Jérôme Moroge

Jérôme MOROGE
Maire de Pierre- Bénite
Conseiller métropolitain

Je souhaite, au nom du groupe UMP, divers droite et apparentés, intervenir sur les délibérations numéros 2014-0322 à 2014-0328 qui concernent le fonds de solidarité eau et, plus généralement, la politique de coopération décentralisée du Grand Lyon.
Le dossier de ces coopérations est à la fois intéressant et sensible car parfois synonyme de dépenses somptuaires, de voyages onéreux et de dérives technocratiques. Bien entendu, notre groupe est favorable à la coopération décentralisée, notamment si elle centre son activité sur le développement économique au profit des acteurs du pays d’accueil mais également au profit des acteurs du Grand Lyon concernés. Surtout, nous y sommes favorables à condition qu’elle ne se substitue pas à l’action de l’Etat, seul à même de mener une politique internationale cohérente. La coopération décentralisée doit être à nos yeux une coopération raisonnable et réaliste et ne doit pas être, comme nous pouvons le constater parfois au sein de certains Conseils régionaux, un mandat pour avoir des quasi-ambassades aux quatre coins du monde et pour favoriser la multiplication de voyages indûment payés par le contribuable.

Enfin, n’oublions pas les budgets et autres dotations en baisse ainsi que les futures coupes sombres qui vont impacter très sensiblement les investissements du Grand Lyon dans nos Communes. Etant donné ces diminutions substantielles en cours ou à venir, nous ne pouvons qu’insister sur la nécessité de recentrer vos actions en direction des territoires du Grand Lyon et des Grands Lyonnais.

Pour conclure, si nous sommes favorables -comme je l’ai déjà dit- aux coopérations décentralisées, nous ne souhaitons pas vous confier, pour le mandat à venir, un chèque en blanc destiné à financer une action désordonnée tous azimuts. Nous nous abstiendrons sur l’ensemble de ces rapports dans l’attente d’un cahier des charges précis et adapté à la situation économique actuelle et dans l’attente d’obtenir la certitude que nous n’avons pas affaire à une usine à gaz de plus, destinée pour l’essentiel à financer les voyages d’un Vice-président ou de quelques autres.

Merci.

Coopération décentralisée : chacun à sa place