Monsieur le Président, Mes chers collègues,
 
Avec cette deuxième délibération du jour destinée à améliorer les transports dans notre métropole, on pourrait se dire que l’exécutif a enfin décidé de prendre à bras le corps une problématique sur laquelle  je ne cesse  d’intervenir depuis maintenant 5 années.
 
Une problématique qui n’a pas semblé beaucoup intéresser les exécutifs successifs depuis l’époque de monsieur Michel Noir.
 
Mais voilà, il y a un hic !
 
En fait, toutes vos propositions sont encore et toujours centrées autour du déclassement de l’A6-A7.  Les désormais M6-M7 concentrent la majeure partie de vos attentions, de vos réflexions et de vos investissements comme si le reste de la Métropole et tout particulièrement l’Est n’existait pas.
 
D’ailleurs vous le dites bien dès la première phrase de cette délibération : « en cohérence avec sa décision ambitieuse et innovante de réaliser une voie réservée au covoiturage, sur les axes M6-M7, la métropole de Lyon s’engage… »
 
Et nous à l’Est, on aimerait bien que la métropole s’engage aussi un peu aux cotés de notre population!
À moins que son confort de vie ait moins d’importance que celui de ceux résidant au centre de la métropole !
Mais je n’ose même pas l’imaginer.
 
Je vais vous donner des chiffres qui en disent long !
 
Le long de la future M6-M7, sur son côté ouest, du nord au sud, le taux de patients sous traitement antiallergique ou antiasthmatique oscille entre 10 700 et 12 500 pour 100 000 habitants. Si je prends une commune que je connais bien dans l’Est, ce taux monte à 15 200.
 
Alors même que les effets du déclassement avec tous les travaux d’accompagnement envisagés n’ont pas été mis en œuvre.
 
Ah oui, c’est vrai, on a créé une ZFE mais qui s’arrête aux frontières du périphérique !
Quand, enfin, allez-vous prendre cette question globalement et à bras le corps ?
 
Sur ce projet de co-voiturage qui semble si bien dans son principe, je me suis permis en commission voirie et déplacements, la semaine dernière, de demander très naïvement si les mesures de contrôle du trafic, avec portiques, surveillance vidéo etc. etc. étaient bien prévus de la même manière sur la rocade Est.
 
Il me semble d’ailleurs que ceci avait été évoqué lorsqu’on nous avait expliqué, il y a 2 ou 3 ans, que des mesures de ce type seraient mises en œuvre pour éviter le report de la circulation sur cette rocade autrefois dénommée rocade des villages.
 
Et bien mes chers collègues, lorsque j’ai posé cette question, j’ai dû faire face à un silence très très gêné des membres de l’exécutif présents ainsi que des techniciens.
 
J’appelle cela, chers collègues, un silence coupable.
 
Notre collectivité se targue de faire partie des grandes métropoles européennes et revendique dans sa communication ambition et innovation.
 
Pour le moment, tout cela n’est que des mots.
 
Si toute notre ambition en matière de déplacements se résume à accompagner la transformation de l’A6-A7 en M6-M7, sans un seul mot, une fois encore, sur la totalité d’un territoire qui s’engorge, alors, nous sommes bien mal partis.
 
Si par vos choix restreints, vous devez créer un conflit entre ceux qui ont le droit de mieux respirer et les autres, vous serez responsables d’une fracture consommée du territoire.
 
Et cela je m’y refuse.
 
Et j’espère que nombre d’élus  présents dans cette assemblée accompagnent mon extrême préoccupation.
Personne ne pourra m’accuser d’en faire un combat politique et électoraliste puisque je suis constant dans mes alertes depuis plusieurs années. Sans être entendu.
 
Alors, bien sûr, le principe du covoiturage, on ne peut qu’y adhérer, c’est une évidence.
 
Mais cette nouvelle offre qui nous présentée est sans ambition, centrée autour d’une seule problématique. Pire encore elle va accentuer les problèmes d’un côté en pensant les résoudre de l’autre.
 
En ce qui me concerne, je ne prendrais pas part au vote de cette délibération parce qu’en définitive elle ne concerne pas les populations ignorées dont je défends aussi, avec les membres de mon groupe, les intérêts.
 
Merci pour votre attention.
Gilles GASCON – Covoiturage