Claude Cohen, maire de Mions

Claude COHEN
Maire de Mions
Conseiller métropolitain

Monsieur le Président, chers collègues, vous nous demandez de voter aujourd’hui des subventions  pour deux structures intervenant dans le cadre du CUCS (contrat urbain de cohésion sociale) que porte le Grand Lyon. Les CUCS  qui ont été mis en place à partir de 2006 par Jean-Louis Borloo ont notamment pour ambition d’éviter la pratique discriminatoire qui consisterait à penser la ville sans les quartiers prioritaires et  les quartiers prioritaires sans la ville. Notre groupe votera bien évidemment ces crédits pour les deux structures présentées ce jour.

Mais comment voter ces subventions sans faire écho à l’actualité locale et nationale ?

En effet, il y a quelques jours, nous  apprenions qu’un certain nombre de Communes du Grand Lyon avaient été exclues des dispositifs politique de la ville menés par l’Etat.

Cette décision vient d’une personne que vous connaissez bien, ainsi que monsieur Bret si j’en crois le nombre de déplacements qu’elle fait à Villeurbanne ces derniers temps : il s’agit de madame Najat Vallaud-Belkacem.

Notre groupe regrette la nouvelle politique mise en place par le Gouvernement Valls à travers le Ministre de la ville qui a fait sortir de la politique de la ville des Villes comme Grigny, La Mulatière, Caluire-et-Cuire ou Mions, tout comme 209 autres villes françaises, avec comme seul critère le seuil de concentration de la pauvreté ; inutile de vous préciser que nous sommes inquiets de ce seul critère retenu.

Je rappelle que l’ensemble des Maires de vingt-six Communes du Grand Lyon concernées par les CUCS avait souhaité leur
maintien début 2014.

Sans cette aide, les Communes ne pourront pas poursuivre les aménagements d’espaces publics, créer une dynamique positive pour réussir la transformation des quartiers en déserrance.

Cette décision s’ajoute à celle prise ces deux dernières années de baisse de dotation de l’Etat envers nos collectivités. Cette chute des financements aux actions des CUCS met aujourd’hui en péril la politique de proximité et de prévention menée par de nombreux quartiers en direction des plus défavorisés et la réussite de la mixité sociale.

Pour prendre l’exemple de ma Commune, Mions, le désengagement mettra en péril le volet social de l’action municipale, à n’en pas douter. J’en profite d’ailleurs pour inviter madame la Ministre Najat Vallaud-Belkacem à venir visiter la résidence Le hameau de la Fontaine à Mions qui ne peut plus être classé comme quartier prioritaire, si vous ou monsieur Bret pouviez lui relayer mon invitation.

Je vous remercie

Une “Politique de la ville” qui exclue