Monsieur le Président, Mes chers collègues,
 
Ce conseil s’annonce long au regard du nombre de rapports à traiter, mais avec des décisions importantes à prendre dans des politiques majeures comme l’aménagement du territoire avec les suites de l’aménagement des ex-autoroutes A6/A7, des transports en commun avec le nœud ferroviaire lyonnais, la stratégie alimentaire…
 
Il y a quelques semaines, nous étions plusieurs à nous inquiéter que la collectivité soit bloquée par les péripéties politiques du Président, et force est de reconnaitre que notre collectivité continue à agir.
 
Elle continue à agir sous votre impulsion Monsieur le Président et cela tout le monde a pu s’en rendre compte en lisant la dernière édition du Met, le magazine de notre collectivité. Avec votre photo cerclée en une du magazine, la photo en page 3 pour l’éditorial, votre présence sur une photo en page 5, puis en page 22 avec une interview et si on vous avait loupé, un encart sur « La Métropole de Lyon, c’est quoi » avec votre photo accolé au numéro 1. Si je voulais parodier je dirais en hommage à de célèbres lectures pour la jeunesse que on a eu droit à : « David travaille pour la planète » ; « David redonne confiance aux jeunes » ; « David chef du grand village » ; « David aime le foot, la nature, le vélo, les parcs, les festivals de musique… ». En résumé : David vous aime, aimez le ! Au-delà de la boutade, il nous semble utile de vous faire remarquer que nous avons observé votre choix d’engager une tournure très partisane de la communication institutionnelle.
 
Faire c’est bien, mais la manière de faire compte aussi.
 
Sur cet aspect, malgré les différentes interventions partagées sur plusieurs bancs de cette assemblée pour attirer votre attention sur votre irrespect des élus locaux, il semble que votre choix est résolument fait de décider sans concertation.
 
L’épisode qui a fait les choux gras de la presse locale est bien entendu d’expérimenter un samedi par mois la piétonisation de toute la Presqu’île de Lyon. Il semble difficile de penser que votre annonce fut très concertée puisque le Compte-rendu de la Commission urbanisme, voirie, de la ville de Lyon, du 12 juin 2019 a discuté du rapport sur le Lancement des travaux de l'opération "Végétalisation Presqu'île", sans faire état de cette expérimentation.
 
Si vous justifiez cela par la guerre politique que vous menez à l’encontre de M. Collomb ce n’est pas très glorieux mais c’est la vie politique. Malheureusement, nous constatons que c’est plutôt votre choix de gouvernance.
 
Votre volonté actuelle de faire des propositions tout azimut relève plus de l’action compulsive pour compenser un manque de notoriété que de la mise en œuvre d’une vision partagée avec les maires et les élus locaux au service de notre Métropole.
 
Il est tout de même à noter, bien que vous fassiez partie de l’exécutif depuis plus de 10 ans, nous n’avons jamais entendu une note dissonante concernant la gouvernance, les choix politiques, les erreurs majeures de votre majorité, l’absence de concertation avec la population, la loi inique que vous avez cautionnée qui éliminera un grand nombre de Maires…et à quelques mois des élections vous reniez ce que vous avez adoré. Votre volonté de vous refaire une virginité ne trompera pas les Grands Lyonnais. Ce que vous avez voté, vous l’avez voté avec vos amis d’hier et ce sans aucune réserve.
 
Vous décidez sans concertation, que ce soit pour les grands projets comme pour les organisations internes comme quand on apprend en commission que l’impact financier des décisions sur les ressources humaines n’ont été partagées ni avec le 1er Vice-président chargé des ressources, ni le vice-président chargé des finances, mais que avez décidé seul.
 
On se demande alors bien pourquoi vous avez missionné M. Marc Grivel pour rédiger un rapport sur la meilleure prise en compte de l’avis des communes dans la gouvernance de la Métropole. Est-ce pour contrecarrer une loi inique qui empêche toutes les communes d’être représentées dans ce conseil ? Ou est-ce pour mettre des gardes fous à votre dérive autoritaire qui vous amène à ne pas concerter ces mêmes communes dans vos décisions ? En tout cas M. Collomb, vous constaterez les dégâts de vos propres actions. La loi dont vous vous êtes si souvent vanté d’avoir influencé la rédaction se retourne aujourd’hui contre vous, aidée en cela, je le concède, par vos propres amis politiques !
 
Ce qui est aussi perturbant c’est de voir que ceux qui sont chargés de nous guider vers plus de démocratie participative communale, sont les mêmes qui constituent une majorité qui accepte vos choix d’écarter l’avis des communes.
 
Lorsque vous lançez la notion de co-construction, concertation, plateforme participative…vous avez dans cette enceinte des Maires dont c’est le quotidien depuis de nombreuses années et qui auraient certainement pû vous montrer la bonne méthode que nous réclamons depuis des années.
 
Mais vous êtes plutôt un bon politicien M. Kimelfeld. Vous fixez le menu, vous déléguez la préparation de la marmite à ceux qui vont se faire manger et vous invitez ensuite les loups au repas.
 
Malheureusement, à la fin ceux qui ne mangeront pas à leur faim ce seront les habitant du Grand Lyon et ceux qui se seront fait dévorer ne seront plus là pour assumer leurs responsabilités d’avoir laissé faire.
 
Je conclurai en citant un proverbe Chinois : « Si chaque homme chaque jour jetait une fleur sur le chemin de son prochain, les routes de la terre seraient tellement plus agréable.
Philippe COCHET – Une autopromotion un peu voyante