Philippe COCHET est intervenu en conseil de la Métropole du 17 septembre 2018 à propos des aires d’accueil des gens du voyage.

Sur ce sujet, il est important d’élaborer un certain nombre d’accords-cadres ; simplement, dans la vraie vie, ce qui compte c’est l’application de ces accords-cadres.

Nous avons attiré l’attention plusieurs fois au niveau de la Métropole sur la manière dont sont gérées ces aires d’accueil. Je prendrai simplement pour exemple ce que nous avons pu constater, nous, sur la Commune de Caluire et Cuire, à savoir en l’occurrence un certain nombre de gens qui sont référencés dans des caravanes. Il se trouve que, quelques jours plus tard, ce ne sont plus les mêmes personnes qui sont à l’intérieur des caravanes et, derrière, il y a un vrai problème de suivi par rapport à ceci.

Nous avions évoqué le rôle de l’ARTAG (Association Régionale des Tsiganes et de leurs Amis Gadjé) lors d’une précédente réunion du Conseil métropolitain où nous nous interrogions déjà sur ce rôle mais, au-delà de ce rôle que l’ARTAG doit tenir, je pense que la Métropole se doit, vis-à-vis des prestataires qui seront retenus, d’avoir une vigilance absolument particulière et j’espère qu’il y aura une clause également peut-être de rupture de contrat s’il n’y a pas un véritable suivi de ces aires d’accueil des gens du voyage.

Je crois que tout le monde est d’accord pour en accueillir. En tout cas, les Communes qui en reçoivent aujourd’hui le font d’une manière tout à fait normale et logique. Simplement, pour permettre le bon déroulement de ce genre de choses, il est important de pouvoir appuyer de genre de démarche.

J’insisterai également sur un point qui m’apparaît très important sur le plan social : il y a souvent des enfants qui se trouvent à l’intérieur de ces aires d’accueil et je pense qu’il devrait y avoir une incitation à la scolarisation de ces enfants, ce qui n’est pas toujours le cas et ce qui pose parfois un vrai problème pour leur développement. Donc je souhaiterais que la Métropole intègre ces éléments-là, au-delà des aspects administratifs qui sont bien sûr nécessaires.

Je vous remercie.

Philippe COCHET – Aire d’accueil des gens du voyage