Monsieur le Président et chers collègues, les groupes politiques se constituent librement pour faire vivre la démocratie interne des collectivités et les moyens que la loi leur garantit permettent à chaque élu d’exercer les missions de son mandat. Ces moyens sont particulièrement nécessaires pour les groupes d’opposition car cela leur permet d’assurer un travail d’analyse et de contrôle sur les décisions prises, ce qui n’est pas toujours facilité par l’exécutif, quelle que soit d’ailleurs la majorité.

Notre groupe votera donc pour cette délibération qui concerne les moyens en personnels et qui a fait l’objet d’une demande de solidarité entre les différents groupes constitués au sein de cet hémicycle. Toutefois, nous souhaitons rappeler certaines positions qui ont été énoncées lors de cette discussion.

La délibération actuelle a pour objet de permettre à certains groupes de pouvoir assurer le paiement des salaires des chargés de mission qui avaient été calculés sur la base d’une dotation qui est en diminution cette année. Les solutions étaient donc de trois ordres : la baisse du traitement des agents, deuxièmement, le licenciement à l’épuisement des crédits ou, troisièmement, la solidarité pour assurer le paiement des salaires pour l’année. C’est la dernière possibilité qui a été retenue car c’est celle qui nous permet de traiter avec respect les collaborateurs qui nous épaulent dans nos fonctions.

Dans cette situation de baisse des moyens, tous les groupes ne sont pas impactés de la même façon. Notre groupe n’avait pas besoin de cette solidarité puisque, pour sa part, il utilise les moyens qui lui sont donnés avec le souci de la bonne gestion de l’argent public. De tous les groupes, c’est celui qui a été, en 2015, le plus économe puisque nous avons dépensé seulement 62,49 % de notre enveloppe. Ainsi, c’est une somme de 72 622 € que notre groupe a économisée et qui vient de facto dans les reliquats 2015 du budget général puisque nous ne conservons pas cette somme.

On constatera aussi que ce sont les petits groupes qui, majoritairement, sont impactés par ce problème de baisse de moyens et on comprend facilement pourquoi. C’est aussi le cas du groupe Socialistes qui, pourtant, a une enveloppe assez conséquente au regard de son nombre d’élus et qui aurait pu avoir une gestion plus prévisionnelle de ses dépenses.

On touche ici, monsieur le Président, la limite de vos calculs politiques pour lesquels vous avez refusé notre proposition de relever le seuil d’élus pour constituer un groupe. “Divide et impera” disait Machiavel, permettre la division de votre propre majorité afin de vous garantir que les petits chefs pensent l’un contre l’autre avant de penser contre vous !

Aussi, nous avons conditionné notre apport à cet ajustement financier à ce que la masse financière globale ne soit pas supérieure à ce que la loi permet car nous pensons qu’en période de disette financière, tout le monde doit faire un effort.

Nous jouerons donc la solidarité car nous sommes favorables au débat d’idées dans l’hémicycle. Mais nous pensons toujours ‑comme nous en avions fait part au moment du vote du règlement intérieur‑ que notre collectivité se grandirait à faire vivre la démocratie interne en dehors des petits jeux politiques. Une autre collectivité, pas si éloignée géographiquement, a commencé à tracer une voie ; elle nous semble plus pertinente que la vôtre.

Je vous remercie.

 

 

Moyens des groupes politiques
Taggé sur :