Merci, monsieur le Ministre d’Etat. Monsieur le Président, la présentation de ces délibérations techniques nous donne l’occasion d’intervenir sur le déclassement des autoroutes A6-A7.

 

Si les modalités pratiques ont l’air d’avancer, il n’en est pas de même avec la concertation et le travail avec les élus des territoires qui, lui, avance moins. Enfin, je devrais préciser avec certains élus du territoire car tous ne sont manifestement pas logés à la même enseigne.

 

Certains élus ont bien été reçus mais pas ceux de ma Commune d’Ecully. Vous allez certainement pouvoir m’expliquer pourquoi dans votre réponse. Ce n’est pourtant pas faute d’avoir fait de nombreuses demandes de collaboration depuis le vote favorable au déclassement. Ainsi, une demande de visite en présence des services sur des travaux à prendre en compte : deux mois après, nous recevons une réponse qui nous ramène à la case départ.

 

Nous nous inquiétons car nous ne voudrions pas que cela puisse remettre en cause votre calendrier. Pourtant, c’est dans une volonté collaborative que nous nous inscrirons. Ainsi, il y a des précisions à apporter à la présentation.

 

A titre d’exemple, un parc-relais signalé sur les cartes présentées en Conférence territoriale des Maires comme en service a en fait déjà disparu pour laisser place prochainement à un immeuble.

 

De la même manière, à l’horizon 2030, vous espérez descendre à 50 000 véhicules par jour sur la portion lyonnaise. Mais, en amont du Valvert, on restera à 80 000 véhicules. Par conséquent, nous avons été informés que la création d’une piste cyclable était inenvisageable, tout comme la traversée de la voirie par des piétons ou la création d’intersections avec les voies urbaines. De fait, le boulevard urbain restera donc, au nord de Lyon, une voie rapide mais limitée à 70 kilomètres/heure.

 

Vous comprenez notre déception alors que vous nous aviez fait rêver, photos de présentation à l’appui sur lesquelles on voyait déambuler des gens heureux entre des arbres, des fleurs, des vélos et des marcheurs. Où est l’ambition initiale ? Faut-il croire que cette vision paradisiaque était limitée à la seule portion lyonnaise, à Confluence ? D’aucuns pourraient se méprendre et ne voir là qu’une action électoraliste ! En tout cas, à Ecully traversée de part en part par l’autoroute, on devra se contenter d’un trafic ralenti dans sa vitesse mais toujours congestionné et des transports en commun insuffisamment développés.

 

Cela interpelle sur l’ambition de notre Métropole de développer une vue d’ensemble du territoire. L’absence de concertation et le peu d’anticipation sur ce dossier explique certainement, en partie, les votes négatifs de certaines Communes sur le PDU (plan de déplacements urbains), et ce dans différents groupes.

 

Monsieur le Président, certains observateurs se plaisent à parler d’une nouvelle ère politique, d’une nouvelle gouvernance, d’un nouveau mode de pensée et d’action qui s’élabore au sommet de l’Etat. Pour ne pas les décevoir, si vous pouviez l’appliquer aussi à la Métropole de Lyon dont vous êtes encore le Président, nous vous en serions reconnaissants.

 

Le Gouvernement a nommé un Ministre de la cohésion des territoires, c’est bien ! Aussi, pensez-vous que l’on puisse solliciter votre nouveau collègue pour qu’il nous explique comment garantir que l’égalité de traitement entre les territoires, prévue dans le pacte de cohérence métropolitain, soit effective ?

 

Et, pour finir, le SCOT (schéma de cohérence territoriale) prévoit, préalablement au déclassement des autoroutes A6-A7, la création du contournement ouest. Serait-il possible de profiter de cette nouvelle ère et de l’attachement d’un Ministre d’Etat à son territoire pour voir ce dossier avancer ? Les habitants de l’est de la Métropole comme ceux en amont de Lyon seraient ravis que vous réalisiez à Paris ce qui a été promis à Lyon.

 

Merci.

 

 

Déclassement des autoroutes A6/A7