Gilets Jaunes et qu’il est prêt à agir aussi en faveur du pouvoir d’achat. On était tout émoustillés de lire les mesures d’ampleur qui attendaient les grands lyonnais. Finalement, il n’y a pas de mesure, tout au plus on recycle des politiques déjà vues comme l’éco-rénovation. Vous vous dites favorable à la péréquation, mais comme c’est obligatoire ça ne vous coûte pas trop cher. Vous proposez de ne pas augmenter les tarifs des entrées aux musées, une vraie proposition hors-sol digne des grandes heures macronistes ! Quand on ne peut plus payer son loyer et s’acheter à manger on s’en inquiète pas beaucoup du tarif d’entrée au musée. Pour notre part, nous pensons plutôt que le bon choix aurait été de ne pas augmenter les tarifs des transports en commun qui touchent tous les habitants, mais cela vous l’avez déjà voté en catimini au SYTRAL.

De même vous parlez de la zone à faible émission mais vous oubliez d’assumer la baisse de la limitation de vitesse sur le périphérique qui vous semblait l’idée du siècle pour lutter contre la pollution.

Votre courage politique a quand même ses limites !

Toutefois, Monsieur le Président, il y a 2 choses intéressantes dans vos propos.

La 1e est le choix de ne pas augmenter les tarifs de cantine. Même si on le sait, s’applique déjà un tarif social. Mais voilà une mesure qui tient compte d’un aspect social évident pour toutes les familles.

La 2e chose, nous avons pu lire que vous convenez qu’il faut baisser les taux de la Taxe d’enlèvement des ordures ménagères comme nous le demandons depuis des années. Quel revirement, quel reniement, quel désaveu pour ces vice-présidents qui nous ont expliqué que ceux qui proposaient une telle baisse étaient populistes, électoralistes ! Bienvenue dans le monde réel Monsieur le Président, où derrière un vote de taux en levant la main ici bien au chaud, il y a derrière des français qui se posent la question tous les jours de savoir comment ils pourront payer cette taxe à chaque fin de mois !

Cette annonce pose toutefois un problème sur le fonctionnement de nos institutions. Vous dévoilez des éléments de réflexion de la mission d’évaluation qui est en cours, alors même que le vice-président Claisse a demandé à chacun des membres de ne pas communiquer avant la fin du rapport. Vous ne respectez pas cette Assemblée, Monsieur le Président et cela est grave.

Nous pourrions aussi citer l’organisation de notre conseil avec ses 11h00 de séance programmée. Tout cela car votre choix ; comme celui de votre prédécesseur a été d’exclure l’opposition de la commission permanente avec l’accord des groupes de votre majorité.

Lors de votre élection Monsieur le Président, nous vous avions demandé un vrai changement dans la conduite de ces débats. Finalement rien n’a changé. Blanc bonnet et bonnet blanc. Puisque avec les macronistes vous semblez aujourd’hui découvrir le vrai monde, je vous demande Monsieur le Président de réunir l’ensemble des Présidents de groupes pour une nouvelle organisation de notre travail démocratique et soyez certain que nous vous aideront à sortir de l’ère Collomb comme vous le souhaitez. J’ai entendu que le Président Macron allait annoncer une grande concertation, nous vous demandons simplement une petite concertation pour mieux agir au service de nos habitants.

Philippe Cochet – Une gouvernance à bout de souffle