Merci, monsieur le Président. Nous avons eu beaucoup de nouveaux éléments pendant cette présentation, même si nous avions déjà reçu un Powerpoint. Nos interventions vont donc certainement un peu se recouper et avoir parfois besoin d’être adaptées. Vous comprendrez que je parle plus au nom du périmètre de l’ouest de Lyon dans cette intervention.
Dès l’annonce du déclassement, notre groupe a manifesté son soutien et demandé des éclaircissements sur les infrastructures nécessaires à sa bonne mise en place dans l’intérêt de tous les territoires et habitants. Je souhaiterais évoquer plus particulièrement la partie ouest de l’agglomération et vos choix en matière de transports en commun.
La première des phases des travaux devait se faire d’ici 2020 et vous commencez par Confluence, concomitamment aux travaux de la gare de Perrache. Vous citez une avancée parallèle des transports en commun et des voiries avec l’Anneau des sciences qui devrait, lui, plutôt aboutir vers 2030. Or, les éléments portés ne sont pas pour nous rassurer particulièrement en matière de programmation.
L’amélioration de la desserte évoquée dans le plan de déplacements urbains (PDU) nous apprend que les lignes fortes A2 et A4 prévues au schéma de cohérence territoriale (SCOT) le seront à l’horizon 2022 et 2030. Donc, entre le début du chantier pour 2020 à Confluence et l’horizon 2030, peut-on espérer que les habitants de l’ouest lyonnais puissent avoir une solution de transports en commun ?

14

Vous nous parlez ce jour un peu plus précisément de la ligne express dont nous nous réjouissons mais j’ai besoin de certaines précisions.
Je vous demanderai de me rassurer et de nous rassurer concernant le calendrier de ces lignes express. Seront- elles mises en place pour 2020 ou à partir de 2020 ?
Autre interrogation : l’accès à ces bus devra être organisé par des modes doux sécurisés dans nos Communes mais aussi avec des parcs-relais dont nous ne savons actuellement rien. Dans ce qui vient d’être montré il y a quelques minutes concernant l’axe A6, on nous présente deux arrêts, un au niveau du quartier des Sources et un, qui a manqué de précision à mon avis, concernant l’école d’horticulture. Est-ce qu’il s’agit de l’école d’horticulture d’Ecully ou de Dardilly ? Toujours est-il que, pour nous, il est important que les arrêts soient décidés en lien avec les Communes. Et pour que les parcs-relais existent, encore faut-il qu’il y ait des réserves dans le PLU. Qu’en est-il du foncier pour le PLU ? Cela, nous aimerions pouvoir le travailler avec vous.
Autre point, vous nous apprenez -et je m’en réjouis- que cette voie express va rejoindre le métro mais cela va demander certains travaux. Sommes-nous en termes de timing capables de les faire ? Concernant ces bus, encore faut-il les acquérir ; où en est-on en matière d’investissement ?
J’en viens maintenant au ferroviaire dans l’ouest lyonnais. La ligne du train de Lozanne-Saint Paul, connectée au métro de la ligne D à Gorge de Loup, si importante pour ce secteur, devait être modernisée pour 2012, à la suite de celles de Sain Bel et de Brignais. La Région ne l’a pas fait, ayant dû faire face à des dépenses inopinées pour élargir les quais des gares, le matériel qu’elle avait commandé étant trop large -ça c’est la modernisation !-. Le PDU mise sur la modernisation de cette ligne et nous l’approuvons. Aujourd’hui, nous savons que la Région s’est engagée dans une politique de rénovation des réseaux. Il y a donc urgence à défendre ce projet auprès de la Région et nous sommes prêts à le faire avec vous. Mais ce n’est peut-être pas le plus facile lorsque nous décidons unilatéralement de nos projets d’aménagement qui impactent les autres collectivités et qu’on leur demande seulement ensuite de suivre, tel un simple financeur, nos politiques.
En conclusion, ces réponses précises, nous vous les demandons et nous nous réjouissons de voir que cela avance. Nous ne pouvons pas en effet laisser pourrir une situation, en misant sur une hypothétique évaporation de la circulation qui consiste à se satisfaire d’un report durable des problèmes de circulation sur les périphéries. Je cite la lettre des 168 Maires du Grand Paris au Maire de Paris mais ce qui est possible à Paris ne l’est pas dans notre Métropole car le Maire de la ville centre est aussi le Président de la Métropole de Lyon, donc il veille à l’intérêt de tous les territoires avec équité.
Merci.

Intervention d’Agnès GARDON-CHEMAIN sur le déclassement des autoroutes A6/A7