Monsieur le Président, mes chers collègues, il est assez paradoxal, voire incohérent, de vouloir faire de la Part-Dieu un quartier d’affaires dynamique et, dans le même temps, de tout faire pour en empêcher son accès routier.

Comment qualifier ce rapport, si ce n’est de complètement imprévoyant car fermer simultanément au grand public deux parkings importants à proximité de la gare relève de la décision irréfléchie. Je rappelle que nous allons voter juste après un rapport sur la fermeture pour travaux du parking du centre commercial, qui était prévu de longue date celui-là. Cette décision est en revanche dans la lignée des décisions prises par votre majorité écolo-bobo depuis quinze ans qui vise à culpabiliser les automobilistes, à leur rendre la vie impossible, en les rendant responsables de tous les maux de notre société ; cela a encore été dit ce soir par les bancs d’en face.

C’est à croire que ceux qui ont pris cette décision n’ont pas de famille ou qu’ils s’imaginent que tout peut se faire à vélo dans l’agglomération. Non, mesdames et messieurs, tout ne peut pas se faire à vélo.

(…) Non. Le mouvement général vers moins de voitures est indispensable mais il ne se fera pas contre les automobilistes…

(…) Je vous ai écoutée parler tout à l’heure, madame, merci de votre écoute. Vous défendez des valeurs de tolérance, appliquez-les vous à vous-même. Merci.

D’autant que les automobilistes dont on parle ici sont ceux qui contribuent, par leur travail et le dynamisme de leurs entreprises, au rayonnement de notre agglomération -je sais, monsieur le Président, que vous serez sensible à cette argument- ; je parle bien d’agglomération, pas que Lyon et Villeurbanne.

Convenez que la probabilité est grande que ceux qui accèdent à la Part-Dieu en voiture soient en partie extérieurs à ces deux villes. Pourquoi ? Parce que lorsqu’on prend un train à 6 heures ou 6 heures 30 le matin, cela suppose de devoir prendre un transport en commun en moyenne une heure plus tôt. Vous savez comme moi qu’il n’y a pas ou peu de bus à 5 heures du matin. Et comme vous avez tout fait pour favoriser la gare de la Part- Dieu au détriment de la gare TGV de l’aéroport Saint-Exupéry, les utilisateurs du TGV n’ont pas le choix. C’est pour cette raison sans doute qu’à partir de 6 heures 30, 7 heures, le parking sous la gare est complet. Heureusement pour les lève-tôt qui voyaient arriver le panneau lumineux “complet” avec appréhension, ils pouvaient se rabattre sur le parking Villette situé à deux pas ; Il arrivait même que certains aillent se garer dans les parkings du centre commercial. Mais ça c’était avant.

Cette décision de fermeture au grand public du parking Villette vient compléter tout un arsenal de mesures répressives que vous avez prises ces dernières années et qui, pour certaines d’entre elles, ont largement participé à l’épisode de pollution que nous connaissons actuellement. Comment ne pas imaginer une réaction en chaîne lorsqu’on passe le cours Emile Zola à une voie, le cours Lafayette de trois voies à une voie, que l’on gère à distance les feux d’entrée dans Lyon et Villeurbanne comme sur le boulevard Stalingrad, entraînant des bouchons monstres dans les communes voisines ? On pourrait parler de la tour InCity sans parking car tout le monde devait venir en transport en commun alors qu’aujourd’hui, la Caisse d’épargne loue trois niveaux complets du parking Bonnel-Servient. De l’affichage, toujours de l’affichage…

Votre politique a contribué à rejeter le problème à l’extérieur de Lyon et Villeurbanne. Mais il n’est pas géré. Même le premier quotidien lyonnais a récemment appelé ses lecteurs à la réaction face à la congestion organisée de la circulation. C’est pour vous dire si cela agace ! Encore aujourd’hui, Le Progrès alerte sur la congestion de la route de Genas à Villeurbanne et Lyon.

Chers collègues, croyez-vous vraiment qu’une file ininterrompue de véhicules arrêtés dans les bouchons, moteur tournant, ne contribue pas à la pollution ?

Nous sommes surpris de votre manque d’audace et d’anticipation pour faire face à ces situations. Alors, quelques idées :

  • pourquoi ne pas réserver une voie de chaque autoroute pénétrante dans Lyon au covoiturage, comme cela se fait dans toutes les grandes villes des Etats-Unis ?
  • pourquoi ne pas avoir davantage développé le métro (deux stations en quinze ans seulement) alors que c’est un moyen formidable de développement urbain ? Avant de nous répondre systématiquement que cela coûte cher
    -parce que c’est l’argument qu’on entend en boucle-, vous devriez vous comparer aux grandes métropoles européennes que vous aimez si souvent citer en exemple (onze lignes de métro à Barcelone, neuf lignes à Francfort). De plus, les installations de génie civil du métro durent cinq fois plus longtemps que celles des réseaux de surface. Notre ligne A va avoir quarante ans ; a-t-on dû refaire les tunnels ? Bien sûr que non. Pensez-vous que les rails du tramway et les caténaires des lignes fortes vont durer quarante ans ? La semaine dernière, toute une caténaire de la ligne C1 a été arrachée à Cuire ; cette portion date de 2011. Et je ne vous parle pas des enrobés de voirie qui sont à refaire régulièrement à cause du poids des C1, C2, etc.

Manque d’audace aussi lorsque vous évoquez régulièrement le péage urbain sans ouvrir véritablement de débat entre nous, bien que vous ayez évoqué en partie le sujet ce soir.

Manque de solidarité intercommunale aussi en oubliant volontairement de créer de vraies liaisons entre les villes de la banlieue lyonnaise sans passer par la ville centre.

Vous rajoutez à cela la “grève annuelle des Lumières” au SYTRAL et là, c’est la totale !

Monsieur le Président, vous aviez voté en son temps contre la création du périphérique nord. Que serait l’agglomération lyonnaise aujourd’hui sans cet équipement ? Vos atermoiements sur le TOP, alors que vous avez été bien plus efficace pour déclasser l’A6-A7, prouvent que ce sont bien vos décisions politiques que nous subissons aujourd’hui.

Nous avons été surpris d’entendre tout à l’heure la représentante villeurbannaise du groupe La Métropole autrement s’inquiéter des reports de trafic sur le périphérique suite au déclassement de l’A6-A7. Chère collègue, vous avez voté pour.

La paralysie routière de l’agglomération, qui contribue en partie à la pollution actuelle, est accentuée par cette gestion “court-termiste”.

En attendant, nous avons une pensée pour les riverains des troisième et sixième arrondissements qui vont voir tourner des véhicules dans leur quartier, surpris de ces fermetures non anticipées et qui contribueront aussi à polluer un peu plus. Et non, madame Rabatel, pour reprendre votre propos de début de Conseil, nous ne représentons pas le lobby des voitures, nous représentons juste des citoyens qui ont aussi le droit de circuler en voiture.
Notre groupe votera contre ce rapport.

Parkings Part-Dieu