Philippe Cochet

Philippe COCHET
Député – Maire de Caluire et Cuire
Président du groupe “les Républicains et Apparentés”

Monsieur le Président et chers collègues, nous voici dubitatifs, non pas sur le vœu déposé par nos collègues des groupes Europe Ecologie-Les Verts et apparentés et Communiste et républicain pour demander l’application de l’encadrement des loyers dans l’agglomération lyonnaise ; ils ont au moins pour eux -une fois n’est pas coutume- une certaine logique politique. Je vous vois surpris, monsieur le Président, et vous avez raison, n’exagérons rien ! Disons seulement qu’ils ont de la suite dans les idées.

Nous ne sommes pas non plus dubitatifs sur la réponse à apporter à ce vœu. Sans suspense, le groupe Union pour un mouvement populaire (UMP), divers droite et apparentés votera contre. Cette loi est une catastrophe pour l’économie du bâtiment, la construction de logements et plus généralement la croissance. Les mises en chantier de logements neufs ont reculé de 10 % au cours des douze derniers mois. Sur la même période, les permis de construire ont chuté de plus de 12 % et, selon l’Insee, la chute des constructions coûterait à la France entre 0,4 et 0,5 % de croissance.

Pire que tout, c’est une loi qui a été guidée par une idéologie de l’antépénultième siècle qui est de considérer tous les propriétaires comme des affameurs du peuple. Evidemment, comme le parti socialiste a découvert le libéralisme et ses vertus depuis quelques semaines, il vient de se rendre compte que cette loi allait à rebours de tout ce qui a fait l’efficacité d’une politique économique.

C’est là-dessus que nous sommes dubitatifs, sur ces  retournements politiques où on voit une majorité d’hier travailler et voter des textes main dans la main puis s’écharper sur leur remise en cause. Car, monsieur le Président, vous qui avez voté la loi ALUR au Sénat le 20 février 2014, en couple d’ailleurs avec monsieur Michel Mercier, le seul du groupe Union des démocrates et indépendants (UDI) et apparentés, vous avez depuis découvert qu’il existe dans le Grand Lyon des propriétaires privés, des investisseurs immobiliers qui permettent à des dizaines de milliers de foyers de se loger de manière décente et contre lesquels la loi ne ferait que les pousser à retirer leurs biens du marché et donc à réduire l’offre de ce qui mécaniquement augmenterait le prix des loyers.

Vous allez reconnaître aujourd’hui que vous vous êtes trompé et que vous ne pouvez pas donc soutenir ce vœu. En fait, nous nous interrogeons jusqu’à quel moment votre raisonnement vous a trompé sur le sujet du logement. Il me semble que vous avez retrouvé votre vraie façon de penser, tout juste après votre
élection à la Présidence du Grand Lyon, c’est-à-dire au moment où vous n’aviez plus besoin ni du groupe Europe Ecologie-Les Verts et apparentés ni du groupe Communiste et républicain.

N’est-ce pas vous qui, le 23 juin dernier, devant cette assemblée, en page 36 du procès‑verbal de séance publique, dénonciez ceux qui sont dépendants de la doxa d’un parti et qui -je cite-, par leur jugement dogmatique, portent une lourde responsabilité pour tout le monde, pour les investisseurs, pour les accédants à la propriété mais également pour le logement social” ? Tout cela contre les élus de votre propre majorité. Mais chut ! Ils ne se sont pas encore rendu compte de la duperie et ils votent benoîtement vos rapports.

Ce qui nous inquiète, c’est qu’il nous semble que d’autres élus ont eux aussi eu affaire à cette amnésie politique passagère de vos vraies convictions. Là encore, faisons silence ! Peut-être qu’avec un peu de chance, ils ne s’en rendront pas compte avant le passage à la Métropole et le vote du prochain budget.

Encadrement des loyers : résolument contre
Taggé sur :