Monsieur le Président, chers collègues, merci. Au-delà de cette étude et des quelques mots que vous nous avez donnés tout à l’heure sur le PDU, il nous apparaît opportun de se projeter sur votre vision et la nôtre du nœud ferroviaire lyonnais. En effet, l’opportunité du déclassement de l’autoroute A6-A7 passée et saisie, bénéfique pour les uns, inquiétant pour les autres, la modification du nœud ferroviaire lyonnais pose aussi des inquiétudes et des attentes.

Si cette étude apporte un regard sur le centre lyonnais, la Part-Dieu et cette douzième voie nécessaire, qu’en est-il du regard plus large ? Quelle vision avez-vous, monsieur le Président, du fret dans l’agglomération lyonnaise, dans le pôle métropolitain lyonnais ? Etes-vous, comme nous, comme les associations Fracture et Le Fer Autrement, pour un vrai contournement suivant la ligne LGV passant par Saint-Exupéry et rejoignant la vallée du Rhône à Salaise sur Sanne sur l’espace portuaire multimodal ? Et si comme nous vous portez cette ambition, quelles actions comptez-vous mettre en œuvre pour que le calendrier s’accélère et que ce contournement voie le jour ?

Aujourd’hui, nous travaillons au renforcement de la place de la Part-Dieu mais quelle vision avez-vous de la place de la gare de Saint-Exupéry ? Comptez-vous lui donner une place nationale et européenne en proximité de l’aéroport ou simplement une gare de délestage de la Part-Dieu ? Comment comptez-vous relier ces portes d’entrée internationale de la Métropole avec le cœur de l’agglomération et les territoires périphériques ? Ces questions sont pour nous importantes et fixent le cadre de votre vision, de notre vision de la Métropole européenne que nous souhaitons construire. Comment pensez-vous passer de l’étoile, inexistante, à la toile ?

A contrario du déclassement A6-A7, nous devons penser global pour trouver des réponses locales en respectant les périphéries. Quelle réponse métropolitaine donnons-nous au transport en commun par train ? Dans le PDU, nous envisageons de passer le taux d’utilisation des transports en commun de 19 à 22 %, c’est bien mais c’est peu. Et surtout, combien en décarboné ? Mettre des bus dans les couronnes et aux abords de la Métropole ne suffira pas à tenir le plan Oxygène ambitieux que nous avons fixé.

Les réponses restent à construire autour de transports rapides et cadencés électriques. Pour le centre, cela s’appelle évidemment le tramway, le métro, c’est pour vous la toile mais, pour la périphérie, c’est cela que l’on doit construire sur le type des RER à la lyonnaise : une nouvelle forme de transports, inexistants aujourd’hui, utilisant les infrastructures existantes, c’est l’étoile.

Quelle que soit la forme, la mise en œuvre devra se faire en concertation avec les différents partenaires : l’Etat, SNCF Réseaux, la Région, la Métropole et les Conseils départementaux de l’Isère, du Rhône, de l’Ain et le SYTRAL. Or, sans une vision d’ensemble pour les RER, sans une étude de connexion avec les gares existantes et à venir comme celle de l’Etoile d’Alaï, rien ne se fera dans les mois, dans les années ni dans les décennies qui viennent.

Un certain nombre de Maires aujourd’hui sont intéressés pour connaître votre position sur ce dossier. La Région est prête à travailler sur ce dossier, vous m’aviez engagé à prendre contact avec eux il y a quelques mois ici, je l’ai fait et je vous confirme leur envie d’avancer. Mais qu’en est-il de la Métropole, monsieur le Président, qu’en est-il du SYTRAL, compétent sur ces territoires ? Ces réponses, nous ne les avons pas. Or, quand l’Etat travaille sur l’avenir du nœud ferroviaire lyonnais, nous ne pouvons laisser passer le train des RER à la lyonnaise, nous ne pouvons laisser construire un projet ferroviaire qui ne serait pas global et d’avenir. Sur le train, sur tous les trains, les TGV -vous en parliez tout à l’heure-, les Intercités, les TER, les RER et le fret, prenons un peu de hauteur nécessaire pour offrir une vraie solution à notre Métropole mais aussi pour le monde multipolaire qui l’entoure.

La mise en place d’un groupe de travail formé d’élus métropolitains, de la Région, du SYTRAL et de SNCF Réseaux et bien sûr l’Etat m’apparaît évidemment pertinente. Une telle initiative constituera un point de départ fort que vous pourriez porter. Le nœud ferroviaire lyonnais ne peut se construire simplement sur les centralités de la Part-Dieu et de Sibelin mais sur une multipolarité et un véritable contournement du trafic européen.

Je vous remercie.

Nœud ferroviaire lyonnais