Merci. Monsieur le Président et chers collègues, ce rapport nous paraît plutôt intéressant puisqu’il permet aux quartiers en politique de la ville de bénéficier d’aides de la Métropole au titre de la gestion sociale et urbaine de proximité. Disons que, dans l’amélioration du cadre de vie, les habitants sont une priorité du contrat de ville -l’inverse aurait été surprenant- et que les plans d’actions portent sur la gestion quotidienne du cadre de vie, la participation des habitants, l’éco-citoyenneté, l’insertion sociale, la lutte contre la précarité.

Parmi toutes ces belles intentions, nous sommes tout de même heureux de dire que la sécurité, la tranquillité des habitants figurent dans cette liste. En effet, la sécurité est le socle sur lequel peuvent se construire les relations sociales. Comment imaginer qu’un habitant ait envie de participer à la vie collective ou adopter des gestes écocitoyens s’il assiste, impuissant, à des démonstrations de force de voyous sans réaction des autorités et vit dans la crainte de sortir de chez lui. Mais ne boudons pas notre plaisir puisque cette problématique est reconnue comme importante par ce rapport dans les quartiers classés en politique de la ville.

Viennent ensuite un ensemble de critères pour des actions pouvant aller jusqu’à 200 000 € de financement métropolitain. 200 000 €, c’est important ; cela porte sur une enveloppe métropolitaine totale de près de 1,5 M€ et, une nouvelle fois, nous constatons que vous proposez de laisser à la Commission permanente le soin de prendre toute décision relative aux subventions attribuées.

Je vous rappelle que plusieurs Maires de villes importantes ne sont pas représentés à la Commission permanente. Ainsi, les représentants des équipes dirigeantes des Communes de Vénissieux, Saint Priest, Pierre Bénite, Oullins, Meyzieu, Grigny, Ecully, Décines Charpieu et Rillieux la Pape ne pourront pas voter des aides qui concernent leurs propres villes, tout cela parce que nous ne sommes pas dans la bonne instance.

Monsieur le Président, nous vous demandons, avant de voter ce rapport, d’être une nouvelle fois rassurés sur le fait que les Maires des Communes, même s’ils ne sont pas au sein de la Commission permanente, soient associés aux décisions concernant leurs villes.

En l’état actuel de ce rapport, nous voterons contre, bien entendu.

Gestion sociale urbaine de proximité
Taggé sur :