Laurence BALAS, conseillère métropolitaine du 6ème arrondissement de Lyon, est intervenue en conseil de la Métropole du 5 novembre 2018 sur la décision modificative du budget en ce qui concerne le volet des mineurs non accompagnés.

 

Monsieur le Président, mes chers collègues,

Quelques mots sur cette décision modificative (DM) ou plus précisément sur un ces volets : la hausse des dépenses sociales.

La majeure partie est la conséquence de la « gestion » d’une politique nationale qui est la politique d’immigration.

En effet, 13,5 M euros supplémentaires sont pour les frais de séjours et d’hébergement pour l’enfance du fait de l’afflux sur notre territoire de mineurs non accompagnés (MNA) au 1er semestre 2018.

Au total ce sont désormais 47 M euros qui devraient être consacrés à ce sujet pour 2018 soit plus du tiers de l’Aide sociale à l’enfance (ASE) et une hausse de 15 M est d’ores et déjà envisagée pour 2019.

N’oublions pas les 3 M euros qui s’ajoutent à cette somme pour le financement du dispositif d’évaluation et de mise à l’abri des MNA porté par l’association Forum réfugiés.

Ce sont donc au total 16,5 M euros de dépenses supplémentaires pour cette question dans le cadre de cette délibération.

Comme le disais Dominique Nachury en septembre, c’est une question complexe parce qu’à la convergence de deux politiques, celle de l’aide sociale à l’enfance (ASE) et celle de l’asile et de l’immigration. L’une relève de la Métropole, l’autre de l’Etat et plus particulièrement du Ministre de l’Intérieur.

Nous le savons c’est un sujet très délicat à traiter et douloureux humainement et qui n’est pas prêt de s’arrêter puisqu’au 30 septembre, 1 300 MNA ont été enregistrés contre 1 064 l’an dernier à cette date : 22% de plus…

Où est l’Etat ? Il était incarné jusqu’à il y a peu par un Ministre de l’Intérieur, membre de notre assemblée.

Je l’ai entendu l’autre jour dire lors de son retour à Lyon : « J’ai quitté la place Beauvau car je considérais que ma mission était terminée Il fallait faire passer de grands projets de loi et je l’ai fait. ».

Alors non monsieur l’ex-ministre, tous les sujets n’ont pas été traités, votre tâche n’était pas terminée et il aurait été responsable de votre part, d’affronter les urgences nationales en continuant à assumer la mission qui vous avait été confiée et que vous aviez accepté.

Vous avez en partant abandonné votre mission et vous n’avez pas non plus facilité la tâche de la Métropole sur ce sujet des mineurs non accompagnés.

Je vous remercie.

Laurence BALAS – Budget modificatif 2018