Pierre Berat

Pierre BERAT
Conseiller municipal de Lyon 3e
Conseiller métropolitain

Chers collègues, la Part-Dieu nouvelle devra être effectivement un quartier à vivre, pour ses visiteurs, mais aussi pour ses habitants. Cette délibération est, comme on l’a vu, l’occasion de le réaffirmer.

Quelques mots sur le bilan de la concertation préalable, il faut effectivement souligner la forte mobilisation des habitants. Une mobilisation bien compréhensible puisque 200 familles sont concernées par la disparition programmée de leur logement. Un logement qui correspond bien souvent à un projet de vie, et dont la disparition, même à l’horizon 2020, crée pour eux une forte incertitude.

Mobilisation, et même émotion légitime des habitants, puisque sur cette question du logement, votre projet PartDieu 2020 était mal engagé : Vous voulez densifier l’habitat en centre-ville, mais parmi les premières réalisations, il y a des démolitions de dizaines de logements.
Certains des habitants concernés l’ont appris lors de réunions publiques, en réponse à des questions de la salle ! Et puis, il y a eu le mémorable épisode du MIPIM 2011. C’est sur ce salon de l’immobilier à Cannes, que vous avez dévoilé en avant-première la maquette du projet envisageant d’autres démolitions. Les Lyonnais ont alors apprécié votre approche délocalisée de la démocratie de proximité. Face à la levée de boucliers, vous avez parlé d’intentions urbanistiques. Les habitants y ont vu des projets mal intentionnés.
Sans doute allez-vous me répondre que vous pensez au rayonnement de la ville. Nous aussi ! Mais nous ne concevons pas le rayonnement contre, ou sans ses habitants. Les habitants sont aussi soucieux des conditions de circulation et d’accessibilité, en réaction notamment à la chronique d’un engorgement annoncé de  l’avenue Pompidou, sous la gare. Redisons-le encore : cet aspect du projet pose la question de l’accessibilité à la gare, mais aussi celle de l’enclavement du quartier Villette-Paul Bert.

Alors la délibération précise pudiquement que suite à la concertation, le plan de référence du projet Part-Dieu est davantage conforme aux attentes des riverains. C’est le cas sur le papier. Nous serons vigilants dans la réalisation. En tous cas, l’action des élus UMP du 3°, aux côtés des habitants, n’y est pas pour rien.

2° volet de la délibération : le lancement de la zo ne d’aménagement concerté (ZAC) Part-Dieu ouest.

D’abord une question. Cela a été évoqué par ma collègue du groupe UDI. Pourquoi limiter le périmètre de la ZAC à l’ouest de la gare ? Vous motivez la ZAC par la complexité du projet autour de la gare. Pourquoi alors ne pas prendre en compte la Porte est, la Porte Villette de la gare ?
Je redis ici que la Part-Dieu nouvelle ne pourra être réussie au plan urbanistique si on ne prend pas en compte le périmètre de vie de la Part-Dieu, espace urbain de 30 000 habitants, avec leurs souhaits et leurs besoins.
Et j’ouvre à ce propos une parenthèse d’actualité dont on a déjà parlé au début de ce Conseil. Avec le découpage de la future Métropole sur lequel vous travaillez, vous réussissez le tour de force d’éclater le quartier Part-Dieu en deux territoires électoraux. En 2020, l’habitant qui souhaiterait demander des comptes sur l’aménagement de la Part-Dieu, devrait le faire à des élus différents selon qu’il habite à l’est ou à l’ouest des voies ferrées.

Belle réalisation en termes de simplification et de transparence démocratique !

Quelques remarques enfin sur les objectifs de la concertation. 
Votre délibération dit qu’il faut prendre en compte l’accessibilité en voiture. Je dirais qu’il faut surtout assurer cette accessibilité en voiture en limitant les restrictions de voiries, qui n’auraient qu’un seul effet, celui de déplacer les flux de circulation vers des rues résidentielles. Il faut aussi clairement assurer l’accessibilité des usagers de la gare et vous devriez afficher plus clairement les objectifs notamment eu égard au nouveau parking de la gare.

Mais sans doute avez-vous besoin de vous concerter avec Les Verts sur ce sujet avant de le présenter plus explicitement.

Le projet doit aussi rendre des espaces publics plus agréables. Attention à ne pas se limiter là encore aux abords de la gare. Quid par exemple du petit centre commercial Moncey Nord qui est, aujourd’hui, en plein cœur de la Part-Dieu et qui est pourtant largement délaissé ?

Enfin, si 2 000 nouveaux logements sont prévus, il faut effectivement assurer des conditions de relogement équivalentes aux habitants qui vont perdre le leur.

Le groupe UMP, divers droite et apparentés approuve bien sûr le lancement de la concertation sur la future ZAC Part-Dieu ouest. Nous allons suivre les choses de près.

En 2009, déjà et encore au salon du MIPIM, Monsieur Collomb, vous avez déclaré : « Plus qu’un quartier d’affaires, il s’agit aussi d’un quartier à vivre qui propose une offre de services pour les entreprises mais aussi pour leurs salariés ».

Et bien, la Part-Dieu doit être un quartier à vivre certes, pour ses visiteurs. Mais n’oubliez pas aussi, monsieur le Président, les 30 000 personnes qui y habitent au quotidien !

Je vous remercie.

Projet Part-Dieu : un quartier à vivre, mais pour ses habitants !
Taggé sur :