Monsieur le Président, mes chers collègues, je ne prendrai pas de précautions
oratoires : le projet de délibération qui nous est proposé est mauvais en l’état actuel des choses.
Entendons-nous bien : le déclassement des autoroutes A6 et A7 dans les secteurs urbains de la Métropole et de
la ville de Lyon, nous y sommes tous favorables ; je ne pense pas qu’un seul membre de notre assemblée puisse
s’y opposer sur le principe.
Comme cela a été rappelé à de nombreuses reprises et fort justement, la traversée du coeur de la Métropole par
une infrastructure autoroutière ne correspond plus, et ce depuis longtemps, aux enjeux de déplacements
contemporains. Mais il y a un monde entre le principe et son application. Et c’est là que le bât blesse !
Très concrètement, en commission déplacements et voirie le 30 juin dernier, vous nous avez présenté un dossier
faisant apparaître notamment les principales étapes de la requalification des autoroutes A6 et A7 déclassées. De
premières mesures seraient mises en oeuvre entre 2017 et 2020 : interdiction du trafic de transit des poids lourds,
diminution des vitesses et de la largeur des voies, premiers aménagements au droit du quai Perrache, adaptation
des mobiliers avec suppression des glissières, etc.
De fait, ces mesures aboutiraient, à très brèves échéances, à un report du trafic de transit actuel autre part. Cet
“autre part” est clairement identifié : à court terme, un itinéraire de contournement passant par les structures
routières et autoroutières existantes de l’est lyonnais, à savoir l’A432, suivie par l’A43 jusqu’au noeud de
Manissieux, bien connu pour sa saturation régulière, puis l’A46 sud, également saturée.
Ceci étant dit, on nous explique que les seuls dispositifs mis en place à l’horizon 2020 seraient une dissuasion
pour les poids lourds d’emprunter la rocade “est” par des contrôles divers pour les orienter sur le parcours cité
précédemment : des indicateurs de fluidité, des marquages au sol ; en clair, strictement aucune mesure sérieuse
pour adapter des voies déjà saturées à ce flux nouveau de circulation.
Alors qu’après 2020, on continuera les travaux d’aménagement du “boulevard urbain apaisé” -selon les termes
employés-, on va faire des études pour aménager le noeud de Manissieux, on va étudier l’élargissement de l’A46
sud, on va étudier l’aménagement du noeud de Ternay.
Et que dire de l’ouest lyonnais qui est le grand oublié -volontairement- ? Vous indiquez que vous voulez envoyer
le report du trafic de l’est comme si le secteur ouest ne serait pas impacté. Monsieur le Président, allez-vous
éduquer vous-même chaque conducteur de la Métropole et enregistrer un message vocal à destination des GPS
des autres conducteurs ? Un peu de sérieux sur des sujets aussi importants ! Evidemment que l’ouest va subir de
plein fouet ce report de trafic. Il faut assumer les conséquences de nos choix. Et quelles sont vos solutions ?
Vous parlez à nouveau de l’Anneau des Sciences mais vous n’apportez aucune garantie sur sa réalisation. Pire,
vous repoussez sa réalisation après 2030, autant dire -sans vous vexer- à vos successeurs ! Vous reparlez d’un
grand contournement ouest alors que celui-ci est un serpent de mer qui, jusqu’à présent, vous servait d’alibi pour
ne rien faire.
Les transports en commun dans l’ouest souffrent d’un véritable déficit et l’on nous présente des extensions de
lignes déjà existantes. Vous évoquez aussi des études du SYTRAL, sans que l’on puisse dire sur quoi elles se
basent puisque vous ne connaissez pas encore les incidences de la décision de déclassement.
Donc, sur la Commune dont vous êtes Maire, on apaise, mais pour les autres Communes, on réfléchit, on étudie,
on traite par de petits aménagements accessoires dans l’attente, à l’horizon 2030, d’apaiser la circulation ailleurs.
Autre difficulté, et non des moindres, posée par ce projet de délibération, le défaut de dialogue et de concertation,
notamment avec les collectivités voisines de la nôtre et fortement impactées par nos décisions. Je citerai, par
exemple, la Communauté de Communes de l’est lyonnais ou la Communauté de Communes du Pays de l’Ozon. Leurs Présidents ont largement fait part de leur étonnement, sinon de leur profond agacement, de ne pas avoir été associés a minima à une réflexion, puis une décision dont les répercussions les concernent au plus haut chef.
Un sujet d’une telle importance et d’une telle nécessité demande à être mené avec une concertation la plus large
possible. Et là, je pense à nos voisins en direction de l’Ain et de l’Isère. Ne nous comportons-nous pas comme le
grand qui dicte ses volontés aux petits ? La Métropole n’est pas autosuffisante. Qu’elle ne devienne pas, en plus,
suffisante !
Si l’on doit, finalement, apprécier ce projet de délibération, je dirai :
1° – Cela fait des décennies que l’on connaît le problème de la traversée de Lyon par l’A6 et l’A7. Et alors que l’on
avait loisir de préparer les transferts de flux par un plan sérieux, concerté, organisé et planifié, on décide de faire
les choses à l’envers : déclasser dès maintenant l’A6 et l’A7 et gérer plus tard la mise en oeuvre des
infrastructures nécessaires pour accompagner ce déclassement.
2° – On veut à tout prix préparer un boulevard urbain apaisé et que le maximum soit fait à Lyon pour 2020. Si
j’étais mauvaise langue, je m’interrogerais sur ce qui est prévu pendant cette année 2020.
3° – Aucun dispositif sérieux d’accompagnement ne sera mis en oeuvre en matière de contournement avant 2025.
Et l’on utilisera, de fait, le réseau existant quasi tel quel, avec toutes les difficultés qu’il rencontre déjà.
Nous avons là un vrai débat, de vrais enjeux qui dépassent le cadre politique, partisan et dogmatique. Il n’est pas
trop tard pour repartir ensemble sur de bonnes bases. Nous vous demandons de reporter cette délibération et,
parallèlement, d’organiser sans attendre une concertation réelle qui puisse aboutir à un phasage cohérent des
différentes étapes de mise en oeuvre du plan de contournement de l’agglomération, en concertation étroite avec
nos voisins, qui intègre des engagements de réalisation et donc des financements inscrits et non pas fantasmés.
Je vous remercie.

Déclassement des autoroutes A6 et A7